Brexit Romance – Clémentine Beauvais

Le comment du pourquoi

J’aime beaucoup Clémentine Beauvais, son humour et son regard caustique sur les choses. J’ai particulièrement aimé « Songe à la douceur », qui reprenait très habilement Eugène Onéguine (Pouchkine mon amour) à la sauce moderne. Du coup, quand j’ai eu besoin d’un moment de détente, j’ai spontanément choisi ce livre. Et dieu sait que j’ai besoin de détente ces temps-ci!

De quoi ça parle

Post-Brexit, l’Eurostar entre Londres et Paris. Marguerite, 17 ans, jeune chanteuse d’opéra prometteuse, va donner un concert avec son professeur de chant. C’est à cette occasion qu’elle va rencontrer Canelle, qui s’en va à Londres, pour épouser un garçon qu’elle n’a jamais vu. Brexit Romance que ça s’appelle. Des mariages arrangés pour pouvoir obtenir des passeports européens et la possibilité de passe du temps en Royaume-Uni. Parfaitement illégal, of course. Nous allons donc suivre toute une galerie de personnages dans cette quête du passeport européen. Without love involved. Mais bon, ça ne va pas se passer comme ça, I’m afraid!

Mon avis

Si vous me connaissez, vous savez que j’ai l’esprit de contradiction. Mais vraiment. Si je n’aime pas le ton ou l’argumentaire, je suis capable de m’obstiner à mort pour une opinion qui n’est même pas la mienne. Du coup, certaines opinions avec lesquelles je suis en bonne partie en accord (ok, mettons 85% d’accord), m’ont terriblement gossée parce qu’un peu trop appuyées. Du coup, les personnages les plus intéressants ont fini par me taper sur les nerfs.

Entendons-nous, je suis hyper fan de la plume et de l’humour de Clémentive Beauvais. Les jeux de mots en traduction, que plusieurs ont trouvé redondants, m’ont beaucoup plu, même à répétition. Le début est un peu long mais j’ai beaucoup aimé les exagérations, le côté très théâtral. C’est léger, on rencontre des jeunes engagés, qui ont des opinions très « modernes » mais qui vont lentement évoluer au contact les uns des autres, et surtout au contact d’autres qui ont été élevés autrement et qui ont d’autres vécus. Certes ils sont parfois agaçants (la naïveté de Marguerite est parfois… gossante), voire même enrageants (Cosmos…), mais le ton est enlevé, engagé, les situations frôlent parfois le grand n’importe quoi et j’ai passé un bon moment en général. Il faut juste penser à l’idée de base. Comment ne pas virer au vaudeville? J’ai surtout aimé le pauvre Pierre, professeur de chant, qui va se retrouver embringué dans tout ça… et qui n’en demandait clairement pas tant!

Ce n’est certes pas mon livre préféré de l’autrice, un peu trop politisé à mon goût quand j’ai besoin de légèreté, mais j’ai somme toute bien aimé!

6 Commentaires

6 pings

Passer au formulaire de commentaire

    • Lilly sur 21/06/2021 à 03:19

    Il ne me tente pas trop, en revanche je louche très fort sur « Décomposée ».

    1. Je ne l’ai pas lu, celui-là… mais je veux tous les lire!

    • Mes échappées livresques sur 21/06/2021 à 05:13

    J’adore Clémentine Beauvais mais avec celui-ci, je n’ai pas été particulièrement emballée. L’intrigue était trop farfelue à mon goût et je n’ai pas adhéré.

    1. Sa plume a sauvé la mise pour moi. J’ai bien aimé le côté farfelu, mais j’avais l’impression de me faire faire la morale parfois… et j’ai vraiment l’esprit de contradiction. Même quand je suis d’accord.

  1. Un côté politique dans ce roman ?

    1. Oui, je pense. Brexit, mais aussi beaucoup de politically correct, selon moi! Quoiqu’avec un peu de recul vers la fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.