All the light we cannot see (Toute la lumière que nous ne pouvons voir) – Anthony Doerr

all the lightJ’avais repéré ce roman il y a un bon moment.  Sur des blogs anglais, je pense.  Puis, il a traîné et je l’ai sorti en voyage.  Pour réaliser à mon retour qu’il avait gagné le Pulitzer.  Quand on parle de timing!

 

C’est donc un beau gros roman bien touffu, avec une construction intéressante et une écriture vraiment particulière.  Des phrases magnifiques en côtoient d’autres d’une simplicité étonnante, parfois même sèches et courtes.  Le roman commence avec des petits papiers qui tombent du ciel de St Malo, des petits papiers qui avisent les habitants de quitter la ville.   C’est le bombardement allié de St-Malo, qui a détruit une grande partie de la ville.  Puis, nous retournons 10 ans auparavant pour rencontrer les deux personnages principaux, Marie-Laure et Werner.  Marie-Laure est aveugle, fille du serrurier du musée d’histoire naturelle, et elle fuit Paris avec son père et un – peut-être – diamant.   Werner est un petit génie orphelin en Allemagne.  Son but : éviter la mine où son père a péri.

 

Bien entendu, ils vont se croiser.  Je ne dirai pas comment.  Mais dans ces courts chapitres (parfois très courts), nous retrouvons la découverte du nazisme à travers des yeux d’enfants, les efforts ordinaires, beaucoup d’amour et d’humanité.  Les personnages ne sont pas parfaits, ils prennent parfois de mauvaises décisions et on sent une réelle réflexion sur le libre-arbitre, les choix et le courage.  Les personnages secondaires, que ce soit le grand-oncle en stress post-traumatique, la petite soeur idéaliste ou la gouvernante qui s’occupe de la jeune fille, m’ont beaucoup plu.  Ils m’ont autant touchée que les personnages principaux.    Mais surtout, surtout, il y a St-Malo, ville que j’ai arpentée avec mon amie Fabienne.  La St-Malo réelle, ou la St-Malo recréée pour Marie-Laure, qui sont tout aussi fantastiques et merveilleuses l’une que l’autre.

 

Certes, il y a certains éléments qui sont un peu « too much ».  Il y a parfois un peu trop de mélo.  Mais j’ai adoré la finale et le sentiment doux-amer qui s’en dégage.  Of course, je ne veux pas trop en dire, mais j’ai aimé la sensation de vacuité, les réponses… et les questions qui n’en auront jamais.   C’est certes un roman à grand déploiement, un roman qui plaira à beaucoup beaucoup de monde et qui est super accessible en plus.

 

Mais moi, je suis fan de ce genre de livre.  Du coup, sans que ce soit un méga coup de coeur, ça a fonctionné!  J’ai beaucoup aimé ces héros à petite échelle.  Ou moins petite.

Les avis de Jérôme, Gambadou, Miss Alfie et Clara

(22 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je suis en train de le lire (et pile au milieu) mais en français et c’est peut-être dommage pour l’écriture. Pour l’instant j’aime bien même si effectivement c’est un roman plutôt « populaire ».

    1. En fait, c’est le genre de style que tu aimes ou que tu détestes… pas de milieu. Mais bon, roman populaire mais ça fait du bien des fois!

  2. Je suis au milieu et j’aime beaucoup 🙂

    1. Hâte de voir ton avis final.

  3. Titre croisé et recroisé … Au festival du livre de Saint Malo où évidemment, il faisait un tabac ! Je ne l’ai pas acheté cependant, certaines lectrices présentes soulignant le côté « too much » et mélo. Parfois, j’aime bien pourtant ! A la place, j’ai choisi sur le même stand Albin Michel « Le coeur qui tourne ». Aucun regret !

    1. Oui, il y a un côté un peu too much, mais j’avoue que dans ce cas, ça m’a plutôt plu. J’avais besoin de ça à ce moment-là. Et je suis plutôt bon public. C’est de qui « Le coeur qui tourne »? Je vais aller voir sur ton blog si tu en as parlé récemment.

  4. Je l’avais repéré sur Goodreads, il me tente beaucoup !

    1. Moi j’ai beaucoup aimé. Roman qui se lit tout seul.

  5. On le voit de plus en plus sur les blogs. Je le lirai tôt ou tard, sans trop en attendre non plus.

    1. Si tu pars avec cette optique, je pense que ça peut fonctionner.

  6. cela m’attire aussi, je l’ai donc noté

    1. Tu m’en redonneras des nouvelles quand tu le liras!

  7. Je l’avais aussi repéré sur la blogosphère anglaise…Depuis, il a été traduit mais même si j’ignore dans quelle version je vais le découvrir, j’ai bien l’intention de me le procurer 😉

    1. Je pense qu’il mérite d’être découvert! Un roman parfait pour les vacance,s je trouve.

  8. Déjà dans ma PAL. J’ai failli le lire, et puis je l’ai reposé. Pas le bon moment, je pense. Mais il ne passera pas l’été avant que je ne me fasse mon propre avis. En tout cas, ça fait du bien d’entendre un avis plus mesuré.

    1. Oui, j’ai beaucoup aimé mais je n’y vois pas non plus un super chef d’oeuvre. Un très bon moment… mais bon!

  9. Bonjour Karine:), j’ai noté ce roman depuis quelque temps. Les critiques sont plus ou moins mitigées. Tu es la deuxième qui en écrit du bien. Bonne journée.

    1. Sérieux? Moi, j’en ai lu presque seulement des excellents. Je me trouvais le vilain petit canard. Tu me diras ce que tu en as pensé!

  10. Bon tu ajoutes encore à ma liste PAL avec cet intéressant billet 😉

    1. Je pense que ça peut te plaire, en fait… tu m’en redonneras des nouvelles.

  11. Pas tentée bizarrement, sûrement son côté « pavé » ! 😉

    1. C’est sûr, il faut aimer les pavés et les histoires qui se déroulent sur plusieurs années!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Aller à la barre d’outils