Au 5e – MP Boisverts

J’ai lu ce roman dans le cadre d’une vidéo qui ne verra probablement jamais le jour, même si plein de clips sont filmés. C’était dans les coups de coeur 2021 de MAPS Booktube et comme elle et moi avons des goûts hyper différents… j’avais hâte de voir!

De quoi ça parle

Eloi n’est plus avec sa blonde. Il va donc emménager au 5e, avec son ex-du-secondaire Alice et ses 3 colocs. Alice, Gaëlle et Camille ont une relation toutes les trois. Alice a aussi une relation avec Simon, l’autre coloc. Où se situera Eloi dans tout ça?

Mon avis

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce court roman choral. La narration se partage entre les 5 personnages, avec quelques scripts, ça se lit tout seul et comme toute l’action se situe dans le fameux appartements, c’est un peu comme si nous y étions. C’est résolument moderne, autant sur le fonds que sur la forme, c’est très queer et très rafraîchissant comme histoire. Disons que ça nous sort de notre quotidien et que ça remet en question plusieurs concepts tels que le couple, le désir et la fidélité.

Entendons-nous, ce qui m’a le plus intéressée, c’est de découvrir les relations entre les personnages. Plus que les personnages eux-mêmes d’ailleurs. J’ai eu l’impression de les connaître uniquement à travers leurs liens entre eux et à leur relation à l’amour et au désir. C’est très décomplexé et ça fait du bien mais j’aurais aimé qu’on explore davantage leurs personnalités hors de ça.

Côté écriture, l’autrice a réussi à me faire sentir clairement vieille. Je me bats avec moi-même pour parler selon mon époque mais si je n’ai aucun mal à ne pas conjuguer au futur proche (« je vais chill/I’m gonna chill ») quand j’utilise des verbes en anglais, au passé, je n’y arrive pas vu qu’en anglais, justement, on conjugue (« on a chill/we chilled »). Ceci dit, ils en utilisent beaucoup plus que moi, des verbes en anglais! « J’ai manage de parler de relations amoureuses, de job et d’avenir en à peu près dix minutes »… j’ai de la misère. Call me ancêtre! L’utilisation de l’écriture inclusive passe super bien, même si je préfère « Iels/ielles » à « illes » au pluriel. Question de préférences personnelles.

Malgré ces bémols, j’étais bien dans cet appart. La fin m’a beaucoup plu et j’ai aimé les passages du quotidien, réalistes et attendrissants. Tout le monde est queer, ouvert, mais conscient qu’hors de leur petit univers, ce ne sera peut-être pas si simple. Ils sont eux mais ils sont aussi « nous »… bref, un ouvrage différent, qui élargit les esprits. À découvrir.

1 Commentaire

1 ping

  1. Call me ancêtre de l’ancêtre, «J’ai manage»… Oh.Mon.Dieu!!!! Merci, ce livre est rayé à tout jamais de ma liste!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.