Aller à la barre d’outils

Beach Read – Emily Henry

Le comment du pourquoi

Ce roman avait des avis over the top partout sur les réseaux anglophones, autant les blogs, youtube que goodreads. Après le mois de la fantasy, mon nouveau challenge pour l’été, c’est celui de la booktubeuse québécoise « encore une page », sur le thème de l’été. Du coup, ce roman fittait parfaitement dans le thème et je me disais que ça allait changer agréablement de mes dernières lectures. Pour changer, ça a changé, sauf que bon… je m’explique un peu plus tard dans le billet. Je m’énerve moi-même avec mes trois sections, en ce jour!

De quoi ça parle

January ne va pas bien. Son papa, son héros romantique, vient de mourir, et elle vient de découvrir qu’il avait une vie cachée et qu’il trompait sa mère. Sauf qu’elle est autrice de romance et que, du coup, elle ne croit plus en l’amour et ne réussit plus à écrire. Son père lui a laissé une maison sur la plage dans sa ville natale et elle va passer l’été à tenter d’écrire le roman qu’elle a promis à son agente pour septembre. Sauf que dans la maison d’à côté, il y a Gus. Gus, celui qu’elle a connu à l’université, son rival dans les classes d’écriture, celui qui la confrontait toujours et qui, lui, écrivait des romans et des essais très « sérieux ».

Sauf que lui aussi a du mal à écrire et ils vont faire un pari risqué. Elle essaiera un roman plus sérieux et il mettra de l’amour dans son roman. Et pour ça, ils se donneront mutuellement de la formation les week ends.

Intéressant comme prémisse pour une romance, non?

Mon avis

Ça avait bien commencé. J’aimais bien la plume, les dialogues entre les personnages, et leurs backgrounds. De plus, l’idée d’une romance avec l’écriture en trame de fond me plaisait plus que bien. Pourtant, plus ça allait, plus j’avais hâte de voir la fin, ce qui est toujours mauvais signe. Et j’étais bien contente quand cette fin – tant attendue – est enfin arrivée. Un gros bof, alors.

Et ce qui est le plus dommage dans tout ça, c’est qu’il y a du bon dans le roman. Plein de bon. J’ai juste trouvé qu’on passait beaucoup trop de temps sur la romance. Je pense que je suis devenue presque complètement imperméable aux histoires d’amour et aux déclarations enflammées. Au mieux, ça m’ennuie. Au mieux. Peut-être qu’un jour ça va revenir. Let’s hope. Du coup, dès qu’on revenait à cet aspect du roman, je n’avais qu’une hâte : qu’on revienne aux autres thèmes.

J’aurais tellement aimé qu’on parle davantage d’écriture, de création littéraire, de confrontation entre les styles. De VRAIE confrontation et de vraie évolution des façons de penser. Davantage d’amitié féminine, parce que sérieusement, cette relation est topissime, même si les deux filles sont à distance. Le deuil du père et de la relation parfaite des parents sont par contre très bien traités car c’est un peu un passage obligé, cette réalisation que les parents sont des êtres humains, avec des failles, qui font des erreurs.

Donc, beaucoup de points positifs, mais un déroulement qui m’a semblé long et un focus qui aurait pu être ailleurs que sur la romance. J’aurais aimé que la romance soit « juste le petit plus » et pas le sujet sur lequel on passe le plus de temps. Toutefois, je crois que ce roman va toucher son public et qu’il va franchement plaire beaucoup de personnes.

Juste… pas moi!

4 Commentaires

4 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Un gros bof, ce sera sans moi 😉

    1. Je ne te conseillerais vraiment, mais vraiment pas!

  2. Il avait l’air idéal pour l’été, pourtant.

    1. Oui, tellement! Mais bon, ça n’a pas fonctionné avec moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.