Le cahier noir – Michel Tremblay

le-cahier-noirLe cahier noir a été mon Michel Tremblay annuel.  J’ai lu plusieurs romans, mais on dirait que je m’y suis prise trop tard… et que je ne rattraperai jamais!  Le cahier noir a été publié en 2003 mais nous emmène en 1966, dans le centre-ville de Montréal au Sélect, resto de la rue Ste-Catherine où se côtoient les clients de Dupuis Frères le jour, et la faune de la Main la nuit.  Au milieu de tout ça, Céline, waitress.  Aînée de trois filles, elle joue à la mère avec ses deux soeurs adolescentes parce que la mère, la vraie, est alcoolique et pas souvent en état de le faire.    Entre la mère et la fille, une lourde histoire, teintée de honte, de culpabilité, de manipulation.

 

Le cahier noir, c’est le cahier de Céline.  À travers les mots, elle tente d’accepter ses particularités, d’exorciser les horreurs que lui dit sa mère et de survivre à sa vie un peu plate.   Puis, un jour, Aimée, une cliente qui n’est même pas son amie, va lui demander de lui donner la réplique pour une audition des Troyennes d’Euripide.  C’est à ce moment que Céline va commencer, peut-être, juste peut-être, à arrêter de se cacher.

 

Comme toujours, on est profondément ancrés dans le Québec des années 60, avec les excès de la faune de la nuit et le quotidien des petites gens.    Céline est un personnage qui évolue, qui s’émancipe et tente de devenir elle-même.   Étonnamment, le drame personnel de la jeune femme de 20 ans résonne de façon très particulière avec les grands drames de l’histoire, qui nous est proposée en parallèle.  Chacun a sa bataille à livrer et ses fins du monde à vivre.

 

Sans être écrit en joual, c’est profondément québécois et on sent pointer l’auteur dans le fameux cahier.  On y trouve d’ailleurs une réflexion sur le langage québécois, son identité, qui fait sans doute écho aux questionnements et commentaires qu’a dus recevoir Tremblay quand il a choisit d’écrire dans la langue d’ici.  Encore une fois, on retrouve des personnages cultes de l’oeuvre de Michel Tremblay : la Duchesse, Maurice, Carmen, Fine…  tous y font des apparitions.  Et avec la finale, douce amère, j’ose espérer qu’on les verra encore davantage dans les prochains tomes!  C’est que ce cahier noir est suivi d’un rouge, puis d’un bleu!

 

Beaucoup aimé!

logo-petit

(2 commentaires)

  1. Très joli ce « cahier noir » ! Et, je te rassure, on retrouve bien La Duchesse de Langeais, Jean-le-décollé, Mimi-de-Montmartre, Tooth Pick, Greta-la-Vieille et Greta-la-Jeune, Babalu et Fine dans la suite ! ^^

    1. Good! Ca m’encourage à continuer!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils