«

»

Nov 23 2015

Photo du profil de Karine:)

Le manège de Monsieur Grimm – Stéphane Choquette

manège de monsieur grimmJ’ai commencé ce roman le jour de l’Halloween.  Je filais pour un roman-qui-fait-peur.  J’ai donc jeté mon dévolu sur Le manège de Monsieur Grimm.   En plus, la couverture est jolie et  j’aime le côté « floppy » des romans de la collection Latitudes chez Québec Amérique.  Oui, je sais, je suis soooo superficielle!

 

C’est donc l’histoire de Lucas, un jeune garçon de 12 ans.  Il vient de finir sa 6e année et se fait tabasser par les grands du secondaire.  Un jour, alors qu’il tente de se sauver, caché derrière un cabanon, il assiste à un événement horrible, ce qui va l’intriguer et le fasciner.  Surtout qu’il a oublié son précieux carnet à dessin à cet endroit.   Et qu’avec le carnet, il y a un étrange livre qui lui a été offert par son ancien prof, parce qu’il avait été fortement intrigué par certaines coïncidences.

 

L’auteur réussit ici à créer une atmosphère lourde, étrange.  Le début, surtout, m’a fascinée parce que je savais rien, et que le couple Moreau (les propriétaires du cabanon dont je vous ai parlé plus haut) est rempli de paradoxes et autant l’homme que la femme sont difficiles à saisir, à comprendre, au premier abord.   C’est un roman dont les pages se tournent toutes seules, à l’écriture agréable et fluide.  Rien de compliqué, mais ça tient agrippé aux pages.  La preuve, je l’ai lu tard le soir alors que j’étais claquée… et il m’a tenue!

 

Certes, à un certain moment, l’histoire prend un tour plus attendu et qui rappelle aussi la structure des romans Young Adult.  Il y a par contre tout un côté qui reste toujours intrigant et j’ai l’impression qu’il me reste beaucoup de choses à découvrir sur le fameux livre, qui garde un côté très mystérieux.  Il y a de l’inventivité dans l’univers et l’histoire prend quand même des tours inattendus.  Malgré tout, les comportements de Lucas, le personnage principal, sont souvent difficiles à comprendre et semblent parfois terriblement téméraires.  C’est probablement l’aspect qui m’a le plus dérangée par moments.

 

Un bon roman, à l’atmosphère pesante, qui fait très très Halloweenesque, et qui nous permet de voir une histoire avec un côté noir dans un contexte québécois.   Très divertissant.  Et si l’auteur nous écrit un tome 2, c’est certain que je veux connaître la suite.  J’aime être divertie, faut croire!

 

logo québec en novembre

(2 commentaires)

  1. Venise

    Je m’apprête à le recenser et j’apprends par Google que tu l’as lu. J’ai accouru te lire. Je n’avais aucune idée que tu aimais le genre. J’en apprends sur toi ! Bien sûr que cet auteur est à suivre de près.

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      J’aime… des fois!
      Et là, j’ai plutôt bien aimé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils