Archives de la Catégorie : Littérature russe

Jan 18 2016

Photo du profil de Karine:)

La mort d’Ivan Ilitch – Tolstoï

Si on y pense bien, cette nouvelle n’était pas vraiment pour moi.  Imaginez, un roman où on nous raconte la terrible agonie d’un homme qui a une vague « douleur » au côté.  Moi, l’hypocondriaque invétérée.  Mais pourtant, pourtant…   Il y a quelque chose de fascinant dans ce court roman, qui raconte la mort d’un juge, …

Continuer à lire »

Mar 16 2015

Photo du profil de Karine:)

Le testament français – Andreï Makine

Je traîne ce roman dans ma pile depuis looooongtemps.  Genre, avant le blog, je pense.   Dans ma résolution « un roman de la « vraie pile » par mois, j’ai ressorti celui-ci, encore toute fraîche de mon voyage en Russie et avec l’idée de lire un roman sur la perception de la France par un Russe… mais j’y …

Continuer à lire »

Nov 30 2014

Photo du profil de Karine:)

Les Nuits Blanches – Fiodor Dostoïevski

J’ai lu les Nuits Blanches alors que j’étais à St-Petersbourg, dans les lieux mêmes où se déroule cette histoire.  Inutile de préciser que ça a probablement beaucoup joué dans mon appréciation de cette histoire ainsi que la vitesse avec laquelle je suis entrée dedans.   Cette longue nouvelle est une bonne introduction à l’univers de …

Continuer à lire »

Nov 10 2014

Photo du profil de Karine:)

Premier amour – Ivan Tourgueniev

Un court billet sur une courte de nouvelle de Tourgueniev, dont j’ai toujours apprécié la plume (même si je crois que je n’en ai jamais parlé sur le blog).   Tourgueniev a beaucoup vécu en France et, étrangement, ça se ressent dans son écriture.  Avant de visiter la Russie, je n’aurais su trop dire pourquoi. …

Continuer à lire »

Oct 27 2014

Photo du profil de Karine:)

Boris Godounov – Alexandre Pouchkine

Ceux qui ne me suivent pas sur FB ne le savent peut-être pas, mais j’arrive de Russie, où j’ai passé quelques semaines ma foi… occupées!  Je n’ai donc pratiquement rien lu sauf deux touts petits ouvrages russes (ben quoi… c’était dans le thème) dont celui-là, pendant la période Moscovite du voyage.  En fait, c’est une …

Continuer à lire »

Jan 31 2013

Photo du profil de Karine:)

Les Cosaques – Tolstoï

Présentation de l’éditeur (en partie) « À travers les paysages du Caucase et le régiment de Cosaques auquel il est affecté, un jeune officier, Olenine, qui n’est autre que Tolstoï lui-même, découvre la splendeur du monde primitif. « Dieu que notre Russie est triste », soupirait Pouchkine; le Caucase, c’est pour Tolstoï la découverte de la joie, l’oubli …

Continuer à lire »

Jan 16 2013

Photo du profil de Karine:)

Endiablade – Mikhail Boulgakov

Présentation de l’éditeur « Dans la jeune Union soviétique des années 1920, Korotkov, modeste chef de bureau au Premier Dépôt central de matériel pour allumettes, est renvoyé du jour au lendemain.  Révolté par cette injustice, il découvre peu à peu qu,il vit dans un monde peuplé de cauchemars dont seule la folie lui permettra de s’échapper ». …

Continuer à lire »

Déc 23 2012

Photo du profil de Karine:)

La fille du capitaine – Alexandre Pouchkine

Présentation de l’éditeur « À peine avait-elle prononcé ce nom, qu’entra dans la chambre une jeune fille de dix-huit ans, au visage rond et vermeil, les cheveux blond clair lissé en bandeau et retenus derrière ses oreilles que rougissaient la pudeur et l’embarras. »   Commentaire Eh oui, un truc russe!  Ça faisait un moment, n’est-ce pas. …

Continuer à lire »

Sep 01 2011

Photo du profil de Karine:)

Le Maître et Marguerite – Mikhaïl Boulgakov

Présentation de l’éditeur « Écrit sous la terreur par un homme malade et désespéré, Le Maître et Marguerite a mis 25 ans pour s’imposer comme l’un des chefs-d’oeuvre de la littérature russe et devenir un livre culte dont la construction diabolique n’a pas fini d’enchanter les lecteurs.   Comment définir un mythe?  Les personnages de ce …

Continuer à lire »

Avr 13 2011

Photo du profil de Karine:)

Eugène Onéguine – Alexandre Pouchkine

Présentation de l’éditeur « Placé du côté de la légèreté, du sourire, le romande Pouchkine est unique dans la littérature russe: il n’apprend pas à vivre, ne dénonce pas, n’accuse pas, n’appelle pas à la révolte, n’impose pas un point de vue, comme le font, chacun à sa façon, Dostoïevski, Tolstoï ou, plus près de nous, …

Continuer à lire »

Articles plus anciens «

Aller à la barre d’outils