Aller à la barre d’outils

Des oeillets pour Antigone – Charlotte Bousquet

Le comment du pourquoi

J’avais bien aimé découvrir Charlotte Bousquet dans « Là où tombent les anges« , qui se passait pendant la première guerre mondiale. Du coup, quand j’ai vu un roman jeunesse avec le mot « Antigone » dedans, je me suis dit que ce serait parfait pour la catégorie du pumpkin autumn challenge qui rapportait aux mythes. J’ai oublié le titre de la catégorie, of course… sinon ce ne serait pas drôle. Et je me souvient que Mylène avait adoré. Alors j’ai lu.

De quoi ça parle

Nous sommes en 1991 et Luz tombe sur le journal de sa soeur Sabine, décédée 5 ans auparant. Elle va aussi retrouver un mystérieux médaillon ayant appartenu à sa tante Alma, décédée en 1971, alors qu’elle était une jeune adulte, au Portugal, quelques années avant la révolution des oeillets ayant mené à la chute de l’Estado Novo de Salazar. Trois époques, trois femmes qui résistent au système et qui ne demandent qu’à être fidèles à elles-mêmes. Ce roman, à travers des flashbacks et la lecture du journal intime de Sabine, nous racontera leurs histoires ainsi que celle de leur famille, dans des temps bouleversés.

Mon avis

Ce roman a été pour moi une très bonne surprise, avec, en arrière-plan, des éléments du mythe d’Antigone, sans être une réelle réécriture. Les trois femmes savent ce qu’elles veulent et sont prêtes à aller jusqu’au bout de leurs idées, envers et contre tous, autant les gens que leurs époques. Luz a des relations compliquées avec sa famille et son ancre est son meilleur ami Julien, malade du sida. Au début des années 90. Inutile de préciser que ce n’est pas facile à vivre pour lui.

J’ai beaucoup aimé cette histoire de famille située dans un moment et un endroit que je connais somme toute peu. J’ai beaucoup aimé découvrir ce moment de l’histoire du Portugal, alors que les campagnes étaient surveillées et où la délation faisait rage. Le grand-père, salazariste convaincu, a été laissé derrière il y a longtemps alors que le père de l’héroïne a fui en France il y a longtemps. Quand Luz va décider de partir sur les routes, elle ne sait pas ce qui l’attend.

Entre le roman classique et le réalisme magique, ce roman m’a plongée dans les années de mon adolescence, avec de nombreuses références à la musiques et aux icônes de l’époque. La relation d’amitié en tre Julien et Luz m’a beaucoup touchée et même Sabine, avec ses commentaires souvent désobligeants, devient émouvante quand elle sent qu’elle perd ses repères et qu’elle ne comprend plus ce qui lui arrive. Bien entendu, on voit les choses venir, mais sérieusement, ça ne m’a pas dérangée plus que ça. Faut dire que j’ai l’habitude.

C’est doux-amer, ça parle d’amitié, de choix et d’autodétermination. Un voyage initiatique où nos héros en apprendront certes sur le passé mais aussi sur eux-mêmes.

Très belle découverte.

8 Commentaires

8 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Un roman d’apprentissage, alors ?

    1. Oui… mais pas que. Un roman familial, de malédiction… bref, c’est très beau.

  2. j’ai tellemeeeeeeeent aimé cette lecture <3 contente de voir que toi aussi !!

    1. Pour une fois qu’on est raccord! Ce roman est pour tout le monde, je dis!

  3. Moi qui suit fan du personnage d’Antigone, il est pour moi celui-là

    1. Si tu aimes le personnage, go for it. J’ai bien aimé l’exploration à travers trois personnages féminins…

    • Anne sur 11/10/2020 à 04:39

    Ca m’intéresse aussi 😉

    1. Je pense que ça peut te plaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.