Aller à la barre d’outils

Comme une chaleur de feu de camp – Amélie Panneton

Le comment du pourquoi

C’est ma lecture « jeunesse » ou « young adult » du défi livresque estival sur Booktube Québec. Et que, définitivement, un feu de camp, ça fait « été ». J’en avais pas mal entendu parler il y a un moment et il m’avait été conseillé par une amie quand j’avais demandé des suggestions de tops-livres-à-lire. Du coup, j’ai profité du défi pour le sortir… et j’ai drôlement bien fait.

De quoi ça parle

Emmanuelle est en secondaire 3 et elle se trouve transparente. Elle a des copains, certes, mais pas de « meilleure amie » et, surtout, elle est convaincue que personne ne peut être intéressé par elle. Elle aime nager sans être « la meilleure », a un complexe à cause de ses « grosses épaules » et Thomas Pelletier (avec ses taches de rousseur et ses poignets parfaits) vient de déménager juste à côté de chez elle.

Un jour, Emmanuelle est témoin du drame de quelqu’un d’autre et ça va la bouleverser. Surtout que le vilain de l’histoire est le frère de Thomas, avec qui elle commence tout juste à parler.

Mon avis

Oh que c’était chouette ce roman! Je m’attendais à une petite amourette sur fond de camping et de feux de camps mais pas du tout, en fait. Loin de là. On nous raconte un printemps et un été dans la vie d’Emmanuelle, pendant lesquels elle va vivre son premier amour certes, mais où elle va aussi découvrir ce qu’est l’amitié et apprendre à se tenir debout.

Rapidement dans le roman, Emmanuelle est témoin d’une agression. Pas la sienne, mais elle est témoin et aide l’autre nageuse à se sauver. Du coup, elle est en colère, vraiment, et le traitement de la dite agression, par une personne externe, est selon moi hyper bien traité. Il permet de le faire avec de la distance, sans jugement, sans culpabilité non plus, vu que ce n’est pas à elle que c’est arrivé et qu’elle est juste outrée. Dans un livre jeunesse, j’ai trouvé cette façon de faire hyper bien vue. Ici, même si personne n’est parfait, l’agresseur est clairement identifié, jamais la jeune fille n’est mise en accusaion et les adultes sont solidaires.

Mais ce roman, ce n’est pas que ça. C’est une super belle réflexion sur l’amitié, sur ce que c’est… et sur ce que n’est pas non plus. Le traitement du premier amour, avec les petits riens qui donnent des papillons dans l’estomac. Je me suis vraiment reconnue dans le personnage d’Emmanuelle. Quand elle mentionnait qu’être en grand groupe (hors-les-amis-famille… un jour j’expliquerai), c’était une « performance » constante, quand elle se croyait transparente, et qu’elle était prête à accepter plein de « petits riens » pas hyper gentils… ça me ressemblait terriblement et ce même si j’avais plusieurs copains et tout. Du coup, ce roman m’a fait sourire et m’a ramenée quoi… 30 ans en arrière.

La relation avec Thomas est mignonne comme tout, j’ai beaucoup aimé l’évolution d’Emmanuelle à travers celle-ci, et sa capacité à apprendre de ses erreurs. Bref, un roman sweet mais réalise, avec un sujet important en toile de fond. Bref, j’adore. Et je conseille à tout le monde!

2 Commentaires

2 pings

    • Mes échappées livresques sur 12/06/2020 à 03:33

    J’adore la couverture et ton billet me donne envie de découvrir ce roman que je ne connaissais pas du tout.

    1. Il est vraiment chouette, sérieux! J’ai beaucoup aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.