Déséspérés s’abstenir – Annie Quintin

De-sespe-re-s-s-abstenir.jpgQuand j’ai envie de léger-léger, je me fais un petit plaisir (non coupable… le sentiment d’illégitimité littéraire ne passera pas par moi) et je sors un roman de chick litt.  Québécois.  Parce que j’ai envie de québécois, aussi!  Dans ce type de roman, on dirait que j’ai davantage besoin de me retrouver dans le contexte et dans la langue.  

 

D’abord, avertissement.  Si vous en avez contre le langage cru, passez votre chemin.  Même moi, qui n’ai normalement aucun problème avec ça (tu ne PEUX pas avoir grandi dans une aréna, entourée de joueurs de hockey sans être un peu blindée face à ce type de langage.  Tu ne peux pas non plus faire partie des 5% de filles de la patrouille de ski… bref… je m’égare), j’ai eu besoin d’un moment d’adaptation.  C’est aussi très ancré dans le quotidien montréalais et très très actuel.  

 

Je vous présente donc Clara, chasseuse de têtes.  Début trentaine (je crois…), elle revendique son célibat mais a décidé de s’inscrire sur Rencontres Montréal pour des aventures sans attaches.  Bref, elle veut s’envoyer en l’air (ou « fourrer », comme elle et ses copains le disent si bien. J’aime pas ce mot.  Sorry.), avoir du fun et surtout, surtout, rester en contrôle.  Ajoutez à ça un sapristi de caractère, une peur bleue de l’attachement, une meilleure copine fleur bleue et un meilleur pote gay qui cherche des mecs gays qui n’ont pas l’air gay et vous obtenez un joli tableau.  Bien entendu, notre fille tough qui ne veut pas tomber amoureuse va se faire prendre… mais je ne vous dis pas par qui!

 

Ce que j’ai le plus aimé dans ce roman, c’est l’aspect « rencontres sur le net ».  Oh my god que j’ai ri!  Moi, la nulle en Cruise-101 et la grande freakée de la vie, je n’ai jamais osé rencontrer des gens par les sites de rencontres (yep, c’est stupide quand on pense au nombre de copines que j’ai grâce aux blogs… je devrais être moins réticente…) mais j’ai des copines qui en ont fait une spécialité… et qui alimentent depuis des années nos soupers de filles avec leurs aventures.  C’est que c’est Tout À Fait ça!  Les profils types, les rencontres époustouflantes, les histoires de fous (la palme revenant à ma copine Caro et à sa première date qui a fini avec un souper… avec ses parents à elle… et je ne vous conte pas la suite, c’est surréaliste!).  Donc, un gros, gros fou rire avec cette partie de roman.  J’ai beaucoup aimé la relation d’amitié entre les trois protagonistes.    Ici, pas d’overdose de bons sentiments.  Juste une relation qui commence… et qui évolue.  Et ça m’a plu.  

 

Bon, ok, j’ai eu un peu de mal avec le personnage principal que j’avais envie de secouer à l’occasion (et à quiconque dit que « ça lui fait penser à moi » et que « ceci explique cela », je rappellerai que je ne me tape pas tout ce qui bouge… et que je suis nulle en séduction… CQFD)… C’est qu’elle peut être bête, la fille… mais vraiment!  Bref, un bon moment distrayant, avec beaucoup d’humour, même si ce n’est pas la totale harmonie entre moi et le roman.   Et j’ai déjà commencé la suite… que je vais préférer, je crois!

7 Commentaires

8 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. si tu as tellement ri, comment résister?

    1. Violette: Si tu as connu des relations internet… oh boy, c’est TELLEMENT ça!

  2. si tu as tellement ri, comment résister?

    • Syl. sur 05/04/2014 à 05:45

    le langage me freinerait je pense. Je ne vais pas noter et vais me contenter de te lire.

    1. Syl: :))  tu es gentille!

    • amiedeplume sur 10/06/2014 à 03:54

    Je pense la même chose que toi des rencontres sur Internet, ça m’effraie…

    Un bon moment de lecture ans plus.

    1. Amiedeplume: Par contre, les rencontres-copines, j’en ai fait plusieurs et ça, c’est ok! :))  Mais oui, d’accord avec toi.  Un moment détente. 

  1. […] le sirop de guimauve saupoudrés de petits coeurs en sucre.  J’avais bien aimé « Désespérés d’abstenir » et encore plus « Cher trou de cul« , ses deux précédents […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.