«

»

Oct 07 2012

Photo du profil de Karine:)

Why didn’t they ask Evans? (Pourquoi pas Evans?) – Agatha Christie

why-didn-t-they-ask-evanx.jpgPrésentation de l’éditeur (celle des éditions du Masque)

« En cherchant une balle de golf le fils du pasteur découvre, au pied des rochers un individu tombé de la falaise. Avant de passer de vie à trépas, l’homme ne dit  qu’une toute petite phrase :  » Pourquoi pas Evans ?  » Le tribunal d’enquête, réuni le lendemain, conclut à l’accident. Un accident, c’est vite dit.  Qui, dans ce cas, aurait eu intérêt à fourrer, un peu plus tard, huit grains de morphine dans la bière du témoin ? L’amie du garçon, la jeune comtesse Frankie, a son idée là-dessus. Et comme les enfants de l’aristocratie anglaise ont du temps à revendre, elle emploiera le sien à jouer les détectives amateurs, avec son petit camarade… »

 

Commentaire

Je n’ai aucun souvenir d’avoir déjà lu cette histoire.  Mais j’ai bien dû la lire dans une autre vie sinon tout ne m’aurait pas semblé aussi limpide dès le départ.  C’est donc un roman d’Agatha  Cristie sans Poiroit ou Miss Marple.   Ici, les – très amateurs – ce sont plutôt Bobby Jones (non, pas le joueur de golf, ses prouesses sur le green le prouvent) et Lady Frances Derwent, dite Frankie.  En effet, quand Bobby envoie sa balle dans un ravin et la retrouve en compagnie d’un cadavre, il ne sait pas dans quoi il s’embarque. 

 

Je dois quand même l’avouer, ce ne sera pas mon préféré d’Agatha Christie.  Oui, les personnages sont rafraîchissants et souvent très naïfs.  Oui, il y a de l’action à revendre, des péripéties et des promenades en Angleterre.  Le duo me fait un peu penser à Tommy et Tuppence, en fait.  J’ai aussi beaucoup aimé les quelques références, les soupçons et tout.  Mais il me semblait que tout de même, il y a bien des évidences qu’ils ne voyaient pas.  Et ça, c’est assez rare que ça m’arrive avec un roman de cet auteur.  La fin, surtout!  J’avais le goût de leur souffler la réponse. 

 

Malgré tout, je ne me suis pas ennuyée dans ce petit monde.  J’ai éclaté de rire à l’arrivée de Badger, Frankie, avec sa manie de fourrer son nez partout sans se soucier des conséquences est adorable mais j’ai moins été plongée dans une ambiance very british.  Peut-être est-ce parce que cette histoire n’est pas en vase clos et que l’enquête est menée un peu n’importe comment par nos deux copains qui ne savent absolument rien du métier de détective.  Encore que non, c’est plutôt drôle.    Quant aux explications, comme souvent chez Agatha Christie, elles tombent comme un cheveu sur la soupe!  Mais ça fait partie des raisons pour lesquelles j’aime la lire. 

 

Bref, même si j’ai bien aimé me demander ce qu’était cette histoire d’Evans, ce roman ne ressortira pas pour moi du lot des Agatha.  Même si ça reste bien.  Parce que c’est elle!

 

Logo Unicorn and the Wasp

Lu dans le cadre de notre auto-challenge The Unicorn and the Wasp, que je suis presque la seule à tenir.  Et non, ce n’est pa duuuu tout pour avoir une occasion d’acheter tous les Agatha en anglais!

8/24

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. keisha

    Aucun souvenir, sauf de qui est Evans. (mais chuuuuut!) Sans doute relu plusieurs fois, je crois (tu n’es pas la seule à aimer AC!)

    1. Karine :)

      Keisha: En effet, aimer AC n’est pas forcément original… mais tellement bon!

  2. maggie

    Je ne connaissais même pas le titre, en lisant ton billet, on comprend pourquoi !

    1. Karine :)

      Maggie: Yep, ceci explique peut-être cela.

  3. niki

    comme j’aime beaucoup tous les romans d’agatha christie, je me suis aussi bien amusée avec celui-ci, mais je reconnais que je ne suis pas du tout objective 

    1. Karine :)

      Niki: Je manque aussi un peu d’objectivité… mais si je compare aux autres romans de l’auteur, j’ai quand même moins aimé!

  4. Le Papou

    Je ne me rappelle pas de celui-là et espère l’avoir dans ma collection.

     

    Le Papou

    1. Karine :)

      Le Papou: J’espère aussi pour toi, alors!

Les commentaires sont désactivés.

Aller à la barre d’outils