«

»

Déc 12 2012

Photo du profil de Karine:)

Shatter me (Insaisissable 1 – Ne me touche pas) – Tahereh Mafi

shatter-me.jpgPrésentation de l’éditeur (Traduite n’importe comment par moi)

« Personne ne sait pourquoi le toucher de Juliette est mortel, mais « The Reestablishment » a des plans pour elle.  Des plans qui impliquent de l’utiliser comme une arme.  Mais Juliette aussi a des plans.  Après toute une vie sans liberté, elle découvre finalement la force de combattre pour la toute première fois […] »

 

Commentaire

Je n’avais pas prévu lire ce roman tout de suite, même si ça faisait près d’un an qu’il était dans ma pile. Sauf que là, il est traduit en français (nous sommes en octobre au moment ou j’écris ce billet… faut pas chercher à comprendre l’ordre de publication des trucs sur mon blog) et je commence à voir passer un peu trop d’informations à mon goût.  Du coup, optons pour la solutions ultime… lisons le roman!

 

Ce qui m’a définitivement le plus charmée, c’est la plume de l’auteure.  Le début est frappant.  Juliette est enfermée, elle ne sait pas ce qui va lui arriver, elle pense devenir folle.   Depuis son tout jeune âge, elle a été privée de contacts humains, elle ne sait pas ce que c’est d’être touchée, elle a toujours été considérée comme un monstre.  En effet, lui toucher, c’est mourir.  Et la voix de Juliette est éclatée, comme un long monologue intérieur, celui d’une jeune fille qui n’ose s’avouer ses désirs, ses craintes, ses espoirs.  On la sent dériver, revenir sur ses pas, bref, ça m’a beaucoup plu. 

 

Puis, on lui annonce un compagnon de cellule.  Il s’appelle Adam et il devra apprivoiser la demoiselle qui a peur d’elle-même et de tout le monde.  Quand elle rencontre Werner, beau comme un dieu, fils du chef de l’establishment, elle comprendra bien des choses et tentera de ne surtout pas être ce qu’ils veulent faire d’elle.  Mais bon, avouons-le, Warner est le personnage qui me fascine le plus à date. 

 

J’ai été agréablement surprise par ce roman.  Pas que la dystopie soit si originale, ni même l’histoire.  Mais, comme je l’ai mentionné, l’écriture imagée et éclatée m’a charmée (ça change de plusieurs romans dystopiques jeunesse) ainsi qu’un certain élément de la finale, qui m’a fait battre des mains et sautiller sur place (les références me font de l’effet, que voulez-vous!)  J’ai beaucoup apprécié Juliette au départ, même si j’ai trouvé que, ma foi, elle s’habituait drôlement vite à la situation.  Le milieu du roman traîne un peu (surtout que c’est du déjà vu… mais bon, on s’y attend un peu avec ce genre de roman) et j’aurais aimé plus d’ambiguité dans les caractères des personnages mais on se rattrape à la fin, du moins selon moi. 

 

Question à ceux qui l’ont lu en français… comment ont-ils traduits les multiples usages du mot « shatter » dans le texte?  Je suis curieuse.

 

Je lirai sans doute la suite, même si j’ai la bizarre d’impression que le meilleur est derrière nous (soit la Juliette du début, avec sa voix si particulière, passionnée et apeurée à la fois).  Une agréable lecture!

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Noukette

    C’est vrai que les billets sur ce roman sont légion… Mais tu es visiblement conquise toi aussi…! Je n’avais pas prévu de le lire mais qui sait après tout…? 😉

    1. Karine :)

      Noukette: J’ai surtout aimé le début.  La fin est plus conventionnelle.  Mais bon, je suis curieuse de voir comment ça va se terminer.  

  2. Alex-Mot-à-Mots

    Il est vrai qu’en français, on n’aime pas la répétition….

    1. Karine :)

      Alex: Oui, c’Est un truc que j’ai remarqué.  Et moi aussi hein.  Je supporte super bien en anglais mais en français, ça m’énerve rapidement. 

  3. bladelor

    Si la fin m’avait déçue, toute la première partie m’avait énormément plu alors je lirai la suite, of course !!

    1. Karine :)

      Bladelor: La fin m’a moins déçue que toi mais quand même, moi aussi j’ai adoré la première partie, surtout pour le style.  Vivement la suite. 

  4. Cess

    J’avais bien aimé la fin, et aussi l’écriture comme toi, par contre j’avais trouvé qu’il ne se passait vraiment rien pendant une bonne partie du livre… Et j’ai bien aimé l’ambiguité de Walter et la relation Adam et juliette… 😀

    1. Karine :)

      Cess: Je pense qu’à cause de l’écriture, j’ai passé sur le « il ne se passe pas grand chose ».  J’ai hâte de voir ce qui va arriver de Walter!  J’espère justement qu’il va rester ambigü. 

Les commentaires sont désactivés.

Aller à la barre d’outils