Douze maladies de lectrice – En suis-je atteinte?


J’ai vu ce petit jeu chez Marie-Claude… et comme il y a longtemps que je n’ai pas fait de tags ou autres trucs du genre, j’ai eu envie de me livrer à l’exercice. Pour la petite histoire, elle est tombée sur ces terribles maladies de lecteurs dans les Remèdes littéraires: se soigner par les livres, de Berthoud et Elderkin.

Ceux qui me connaissent savent que je suis une horrible hypocondriaque. Mais vraiment. J’ai survécu à un nombre improbable de maladies incurables. Reste à savoir si je suis aussi littérairement atteinte! Let’s see!

MALADIE 1 – REFUS D’ABANDONNER À LA MOITIÉ  

Bon, ok, oui, j’avoue. Je pense que suis maso-livresque. J’abandonne rarement un livre. Même que quand je déteste vraiment, je prends plaisir à détester, à lever les yeux au ciel et à relever les incohérences, les répétitions et les conneries. Je lis ça comme un roman d’humour, genre! Ou je passe vite-vite-vite en disant (à haute voix, bien sûr), « bla bla bla »… Par contre, si c’est une série, je ne vais pas la finir. Je ne suis pas cinglée à ce point. Par contre, je me fais spoiler la fin! Ben quoi… Karine veut savoir!


MALADIE 2 – ACHETEUR DE LIVRES COMPULSIF  

Guérie, guérie, guérie! Je suis passée d’acheteuse à emprunteuse de livres compulsive. C’est déjà ça. J’avoue que ceci a été influencé par le fait que ma maison ne soit pas le Tardis (not bigger on the inside) et qu’ajouter des annexes (voire même des étages) à un chez-soi, ça coûte cher. Ah oui, le fait que je sois à 83% de mon salaire a peut-être eu un petit rôle à jouer. Croyez-le ou non, ça a été presque la seule adaptation que j’ai dû faire à mon mode de vie pour arriver à joindre les deux bouts. Je sais, ça fait peur.

(Pour les curieux, 83% du salaire = 6 mois de congé après 3 ans. Attendez-vous à me voir débarquer en Europe en mai!)


MALADIE 3 – AMÉNÉSIE ASSOCIÉE À LA LECTURE  

Nope. Je l’ai déjà dit, j’ai une mémoire stupide. Ça signifie que mon cerveau est REMPLI de connaissances, anecdotes, codes et chiffres divers et variés. Comme s’il ne faisait pas le tri. Je peux me souvenir de conversations complètes datant d’il y a 7 ans (maintenant, j’ai compris que j’étais juste plain weird et que ne PAS s’en souvenir n’était pas un signe de désintérêt) ou encore les résultats de tests langagiers des enfants vus pendant mes premières années en tant qu’orthophoniste (on ajoute à ça des dates de naissance et des numéros de dossiers). Vous pouvez donc vous imaginer que je me souviens de ce que je lis. Parfois mot à mot. À ce point que si je lis la traduction d’un roman aimé que j’ai déjà lu en VO, je spotte systématiquement s’il manque une phrase. Il faut pas chercher à comprendre.

Mais je dois revenir au moins 4 fois par jour dans la maison avant de partir parce que j’ai oublié un truc. Welcome to my life.

MALADIE 4 – TENIR UN JOURNAL DE LECTURE  

Oui, oui, oui, et re-oui. Ce blog existe depuis septembre 2007. Du coup, je pense que je peux dire que je tiens un journal de lectures de façon assez assidue. Je ne me tanne pas, ni des choses, ni des gens. Sachez donc que vous êtes pognés avec moi!

MALADIE 5 – ÊTRE REBUTÉ PAR LE BATTAGE MÉDIATIQUE  

Oh que oui. Je suis TOUJOURS déçue quand il y a trop de hype par rapport à un roman et qu’on le voit partout. En plus, juste de voir le roman me hérisse après un temps, c’est physiologique. C’est fou, j’aime ressentir que c’est une vraie rencontre préméditée entre un roman et moi. Du coup, quand tout le monde le lit, je me sens moins « privilégiée ». J’ai moi-même cessé de chercher à me comprendre. Je préfère les recommandations directes, par des gens auxquels je me fie.

MALADIE 6 – CULPABILITÉ ASSOCIÉE AU TEMPS CONSACRÉ À LA LECTURE  

Comment dire… non? Au contraire, je me sens coupable quand je traîne sur le net et que je « perds » du temps de lecture. J’ai songé à prendre le bus pour aller au travail (ce qui implique d’arriver en retard et de prendre 2h20 matin et soir pour un trajet qui prend 25 minutes en voiture) car je trouvais que perdre 50 minutes au volant au lieu de lire, ça me rendait folle. Maintenant… j’écoute des audiobooks!

MALADIE 7 – PRÊTER DES LIVRES QUE L’ON NE NOUS REND PAS

Maintenant, oui. Avant, je gardais mes livres jalousement, quitte à dire que je n’avais pas un roman pour éviter de le prêter. Maintenant, je prête avec plaisir… tout en me disant qu’ils ne reviendront peut-être pas. Ou dans un état épouvantable (mère, ne te sens surtout pas visée). Donnez au suivant. Et pas de souci. (Ceci dit… j’en ai racheté. Oups.)

MALADIE 8 – TENDANCE À LIRE PLUTÔT QU’À VIVRE

Je trouve que je vis bien assez merci! Non, en fait, c’est plutôt que la lecture n’est pas en opposition avec la vie. Mes lectures ont forgé une partie de la personne que je suis et me permettent de regarder le monde de plusieurs points de vue. Bref, nope.

MALADIE 9 – ÊTRE SÉDUIT PAR LES NOUVEAUX LIVRES

Oui, malheureusement, mais dans le sens où j’ai toujours envie de lire le livre dont on vient de me parler ou que je viens de récupérer. Je lis un billet, et je veux lire ce roman là, maintenant, tout de suite. Résultat? Les livres achetés il y a 8 ans dorment dans ma bibliothèque. Et je vous épargne le nombre. C’est mieux. Diminuons les risques de crise cardiaque pour tous.

MALADIE 10 – SUBMERGÉ PAR LE NOMBRE DE LIVRES CHEZ SOI  

Gravement, gravement atteinte. Les livres sont en train d’envahir la maison, et la maison est grande. C’est une épidémie. Ça s’étend. Ça se reproduit. C’est fou, fou, fou. Et pourtant, je n’en achète plus et je ne demande qu’assez peu de SP (ce qui ne veut pas dire que j’en reçois assez peu… mais c’est une autre histoire). Et j’ai du mal à élaguer, jeter. J’ai dit que les fins et moi, on avait un problème hein? J’ai presque tout mon linge d’il y a 10 ans. Et je le mets. Ça vous donne une idée sur ma capacité à jeter.

MALADIE 11 – INCAPACITÉ À RETROUVER UN LIVRE  

Voir point 3. Je peux toujours me souvenir où j’ai mis un roman et où je l’ai vu pour la dernière fois. Il ne faut pas défaire mes piles, parce qu’elle sont associées à un moment dans le temps, qui est classé dans un étrange diagramme mental en 3 dimensions. Donc, je sais toujours où sont mes livres après un petit moment de réflexion. Étrangement, ça ne fonctionne pas avec mes clés et mes lunettes. Mais VRAIMENT pas.

MALADIE 12 – NE PAS SAVOIR QUELS LIVRES EMPORTER EN VACANCES  

Plus maintenant car la liseuse est mon amie pour les vacances. Je n’aurais jamais pensé aimé lire sur liseuse mais, étrangement, j’adore. Donc j’apporte une TONNE de livres en vacances et je ne me pose pas de question. Par contre, quand je vais passer 3 jours chez ma mère (comprendre : elle habite à 4 minutes en voiture de chez moi et je vais « en week-end » de temps en temps), j’apporte TROIS SACS de romans et de BDs. Je suis un gros tas de contradictions.

Et vous, êtes-vous gravement malade? Ce sont des maladies plutôt cutes, je trouve. Limite que je suis un peu fière d’en être atteinte!

(24 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Pfffou, je viens de réaliser d’où vient ce tag … et que je possède ce livre. Sans doute m’y mettrai-je, mais quand, je préfère lire. ^_^ J’ajouterais à mes maladies l’envie de relire (malheur! ^_^). bref, on est atteintes et on ne se soigne pas du tout.
    J’ai adoré tes réponses (alors comme ça retour en Europe cet été?)

    1. Ah oui, l’envie de relire! J’ai toujours un tome de la recherche en relecture! Oui, retour cet été. J’ai un autre 6 mois de congé, de début mai à fin octobre. Attendez-vous à me voir revenir!

  2. Ahah je suis bien atteinte aussi mais je ne compte pas me soigner 😉 J’aime beaucoup ce que tu dis sur la lecture et la vie, qui sont pour moi aussi intimement liée. Le fait d’être une grande lectrice participe clairement à mon identité et me permet de mieux comprendre le monde qui m’entoure. Et j’espère encore tenir longtemps un journal de lecture, c’est si gai de partager avec des blogueurs !!! A travers le monde de surcroit !!!

    1. Moi non plus ,je ne compte pas me soigner… même si mon budget est bien content que je sois maintenant capable d’emprunter des livres! Et c’est tout à fait ça pour le fait que je sois lectrice. Ça fait partie de ce que je suis, de ma façon de penser. Bloguer avec des gens de tous horizons m’a aussi beaucoup ouvert l’esprit et fait découvrir beaucoup de choses.

  3. J’ai la plupart des symptômes et ce n’est pas maintenant que je vais guérir. D’ailleurs, je ne veux pas guérir. La nouveauté, c’est que je donne de plus en plus, parce que j’ai compris que ça ne servait à rien d’entasser, ça n’intéressera pas mon entourage direct.

    1. Ce sera la prochaine étape. Un jour. ne pas entasser. Mais je ne suis pas encore arrivée là, je le crains!

  4. gravement atteinte aussi 😀 😀

    1. Toi, tu es 100 fois pire que moi, je pense! :)) Limite que ça me soulage.

  5. Je crois bien être atteinte des mêmes maux !
    Je vais peut-être reprendre ce tag dans la semaine 😉 !

    1. Je m’ennuyais des tags, je pense!
      Cool si tu le reprends!

  6. AMÉNÉSIE ?
    J’avais énormément apprécié le compte-rendu de votre voyage en France. Je me réjouis de suivre vos nouvelles aventures. Je suis aussi gravement atteint.😀

    1. Je ne sais pas encore comment jej vais bloguer mon voyage.. mais je risque de le faire! Je regrette encore de ne pas avoir blogué mon voyage en Europe de l’Est l’an dernier.

  7. Je suis bien atteinte par tous ces maux littéraires même si je suis moins sujette aux achats compulsifs (tant que je reste chez moi). Je n’essaye pas de me soigner ou à coup de livres! Le fameux « Remèdes littéraires » se trouve justement dans ma bibliothèque et ma PAL regorge aussi de titres très très anciens parfois sortis en poche depuis longtemps. Petite sensation de culpabilité tout de même mais j’assume! 😉

    1. Ah oui, ces grands formats qui sont sortis en poche depuis 10 ans. Oups!

  8. Je suis aussi gravement malade. Pour ce qui est de la maladie 7 – prêter ses livres, j’en ai deux à toi que je dois te rendre et tu en as un à moi. On fera un échange autour d’une coupe de vin 🍷

    1. Ah oui, tu en as deux à moi? Heu… je ne m’en souvenais même plus! Quant à « Ma cousine Rachel », il est sur ma petite table. Faut juste pas que j’oublie de l’apporter.

  9. Héhé, j’aime beaucoup ce billet !
    Passer du rôle d’acheteuse compulsive à celui d’emprunteuse compulsive, c’est vraiment beau 🙂 Je vois que pour ma pomme, je suis atteinte de l’amnésie associée à la lecture, la tenue d’un journal de lecture, que je suis rebutée par le battage médiatique et à être séduite par les nouveaux livres aussi.

    1. Ça rappelle nos anciens tags hein! C’est pour ça que j’ai craqué! On est toutes un peu atteintes, je pense!

  10. Quel billet croustillant !!! j’adore le principe et me suis régalée à lire tes réponses 🙂 Quant à la photo de tes livres, elle me donne à la fois très envie et très peur 😉 non, en fait elle me fait juste TRES TRES envie 🙂 Hâte de suivre la suite de tes pérégrinations européennes, Karine!

    1. Je ne suis pas encore à l’étape de ne garder que 30 livres… LOIN de là!! MAis la pile mériterait un peu de désherbage, j’avoue!

  11. Je me retrouve trop dans ton témoignage. Je rêve d’avoir la place de la bibliothèque du Tardis. Mais j’attends le docteur mais ne passe jamais. En plus tu peux voyager dans le temps et avoir autant de temps que tu veux pour lire.

    1. Normal que le docteur ne passe pas chez moi… il est TOUJOURS avec moi 😉 Du moins, la version Ten! Mais j’aimerais bien l’idée de la bibliothèque extensible hein!

  12. Merci d’avoir joué le jeu!
    Ta photo me donne envie de plonger et de fouiller!

    1. Moi aussi, ça me donne envie. Et je le fais… sauf que je ne lis pas toujours les livres, qui finissent par traîner ailleurs!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils