«

»

Fév 16 2015

Photo du profil de Karine:)

Péché Exquis (Les nuits tentatrices – 1 ) – Emma Foster

Péché exquis 1Quand on a une grande amie qui écrit des romans, on les lit, n’est-ce pas!   Et quand cette grande amie écrit des romans érotiques BDSM, on les lit aussi, même si nous, on n’a aucun penchant pour recevoir coups de cravache et autres instruments divers et variés.  Et ça ne nous empêche pas d’aimer ça.

 

Bien entendu, j’essaie d’être objective…. et j’échoue lamentablement hein!  Mais sachez que ça m’a vraiment beaucoup plu, au point d’être obligée de me taper sur les doigts à toutes les trois pages pour me rappeler que je le lisais comme traqueuse de coquilles et de répétitions… car je me laissais emporter par l’histoire.  C’est mal, je sais.  Mais plutôt bon signe pour l’auteur, comme elle me le faisait remarquer.

 

C’est donc le premier tome d’une trilogie érotique à saveur BDSM qui sera publiée chez Bragelonne dans les prochains jours.    Je vous l’annonce d’emblée, si vous avez le goût de vous plonger dans monde vraiment BDSM pas édulcoré (mais pas non plus hard core, ne vous inquiétez pas) par l’intermédiaire d’un roman réellement bien écrit, c’est pour vous.   Parce que si l’auteur n’a pas peur des mots (entendons nous, pas de « virilité turgescente » ou de « fleur de son intimité » ici… on appelle un chat un chat… et une chatte une chatte), elle a un réel talent pour créer des atmosphères changeantes, intenses, un peu irréelles ainsi que pour créer des personnages avec de la profondeur.   J’adore le personnage féminin dans cette histoire.

 

Mais pitchons un peu.  Adam est beau et riche (sa concession au genre, selon ses propres dires).  Depuis son divorce qui l’a traîné dans la boue sur la place publique, il préfère se vouer à son travail et payer des escortes pour le reste.  Pas d’implication.   Moins compliqué, moins risqué.  Puis un jour, dans un bar, il rencontre une inconnue qui est tout le contraire de ce qu’il apprécie chez une femme normalement.  Petite, maigre, tatouée, garçonne… elle est loin de ses poupées Barbie habituelles.   Quand il lui propose un verre, elle lui propose autre chose, sans attache, sans suite.   Et suite à cette rencontre, il se verra entraîné dans un monde qui ne l’attirait absolument pas avant et à travers lequel il découvrira un aspect de lui-même qui lui était inconnu jusque là.

 

Entre Adam et Eve (ai-je besoin de vous expliquer les choses?) va se développer une relation qui leur échappe.  Lui est obsédé par la jeune femme et ne comprend pas les penchants qu’elle réveille en lui.  Quant à elle, écorchée vive, elle reste mystérieuse, évanescente, et ne trouve son plaisir que dans la souffrance et l’expiation.   On ne sait rien de son passé, de ce qui l’a amenée là.  Car pour elle, on sent rapidement que la soumission comble un penchant autodestructeur et que le jeu est plus qu’un jeu.

 

Si pour moi l’idée de souffrir n’a aucun, mais alors là aucun attrait (genre que les menottes ont intérêt à être très, très confortables… voire même ornées de fourrure rose bonbon), je n’ai pas non plus été rebutée par cet aspect, probablement en raison de la bulle un peu onirique et hors du temps que l’auteur crée autour de ces scènes, tout en étant explicite et crue dans son vocabulaire.   On les sent dans un état second, emportés et hors-contrôle.  Les scènes de fêtes BDSM ou de donjon ont un côté décadent.  On nous fait passer d’un film noir des années 50, avec son côté glauque mais glamour à la fois, à un hôtel particulier aux accents de Kubrick.

 

Je ne pourrais passer sous silence les références parfois perso (non mais, je les ai reconnus, les clins d’oeil… qu’allais-tu penser, chère twinette??) ou alors littéraires, artistiques, bibliques ou mythologiques.  J’adore la description d’ouverture, qui me rappelle un certain classique français que je ne nommerai pas, de peur d’être complètement dans les patates.

 

Un roman qui s’inscrit donc dans le genre des romans érotiques (entendons-nous, des scènes hot, il y en a… et même si on sent poindre les sentiments derrière, ce n’est pour l’instant pas un truc sweet à lire avec un sac de guimauve et des chocolats… à moins d’avoir l’idée de se les faire fondre sur le corps… mais c’est une autre histoire), avec la particularité d’être fort bien écrit.   Bien entendu, il ne faut pas être rebuté par le côté sadomaso (ou BDSM, comme il est de bon ton de dire) et accepter une partie des codes du genre.   Pour ma part, j’aurais préféré garder certains comportements ou motivations un peu plus mystérieux, moins clairs pour le lecteur.  Mais c’est le seul reproche que je lui fais (en toute objectivité, of course… c’est pas comme si c’était ma grande amie qui l’avait écrit).

 

Et à la fin…

Non mais Adam… sérieux…  on a un peu le goût de le secouer et ça rend le truc plus brutal encore.

 

À suivre, donc.

 

 

(18 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Syl.

    Mystérieux tout ça ! Cette héroïne me fait penser à Lisbeth dans « Millénium ». Plus fragile peut-être.
    Mais qu’est-ce qu’on fait ? Ben, on note pardi !

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Aaaah je n’avais pas fait le lien mais oui, il y a peut-être une petite ressemblance dans l’apparence. Mais j’adore ce personnage évanescent.

  2. L'Irrégulière

    ttttsssss, c’est mal ce que tu fais, là, de tenter les gens comme ça !

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Je suis vilaine hein!

  3. ohoceane

    Voilà ce qu’il me faut pour me détendre ^^ Il faut queje me remette de ma déception 50 shades of Grey (j’ai guère aimé !)

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Je n’ai pas non plus aimé 50 shades. C’Est une romance pas si mal… mais j’ai trouvé ça maaaal écrit! Celui-là est quand même plus cru mais beaucoup mieux au point de vue de l’écriture.

  4. Suzanne

    Tiens tiens l’auteure suit la mode des 50 shades of Grey .
    Pas fou, c’est la fureur ces temps-ci .

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Si tu veux lire une entrevue avec l’auteur qui explique pourquoi cette histoire a pris cette forme… mylène a fait ça super bien!
      http://www.leslecturesdemylene.com/2015/02/interview-emma-foster-les-nuits.html

  5. Suzanne

    J’ai lu l’entrevue et c’est fort bien en effet. Cependant, je persiste à dire qu’elle suit une mode. L’auteure a beau dire qu’elle écrit sur un autre  »côté » du BDSM, le sadomaso sera toujours le sadomaso 😉
    Et le précurseur de ce renouveau de la lecture érotique est 50 nuances de Grey. Alors, pourquoi ne pas poursuivre dans la même vaine si c’est la mode 😉 Un peu comme la mode des livres de vampires qui ont connus une effervescence il y a quelques années et  »Jeunes adultes/ dystopies avec les séries Hunger games et Divergent pour ne nommer que celles-là.

    Remarque bien que je n’ai rien contre car l’important c’est que la lecture ne cesse d’avoir des adeptes et ce peu importe le genre littéraire.

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Oui, tu as raison… le SM reste du SM. Et j’imagine que les éditeurs sentent aussi l’engouement, ce qui explique aussi la mode. Il y a eu pas mal de SM avant 50 shades mais ces dernières années, tu as raison, c’est celui qui a relancé le courant populaire. Moi, j’aime quand il y a un côté psychologique derrière tout ça et ce côté, je l’ai trouvé dans ce roman.

  6. Suzanne

     » Moi, j’aime quand il y a un côté psychologique derrière tout ça et ce côté, je l’ai trouvé dans ce roman. »
    Ah là ça me parle plus. 😉

    Belle journée.

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Voilà. C’est pourquoi je n’aime pas tout en romance (érotique ou pas)!

  7. yueyin

    je vais essayer de faire un billet moi aussi mais je ne trouve pas cela facile en vérité snif 🙂

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Je ne trouve pas ça facile non plus hein! Mais bon, ça m’a plu et je partage!

  8. noukette

    Je vais le chercher demain……. Hiiiiiiiiii……….!

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Ouiiii!! Super hâte d’avoir ton avis.

  9. Marik

    Mon coup de cœur à vie en littérature érotique: La preuve par le miel, de Salwa al Neim. Pour la liberté d’esprit, parce que la sexualité incarnée, spirituelle, amoureuse est belle et fait partie de la vie, exempte de conditionnement puritain ou autre. Un hymne à la vie. Beau, érudit, coquin, profond. Féminin.

    1. Photo du profil de Karine:)
      Karine:)

      Je prends bien en note. La bonne littérature érotique… ce qui ne court pas les rues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils