«

»

Jan 08 2018

Photo du profil de Karine:)

Enchantement – Orson Scott Card

Ce roman, je l’ai reçu dans un swap contes de la part de Stéphanie.  Oui oui, vous avez bien lu.  Mars 2010.  J’ai ce livre depuis presque 8 ans.  Ça fait un peu peur, en fait.  Cette édition chez Points est hyper cute, avec un ours et des paillettes qui brillent.   C’est une réécriture de conte, of course (c’était le thème du swap) mais avec un twist parce que c’est une réécriture de la version russe du conte de la belle au bois dormant, mais pas que.  En effet, dans ce roman, on retrouve beaucoup de folklore russe et un peu de folklore juif.  Comme j’ai lu beaucoup à ce sujet pendant mon voyage en Russie, j’ai été ravie de retrouver les références.  Vous pouvez vous imaginer que je l’ai lu en battant des mains.

 

Il faut donc savoir que ce roman a été écrit pendant les années 90.  Des réécritures, depuis il y en a eu une pis une autre.  Pourtant, il a vraiment quelque chose, ce roman.   On y découvre un vrai univers, c’est riche, c’est documenté sans être lourd et c’est bourré, bourré de petits détails relatifs à la culture russe et ukrainienne.  Et ce sont ces clins d’oeil qui font que le livre a un petit quelque chose de plus.

 

C’est donc l’histoire d’Ivan Smetski.  Il est né en Ukraine, pendant la période communiste et son père, professeur à l’université, va tout faire pour offrir une autre vie à son fils, malgré qu’il ait du mal avec certaines valeurs occidentales.  Avant leur départ, ils vont s’arrêter chez le cousin Marek et dans cette forêt, il va tomber sur une clairière de feuilles où, au milieu, trône une jeune fille endormie.  Mais il a 10 ans et il semble y avoir un monstre qui la garde.  Du coup, il va partir aux États-Unis… mais ce n’est que plusieurs années plus tard que ses recherches le pousseront à revenir en Ukraine.   En effet, il est devenu chercheur, comme son père, sur les dialectes proto-slaves.   Et, étrangement, il ne peut s’empêcher de revenir dans la fameuse clairière pour tenter de réveiller la belle dormeuse.

 

Alors, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants?  Heu…  peut-être pas!  Imaginez un athlète des années 90 au 9e siècle.  Il a beau être en forme, tenir une épée de 10 livres heu… peut-être pas.  Disons que son truc, c’est la course.  Vous pouvez vous imaginer qu’il n’est pas bâti comme une armoire à glace et qu’il n’est pas considéré comme un top chevalier.  Quant aux coutumes et aux valeurs, on n’en parle même pas.  Et on va dire que notre princesse, Katerina, est tout sauf emballée par ce mari qui lui est tombé dessus.

 

Ça parle d’amour, certes, mais aussi de légendes (non mais saviez-vous d’où venait la maison à pattes de poules de Baba Yaga, vous?  Moi, je le sais), de magie et de mythologie pendant l’essor du christianisme.  On y croise d’anciens dieux et des personnages de légendes, il y a des côtés doux-amers, des grands méchants (en la personne de Baba Yaga, la seule et l’unique) et des traitres.  Le tout est traité avec respect, soit, mais aussi beaucoup d’humour.  Les passages où Baba Yaga prend la narration, où elle nous raconte des trucs horribles, qui lui semblent hyper logiques… et c’est drôle.  Bref, ça m’a beaucoup plu.

 

Certains lecteurs d’aujourd’hui trouveront peut-être que ça manque d’action et que ça peut sembler classique comme réécriture, après toutes celles que nous avons pu lire depuis.  Mais pour moi, l’univers, la recherche, les références… ça l’a totalement fait!

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Frankie

    C’est avec ce roman que j’ai fait connaissance avec Baba Yaga il me semble, et depuis je l’ai revue dans pas mal d’histoires 😀 Je me rappelle plus bien de l’histoire, enfin si mais pas dans le détail mais j’avais bien aimé. Et tu sais, j’ai des livres dans ma Pal qui y sont depuis presque 20 ans alors 8 ans c’est rien ! 😀

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      J’avais un livre de contes de Baba Yaga quand j’étais petite… et j’en ai beaucoup entendu parler en Russie. Je garderai le souvenir d’une ambience, d’une romance pas gnan gnan! Et tu sais quoi? Ya des livres que j’ai depuis si longtemps que j’ai décidé que je les avais assez vus… et que je les ai foutus dans la biblio-normale!

      1. Frankie

        Ah non moi mes vieux livres de Pal, je les garde en Pal. Ils m’ont suivi en Tunisie, je le regarde régulièrement dans leur bibliothèque dédiée en me disant « tiens, je vais sortir celui-là cette année » pour bien vite oublier ce que j’ai dit 😀 et je pense qu’ils referont le trajet inverse quand je quitterai le pays 😀

        1. Photo du profil de Karine:)
          Karine:)

          J’ai la pile « active » depuis 10 ans…. ceux d’avant, je m’en suis débarassée, en fait… ou je les ai fichus dans les biblios. Il y en avait assez peu, en fait!

  2. Vert

    Je l’ai lu y’a super longtemps (genre dans sa vieille édition Atalante), j’en garde plutôt un bon souvenir, j’avais bien aimé le fait de puiser ses sources dans les contes russes. Par contre c’était plus sombre que ce à quoi je m’attendais je crois.

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Oui, c’est assez sombre. Pas une réécriture sweet. Les contes russes, c’est original, on retrouve l’ambiance contes de fées et j’ai aimé le côté atmosphérique, l’ambiance!

  3. Lynnae

    J’avais adoré aussi <3 La belle au bois dormant est un conte que j'adore, mais cette touche russe, cette magie, ce mystère … Et la Baba Yaga a toujours la classe !

    Et j'ai aussi des romans qui attendent depuis 2010 voire avant, ne te sens pas trop seule :p

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Moi aussi j’adore ces deux contes… et je trouve ça très bien traité, en plus! Romantique mais pas rose bonbon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils