«

»

Sep 10 2013

Photo du profil de Karine:)

Elle et nous – Michel Jean

Elle-et-nous.jpgC’est ma copine Yueyin qui m’a mis ce livre dans les mains dans une bouquineries.  Je dirais même plus, elle l’a mis dans mes mains en sortant de la dite bouquinerie vu que la chipie a décidé de me l’offrir.  Et vu que je suis une totale inculte de la télé (je vous le rappelle, puisque ces informations vous fascinent: je ne sais pas comment fonctionne ma télé.  10 ans plus tard.  Je sais.  No comment.) je n’avais aucune idée de qui était Michel Jean.  Je ne l’ai donc aucunement lu pour le « personnage public » que je ne connais pas du tout, je l’avoue. 

 

Dans « Elle et nous », il y a « elle » et il y a « lui ».  Elle, c’est Jeannette Gagnon, la grand-mère de Michel (ça, c’est « lui », au cas où je sauterais des bouts).  Sa grand-mère d’origine Innue.  Née dans les  bois, enfant du Lac et de la forêt, elle s’appelait Shashuan Pileshish.   Hirondelle.  Elle vivait au jour le jour, avec sa famille, toutes génératios confondues.  L’été sur le bord du Piékouagami, à Pointe-Bleue, et l’hiver dans le bois, sur le territoire de sa famille, où ils trappaient et devaient chaque jour trouver de quoi survivre,  Un monde.  Le seul monde qu’elle connaissait.   Un monde qui n’existe plus vraiment. 

 

Lui, à la mort de sa grand-mère centenaire, il se questionne.  Sur ce que c’est d’être Indien, ce que ça représente maintenant.  Il réalise à quel point il ne sait rien sur cette culture qui est la sienne, cette culture faite de traditions orales.  

 

Les deux parties sont écrites au « je ».  Et avouons-le d’emblée, j’ai adoré.  C’est la toute première fois qu’un roman traitant des amérindiens me touche à ce point.  C’est qu’à travers les yeux de Jeannette, nous voyons évoluer le monde.  On s’imagine dans cette vie-là, cette vie précaire, difficile, mais qui convenait à plusieurs personnes qui ne se seraient jamais vus autrement que dans le bois, à chasser et à trapper.  On voyage avec eux sur « leurs » routes et on se les imagine maintenant, défrichées, appartenant à d’autres alors que pour eux, c’était le coin de Nitanissan qui leur était réservé.  Et on voit aussi les préjugés, la vision des autres.  Les choix de Shashuan Pileshish m’ont profondément touchée.  Son récit est poignant, marquant.  À travers ses mots, on comprend un peu mieux.  Un tout petit peu.

 

Une vie de femme forte et profondément humaine.  Un récit sur l’identité, sur l’appartenance.  J’ai du mal à trouver les mots qui expriment la façon dont ce roman m’a atteinte et secouée. 

 

Depuis, j’y pense et repense encore. Je le relirai, c’est certain.

 

 

(26 commentaires)

2 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Coccinelle

    Ce roman doit être très beau ! Merci à toi – et à Yueyin – pour la découverte. 

    1. Karine :)

      Coccinelle: Pour moi, ça a été un coup de coeur.  Et ça fait réfléchir sur notre façon de voir les choses.

  2. Violette

    si tu avoues avoir adoré, il faut que je note 🙂

    1. Karine :)

      Violette: Ca en vaut vraiment le coup!

  3. Alex-Mot-à-Mots

    Vive Yeyin !

    1. Karine :)

      Alex: Voilà!  Yueyin est un génie livresque!

  4. DENIS

    une belle lecture  pour toi donc

    1. Karine :)

      Denis; Voire même excellente!

  5. Syl.

    A ce point ? Je note alors !

    1. Karine :)

      Syl : Oui oui, à ce point!  Ca vaut le coup de noter!

  6. Lucie

    Si tu as aimé celui-ci, tu devrais aimer son tout dernier aussi, qui sort demain! 

    1. Karine :)

      Lucie: Je sais!  Et j’ai très, très hâte!  Visite en librairie prévue demain ou jeudi!

  7. FondantOchocolat

    Ce genre de récit m’attire énormément, je le note !

    1. Karine :)

      FondantOChocolat: Il a juste la bonne dose de présent et de passé, de souvenirs et de maintenant.  Très juste!

  8. Mélopée

    Ca fait du bien de se faire forcer la main parfois 😉

    Effectivement voilà un livre qui parait fort intéressant !

    1. Karine :)

      Mélopée: Surtout que Yue me force généralement très bien la main!  Elle sait où la diriger, cette main!

  9. Grominou

    Entre Jules et toi vous allez finir par m’avoir à l’usure!

    1. Karine :)

      Grominou: Gnak gnak gnak!  Duo maléfique!  Et c’est tellement rare qu’on trippe sur le même livre, elle et moi!

  10. Le Papou

    Coup de coeur pour moi.

    Le Papou

     

    1. Karine :)

      Le Papou: Et coup de coeur partagé!

  11. Suzanne

    Et pour moi aussi un gros coup de cour.

    1. Karine :)

      Suzanne: Il semble avoir touché vraiment beaucoup de gens, ce roman!

  12. yueyin

    <3 <3 <3 un roman totalement coup de coeur pour moi (tellemetn que je n’ia pas osé écrire de bilelt mais je vais le faire, je vais), j’étais OBLIGEE de le partager avec toi 🙂

    1. Karine :)

      Yue: oui, il faut, il faut, il faut!  Même pas le choix!

  13. Anne

    J’avais zappé ce billet ! Je note aussi, pour la prochaine foire du livre 😉

    1. Karine :)

      Anne: Je ne peux que te le conseiller vivement.  Coup de coeur pour moi!

  1. Salon du livre de Montréal... encore!

    […] en plus d’être blogueuse chez aufildespages.ca) et Michel Jean (dont j’ai adoré Elle et nous ainsi que Le vent en parle […]

  2. La belle mélancolie - Michel Jean

    […] de Michel Jean, c’est pour moi une lecture assurée.  J’avais adoré « Elle et nous« , qui reste mon préféré à date, été très touchée par « Le vent en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils