«

»

Juil 31 2015

Photo du profil de Karine:)

Belle du Seigneur – Albert Cohen

Belle du seigneurOk.  Comment vais-je parler de ce roman.  Je l’ai terminé depuis plusieurs jours déjà, et je sens que mon billet ne va rien dire du tout et va partir dans tous les sens.   Comment expliquer que j’ai été emportée, que j’ai plongé dans cette exploration de l’âme humaine, tout en croyant sincèrement que ce n’est pas un roman qui va plaire à tout le monde, loin de là.  Comment vous faire ressentir à quel point les personnages me hantent encore, avec leurs grandioses sentiments, leurs bassesses et leurs désillusions?   Pas facile, tout ça.  Surtout quand on a affaire à un roman virtuose et un peu fou.  Mais je vais quand même tenter le coup.

 

Quand on pense à Belle du Seigneur, on pense à l’amour passionné, irréel et fou de Solal et d’Ariane.  Pourtant, ce n’est pas une romance.   Et ce n’est pas non plus « que » ça.  C’est également une critique sociale de la bourgeoisie ainsi que de la société qui ne pense qu’à « monter », une réflexion sur l’amour, certes, mais aussi sur la beauté, les apparences et sur l’antisémitisme.   Ceux qui sont réellement calés en littérature me diront que cette description est fort réductrice, et je suis d’accord.  On s’entend que je ne vais pas vous faire une analyse, hein!  Il y a des gens qui font ça super bien… et je n’en fais pas partie.  Je vais me contenter de vous parler de mon ressenti par rapport à cette lecture qui a été haute en émotions.

 

Autour d’Ariane et de Solal, qui ne se rencontrent d’ailleurs pas au début du roman, il y a toute une galerie de personnages secondaires par nécessairement sympathiques mais hilarants.  Ils m’ont par certains côtés rappelé certains aspects comiques de personnages secondaires de Dickens, vous voyez le genre?   D’abord, Adrien Deume, mari d’Ariane et petit fonctionnaire imbu de lui-même, qui travaille (le mot est bien grand) sous la direction de Solal.  Le « petit-Deume », comme il se nomme lui-même a comme ambition de monter dans l’échelle sociale, et il passe sa vie à calculer en fonction de ça.  Ah oui, j’oubliais.  Monter dans l’échelle du boulot… sans rien faire, of course!  Sinon ce ne serait pas drôle.  Mais ce qui EST drôle, dans tout ça, c’est qu’il a réellement l’impression de travailler dur et de MÉRITER les promotions et l’avancement.  Et cet aspect précis l’empêche d’être vraiment unidimensionnel, tout en ayant le mérite de me faire rire.  En effet, lire un long descriptif d’une journée d’Adrien Deume au bureau, où il est TRÈS occupé à ne rien faire (mais il est occupé hein… ça va vite, dans sa tête) a été pour moi jubilatoire.    Et on ne parle même pas de sa mère, bourgeoise imbue de sa situation, hypocrite et dévouée à son fils qu’elle vénère, tout en maltraitant sa bonne, parce que bon, définitivement, elle n’est pas de son « miyeu ».   La longue soirée où tous ces personnages attendent le grand homme à souper est pétante de vérité… et de drôlerie pathétique.

 

Quant à l’amour, l’amour fantasmé, cet amour passion qui ne permet rien d’autre, il m’a rappelé ces grandes amours adolescentes, où on veut le Grand, le Beau, les Moments avec Lui, le vénéré, l’aimé… mais où on ne se révèle pas vraiment, voire même pas du tout.  Les deux amants vivent un rêve d’amour, une illusion d’amour, où ils s’ennuient bien vite, mais qui épuise à la longue.  Ils ne se connaissent pas, ne savent pas qui ils sont eux-mêmes, tellement obnubilés à créer l’illusion parfaite, la perfection que – croient-ils – l’autre désire.   Solal fascine le lecteur, qui tente de percer son mystère alors que le personnage découvre en même temps que nous qui il est, n’ayant pensé qu’à monter et à séduire jusqu’à maintenant.  Ariane, quant à elle, vit dans un monde de rêves et d’illusions qui lui ont toujours semblé bien plus intéressants que le présent et la réalité, qu’elle refuse obstinément de regarder en face.

 

Cohen a définitivement une habileté folle à nous faire entrer dans la tête de tous ses personnages.  On entend leurs accents, on les imagine, à travers leurs tâches quotidiennes, en train de nous faire ces longs monologues parfois enflammés.  On suit leurs pensées vagabondes, on voit les autres à travers leurs yeux.  Les discours internes d’Ariane sont délicieusement tangentiels au départ et le demeurent tout de même, bien qu’ils se centrent à un moment uniquement sur son amour, sa raison de vivre, sa définition d’elle-même en tant que Belle du Seigneur.   Sans point, on voltige avec elle dans sa petite tête, passant d’une idée à l’autre, d’une réflexion à l’autre, en se demandant bien parfois comment on en est arrivés là.  Les pensées de Solal sont plus difficiles à suivre, plus sombres aussi et on a besoin d’être bien accrochés pour s’y retrouver un tant soit peu.  Par contre, j’ai adoré voir la vie par les yeux de Mariette, la bonne, plus pragmatique et un peu dépassée par tout ça.

 

Je m’égare, je le sens.

Mais ça a été une claque littéraire.  J’ai été éblouie par l’exercice de style, par la structure du roman.  Bluffée, comme les français le disent si bien.   Et une chance que j’ai eu mon amie Yueyin pour en jaser pendant ma lecture, sinon j’aurais explosé, je le sens.  Un roman qui aura laissé ses marques.

 

Et… j’ai fini mon fashion klassiks!  Bon.  7 ans plus tard.  Mais quand même!

FashionKlassik

 

(26 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. eimelle

    un livre qui marque!
    et je regrette d’avoir manqué à Avignon une pièce « Les soliloques De Mariette » qui lui donnait justement la parole

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Oui, voilà! Ca marque.
      Même après presque un mois, j’y repense encore et me trouve souvent plongée dans des réflexions à son sujet. Je vais m’informer sur la pièce… tu m’intrigues!

  2. Au fil des plumes

    Je connaissais de nom bien sûr mais je ne l’avais jamais lu. Ton avis me donne envie de sauter le pas.

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Il faut avoir du temps et l’envie de se plonger dedans. Mais quand on accroche… wow!

  3. Lili Galipette

    Ah, quel roman !
    Depuis, j’ai lu « Solal » qui présente les premières amours du beau juif, et « Mangeclous » et « Les valeureux » qui présentent les oncles de Solal.
    Toujours aussi grandiose !

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      J’ai bien l’intention de lire ces romans aussi.. les oncles sont complètement too much. J’ai hâte de voir ce qu’il y a derrière.

  4. zarline

    De cet auteur, je ne connais que Mangeclous auquel je n’ai pas du tout accroché. Du coup, je n’ose plus attaquer Belle du Seigneur. Il faudra encore quelques billets comme le tien pour que je me lance 😉

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Je compte l’essayer. Peut-être qu’après avoir lu Belle du Seigneur, j’accrocherai davantage… sai-on jamais!

  5. Lael

    Oh ce classique!! Je devais le lire quand j’ai commencé à être libraire! 6 ans après toujours pas lu. Il est dans ma PAL je précise!!! Un classique à lire…Très bon billet! Faudrait vraiment que je me mette à lire mes classiques!

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      un classique des années 70 mais un classique quand même! Sérieux, je suis curieuse de voir ce que tu en penserais… pour moi, ça a été une révélation!

  6. lewerentz

    Je n’en entendu / lit que du bien mais la longueur me rebute. Bravo à toi !

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Ah oui, il faut quand même avoir du temps devant soi. Ca ne se lit pas en 2 minutes!

  7. Lili

    Ce bouquin là, c’est tout ou rien, je crois. Soit on l’aime, soit on le déteste… Il faut dire que mes deux précédentes rencontres avec Albert Cohen ont été lamentables… Il fait partie des écrivains que j’ai le plus envie de frapper à ce jour (oui, il m’arrive d’avoir des envies de violence avec les écrivains, j’avoue). Du coup, je vais attendre d’avoir calmé ma colère avant d’envisager « Belle du seigneur » 😀

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Oui, j’avoue. C’est vraiment un livre à tout ou rien. Et pourquoi tu voulais le frapper? Curieuse je suis!

  8. Grominou

    J’ai plus ou moins accroché à l’histoire d’amour, les deux protagonistes me tombaient un peu sur les nerfs! J’ai surtout aimé (adoré, même!) les monologues intérieurs (dont certaines phrases ne seront comprises que 50 pages plus loin!) et les personnages secondaires, de même que la toile de fond: la Société des Nations impuissante et la montée de l’antisémitisme. La plume de Cohen est magnifique, et ton billet me rappelle que je voulais lire autre chose de lui et ça m’était sorti de l’idée!

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Ah, Ariane et Solal sont… quelque chose. Cette mise en scène, cette « adolescence » dans la relation chez les adultes… ça fait peur. Tu as raison, le style est tellement, tellement… incroyable.

  9. noukette

    Inégalé et inégalable pour moi… Quel roman !!

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      C’est vraiment particulier, ce roman. Il va rester en tête longtemps, longtemps, longtemps.

  10. yueyin

    <3 <3 <3 voilà…

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      :)))

  11. Suzanne

    Je ne sais pas, j’hésite encore après nombre d’années à lire des billets. Peut-être que justement j’ai trop lu sur ce roman ! Hum…

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      En fait, il faut vraiment avoir le goût de s’y plonger et de se laisser porter. Parce que vraiment, c’est du « ça passe ou ça casse ».

  12. Chapitre Onze

    Tu m’as fait revivre ce livre ! Je ne l’oublierai pas de si peu et je le relirai c’est sûr.

    J’ai lu Solal et j’au beaucoup moins aimé. Si je l’avais lu avant Belle du Seigneur, je n’aurais peut-être pas tenté de lire le pavé !

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Bon… à vous y mettre à tous, vous allez me décourager à lire les autres!

  13. Praline

    Un de mes coups de coeur littéraires ! Franchement, les monologues de la bonne, les robes d’Ariane, la technique de drague de Solal, les aventures du petit Deume… Tout m’emballe dans ce roman. Heureuse que tu aies pu l’apprécier tout autant 🙂

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Sérieusement, c’est une lecture captivante. La bonne, j’adore… et Ariane qui pitche tout dans le bain… et Adien Deume, comique sans le vouloir… j’adore!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils