«

»

Sep 29 2013

Photo du profil de Karine:)

Le vent en parle encore – Michel Jean

le-vent-en-parle-encore.jpgJe l’ai dit 20 fois, je pense, mais j’ai eu un gros coup de coeur pour « Elle et nous« , du même auteur (LISEZ-LE!  C’EST UN ORDRE!).  Je vous en ai déjà parlé dans le cadre de ce mois consacré au Québec.  Du coup, quand j’ai réalisé qu’il sortait un autre roman en ce mois de septembre, je me suis dit que c’était genre… un signe!  En fait, pendant « Québec en septembre », ça fait limite partie de ma définition de tâche en tant qu’organisatrice que d’acheter des romans québécois!  Celui-ci a donc fait partie de mes achats-obligatoires.  C’est que je prends mon rôle au sérieux, moi!

 

Ce roman, qui s’ouvre pourtant sur une avocate montréalaise qui cherche à retrouver tous les amérindiens d’une certaine liste pour leur offrir une compensation financière,  nous entraîne encore une fois dans l’univers des innus, amérindiens nomades.  Nous sommes dans les années 30 et notre bon gouvernement, assisté du non moins génial clergé, a décidé « d’aider » les jeunes amérindiens à s’intégrer en leur offrant une bonne éducation, bien ancrée dans la religion catholique, of course.  Bien entendu, il n’y a aucune arrière pensée, on ne veut nullement les éloigner de leur langue et de leur culture.  Sentez l’ironie poindre, ici. 

 

Cette partie de l’histoire se centre sur trois jeunes adolescents qui sont arrachés à leur famille sans avertissement et qui ont été amenés à Fort George, endroit isolé et battu par les vents glaciaux provenant de la Baie James, à des milliers de kilomètres de chez eux.    Thomas le solitaire, Virginie la lumineuse et Marie, plus craintive, meilleure amie de Virginie.   Sur la liste de l’avocate, ils sont les seuls manquants.  Ils ont disparu.  Rayés du monde.  Et, sans trop comprendre pourquoi, elle va tout faire pour savoir ce qui s’est passé.

 

Cette histoire est glaçante et touchante à la fois.  C’est un pan oublié de l’histoire canadienne qui nous est ici raconté par le biais d’un roman, celui des pensionnats amérindiens, qui pendant environ un siècle, ont tenté de faire des amérindiens des « bons canadiens ».  En leur enlevant leur nom (un numéro, c’est biein plus simple), leurs mots, leur diginité, leur fierté familiale et leur mode de vie.   En les humiliant, en les nourrissant mal, en leur faisant subir des sévices psychologiques et physiques.   Plusieurs sont morts là-bas.   Et c’est à travers les trois adolescents, très humains, pleins de rêves, d’espoir et de révolte (normal, ils sont ados… ça fait partie de leur « to do list ») qu’on tente d’étouffer, que nous vivrons cette histoire émotivement.   Nous sommes émus mais surtout révoltés par leur sort.   Les mots sont simples, mais évocateurs.   Cette île, on y est transporté.  On entend ce vent qui menace de tout détruire, on ressent l’isolement, l’impuissance, la résignation.  On se révolte devant les mauvais traitements, devant le silence des autres… et on comprend des choses. 

 

Vous savez, sans généraliser,  la cohabitation entre les autochtones et les « blancs », au Québec, c’est loin d’être simple. (Et là, je vais me faire tirer des roches par tous les bien pensants de cette terre… mais bon, c’est ça quand même). C’est surtout bourré d’incompréhension.  Un total clash de cultures, avec un arrière goût de ressentiment.  Et je crois sincèrement que ce sont des romans comme ceux de Michel Jean qui aideront les québécois à bâtir, lentement, un pont.  Ne serait-ce que pour comprendre.  Peut-être que le sort de ces trois adolescents qu’on apprend à aimer fera voir les choses différemment à une poignée de gens.  Puis une autre.   Car le roman est bâti de façon intelligente et réaliste.  La situation actuelle dans les réserves n’est pas embellie.  Mais quand nous rencontrons l’une de ces adolescente devenue vieille, nous réussissons à entrevoir l’adolescente qu’elle a été derrière la crasse, les bouteilles et la brume alcoolisée de gros gin qui l’entoure.  Une adolescente ordinaire.  Ni plus forte, ni plus fière.  Juste normale.  Qui n’a survécu que physiquement à l’enfer qu’elle a vécu.   La rencontre entre la femme qu’elle est devenue et l’avocate est un réel coup de poing. Parfois, entrevoir le visage du jeune que la personne a été fait voir les choses sous un autre angle.

 

Bien entendu, je pourrais pinailler.  Je pourrais mentionner quelques coïncidences un peu poussées, la manie de toujours nommer le personnage à qui l’on parle, à chaque réplique (oui, c’est le genre de choses que je remarque… silly me) mais ce serait détourner du propos principal du roman (quoi, qui dit que je viens de le faire… my bad!).   De plus, si on aurait tendance à dire que « voyons donc, c’est exagéré »…  il n’y a qu’à se retourner vers la récente histoire du Séminaire St-Alphonse à Ste-Anne de Beaupré pour se dire que non, pas tant que ça.  Vraiment pas. 

 

À lire donc.  Pour être secoués mais également pour la mémoire, même si c’est loin d’être l’un des pans les plus glorieux de notre histoire.  Plusieurs membres de la famille de l’auteur, lui même Innu de par sa grand-mère (celle dont on raconte l’histoire dans « Elle et nous »… non mais je vous ai dit de le lire!  Tsssss), ont vécu ces pensionnats.  Certains en sont revenus… 

 

Et je vous laisserai sur ces points de suspension (…)

(20 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. Coccinelle

    Bonjour Karine,

    Je note absolument cet auteur donc. 

    Bon, pour ce mois québécois, je n’aurai publié qu’un article littéraire et un article musical… C’est moins bien que l’année dernière.  Mais je suis quand même contente d’avoir participé.

    Bonne journée et à bientôt.

    1. Karine :)

      Coccinelle: Très bonne idée!  Il a le don de rapprocher les cultures, je trouve!  Peu importe la participation, je suis ravie que tu aies été des nôtres!

  2. DENIS

    un livre à noter donc

    et voilà c’est fini pour moi le mois Québec, avec deux articles que j’ai mis sur la page facebook du groupe : Linda Lemay et le récap final après hier Louis Hamelin (superbe découverte)

    B R A V O   Karine pour l’organisation et ta gentillesse (les mêmes éloges pour Laurence, je vais aller lui dire sur son blog) et je souhaite vivement un Québec septembre 2014…

    1. Karine :)

      Denis: Si je blogue encore, il y aura un Québec en septembre 2014! :)))   Merci pour ton commentaire et ta participation enthousiaste!

  3. Anne

    Il y a un an, au Festival America à Vincennes, j’ai assisté à un débat avec Naomi Fontaine, Lucie Lachapelle, Louis Hamelin, et ils ont parlé des Indiens du Canada, du Québec… avec la volonté quand même de ne pas être trop défaitiste. Oui, espérons que les livres changent les choses !

    1. Karine :)

      Anne: C’est dur de ne pas être trop défaitiste, vraiment.  Il y a TELLEMENT d’incompréhension.  Et de ressentiment.  Des fois, des copains qui travaillent dans le nord me racontent des choses et c’est… oh my…  Mais d’un autre côté, on le les a pas manqués, mettons…

  4. A_girl_from_earth

    Je note, je note, et Elle et nous également qui m’a échappé ! Sûr que ça me parlera !

    1. Karine :)

      A girl from earth: Je conseille à tout le monde en tout cas.  Ça fait voir les choses avec un peu plus d’indulgence. 

  5. Aifelle

    Je note, le sujet m’intéresse beaucoup. Je n’ai pas assisté au même débat qu’Anne l’an dernier, mais à un autre avec Naomi Fontaine qui m’avait beaucoup touchée.

    1. Karine :)

      Aifelle; C’est un sujet dont il faut parler selon moi.  Ca explique bien des choses…

  6. JainaXF

    Je ne connais pas du tout la situation des améridiens au Québéc et au Canada, ce livre pourrait être l’occasion d’en découvrir un bout…Les mauvaises idées voyagent aussi… A l’autre bout du monde, on a aussi voulu les « civiliser » les  enfants aborigènes en les séparant de force de leurs familles  pendant toute la premières moitié du XXème !

    1. Karine :)

      JainaXF: Je connais quand même très peu aussi hien… Mais voilà, comme tu dis, les bonnes idées font le tour du  monde… sans commentaire!

  7. Alex-Mot-à-Mots

    Bon,, bon, d’accord, je note le premier titre….

    1. Karine :)

      Alex: Bonne initiative!

  8. Le Papou

    Il me tente depuis la lecture de son premier.

    Le Papou

    1. Karine :)

      Le Papou: Ca a été pareil pour moi!  Il vaut le coup. J’ai pu discuter avec l’auteur au salon du livre hier.  Très sympathique!

  9. yueyin

    C’est tout à fait ce que je pense, il est temps de construire un pont au dessus des différences culturelles et d’une histoire cruelle et de se réconcilier 🙂 Michel jean et d’autres aussi semble être ne train de faire ce que j’attendais tellement … sinon en cherchant à me documenter après avoir vu le thème du roman (que je n’ai pas encore lu) j’ai trouvé des témoignages d’enfants « déplacés » sur le net recueillis au cours d’enquêtes officielles… c’est glaçant, clinique et évidemment plus qu’édifiant…

    1. Karine :)

      Yue: C’est fou hein!  Ca glace sur place. J’espère que tu pourras bientôt lire ce roman… il est bieeeeen… et si tu ne l’as pas lu encore en janvier… je te l’apporte 🙂

  10. la-tambouille-a-tonton-m

    Tu m’as vraiment donné envie de le lire; merci

    1. Karine :)

      la tambouille à tonton: J’espère que ça vous plaira!

  1. Salon du livre de Montréal... encore!

    […] Donc, sur la photo, de gauche à droite… Nathalie Roy (qui a écrit la série très drôle de Charlotte Lavigne), moi-même (avec mes lunettes sur ma tête… ce qui m’a fait les chercher silencieusement  pendant 10 horribles minutes), Jules (avec qui on n’est que très rarement d’accord littérairement… mais que j’adore comme fille), Julie Gravel-Richard (qui a écrit le magnifique Enthéos – d’ailleurs nominé pour Québec-o-trésors), Venise (grande lectrice de littérature québécoise devant l’éternel), Yanick, le conjoint de Julie, Marsi (conjoint de Venise et ayant aussi commis deux BDs – miam miam fléau et le tout récent Colis 22 que je dois encore acheter), Marie-Josée Turgeon (débordante d’énergie et ayant écrit une nouvelle dans Pourquoi cours-tu comme ça… en plus d’être blogueuse chez aufildespages.ca) et Michel Jean (dont j’ai adoré Elle et nous ainsi que Le vent en parle encore). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils