«

»

Mai 08 2017

Photo du profil de Karine:)

L’imparfaite amitié – Mylène Bouchard

J’ai pu discuter avec Mylène Bouchard au dernier salon du livre de Québec.   Ce qui est un peu fou, c’est que la maison d’édition est située à Chicoutimi… et que j’habite à environ 10 minutes de là!   Comme quoi faut aller à Québec pour rencontrer nos voisins!  Elle a donc réussi à me convaincre et j’ai pu récupérer le roman lors de mon plus récent passage en librairie.

 

Avec mes copines lectrices, on ne s’entend pas sur ce roman.  Certaines se sont senties à distance.  Moi, j’ai adoré.  Le format, les références, les métaphores, les réflexions… tout.  Parce que je ne suis pas duuuu tout du genre à tout sur-réfléchir hein!  Du coup, je me suis sentie, par moments, assez proche du personnage principal, malgré que nous la découvrons par le biais d’une petite boîte qu’elle laisse à sa fille Sabina.  Celle-ci contient des listes, des réflexions, des souvenirs aussi.   C’est donc à travers ce miroir que nous découvrons Amanda Pedneault, journaliste culturelle native de l’Ile au Coudres mais vivant aujourd’hui à Prague.

 

Amanda porte le nom d’un bateau, celui de l’Amanda Transport, qui a brûlé le jour de sa naissance. Elle est presque née de ses cendres.   Cette image est omniprésente tout au long du roman car Amanda brûle de plus, brûle d’aimer, brûle de vivre passionnément, pleinement, jamais en marge de sa propre vie, même si elle doit souvent lutter, faire des choix déchirant,  résister, comme elle dit.    Elle est à Prague, elle erre à Prague. Un jour, en entrant dans une galerie d’art, elle prend une résolution.  Désirer sans jamais posséder.  Pour garder la flamme brûlante.  Pour ressentir.

 

Un roman qui pose plus de questions qu’il n’offre de réponses.  Un roman qui m’a fait réaliser que je n’étais pas la seule étrange qui s’était déjà posé toutes ces questions au sujet de l’amour et de l’amitié aussi, sentiment souvent oublié mais qui a toujours eu une place si importante dans ma propre vie.    J’ai adoré pousser la réflexion, être en désaccord parfois.   La plume m’a beaucoup plu, le format particulier du roman aussi.  Assez pour que je veuille lire le précédent roman de l’auteur où, paraît-il, on retrouve l’un des personnages secondaires rencontré dans celui-ci.

 

Et bon… comment ne pas revoir Prague dans ces lignes, même si elle n’est qu’esquissée… ces quelques mots ont éveillé des images, des souvenirs… et m’ont fait apprécier encore davantage le roman!

 

Je suis donc conquise!

(2 commentaires)

  1. Yueyin

    Houla très très tentant, je vais essayer de le trouver 🙂

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Je suis SUPER curieuse de voir ce que tu en penserais. Du coup, je te le conseille vivement. Même que je te fais des yeux de chat potté!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils