«

»

Sep 19 2012

Photo du profil de Karine:)

iPod et minijupe au 18e siècle / Culotte et redingote au 21e siècle – Louise Royer

ipod-et-minijupe.jpgculotte-et-redingote.jpgPrésentation de l’éditeur

iPod et minijupe au 18e siècle

« Un soir, Sophie revient de ses cours à l’Université, quand elle est soudainement éblouie par une lumière intense. Prise de vertige, et sans trop savoir pourquoi ni comment, elle se retrouve en plein coeur de Paris… en l’an 1767! Ne pouvant retourner chez elle, elle est recueillie par Nicolas et Élyse, qui l’aideront à s’intégrer à la vie du 18e siècle, dans un milieu dont elle ignore tout des convenances et des règles.

 

Au cours d’un bal, François, un arrogant et séduisant aristocrate, éprouve une curiosité et une fascination pour cette jeune fille au comportement et aux manières si peu convenus. Si Sophie s’amuse, au début, des efforts du beau comte pour percer son secret, de tragiques incidents lui font craindre les répercussions qu’entraînerait la révélation de sa véritable identité… »

 

Culotte et redingote au 21e siècle

« Après leur rencontre improbable à Paris en 1767, à l’aube de la Révolution française, Sophie et François, comte de Besanceau, sont téléportés au 21e siècle dans un laboratoire en Californie.  Retenus prisonniers par des scientifiques soucieux d’étudier ces deux étranges phénomènes, ils parviennent à se libérer.  S’engage alors une course-poursuite qui les ramènera à Paris, chez les descendants de François, afin d’échapper aux agents de la CIA qui les talonnent. 

 

Si Sophie retrouve avec plaisir les avantages de la vie moderne, ce voyage dans le futur causera tout un choc à François: ascenceur, automobile, téléphone cellulaire… autant d’inventions vertigineuses pour cet aristocrate parisien né au siècle des Lumières! »

 

Commentaire

Oui, je sais, Louise Royer vit en Ontario.  Mais elle est née à Montréal.  De là la publication dans le mois québécois!

 

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler des deux tomes de cette série en un seul billet.  Pour une raison assez simple, en fait.  Je les ai lus dans l’avion m’amenant chez Fashion, j’ai noté plein de petits trucs pour pouvoir rédiger mon billet au retour… mais je dois avouer que ces romans ne m’ont pas vraiment marquée.   Du coup, nous verrons bien ce que je vais trouver à dire. 

 

En fait, Pimpi m’avais avertie… mais n’ayant qu’un demi-cerveau disponible, j’avais oublié.  C’est de la jeunesse.  Je l’ai donc commencé avec des yeux de lectrice adulte et j’ai tout de suite trouvé l’écriture très simple, les relations un peu superficielles.  Entendons-nous, c’est un voyage dans le temps.  J’aime les voyages dans le temps.  Mais j’ai trouvé que miss Sophie l’avait un peu facile, là-bas.  Tout de même, elle prédit le futur, – ô sacrilège – agit comme la fille bien ancrée dans son époque qu’elle est, on croit quand même rapidement à son histoire.  La chance, quoi.  Après avoir tilté que bon, c’était de la jeunesse, j’ai mieux compris les choix de l’auteur mais j’ai quand même trouvé ça un peu facile.  Et j’ai fait des gros yeux quand le héros se dirige vers la place des Vosges.. en 1767. 

 

Je dois toutefois avouer ne pas avoir boudé mon plaisir à voir Sophie et François, l’aristocrate arrogant, s’obstiner et discuter.  J’ai apprécié la partie où ils flirtaient, leurs dialogues sont piquants, plein d’humour, et ça m’a plu.  Il y a tout plein de rebondissements et on ne s’ennuie pas pendant la lecture de ce premier tome… que j’ai préféré au second, tout de même. 

 

Comme le titre l’indique, là, on se retrouve au 21e siècle.  Et c’est cette partie que j’ai trouvée un peu « grosse » par moments.  Par contre, l’explication m’a plu.  C’est original et bien pensé.  Par contre, la suite… ouf!  J’avoue avoir perdu intérêt pendans la course poursuite autour du monde.  Et encore une fois, j’ai trouvé la finale vraiment facile.

 

Vous pouvez vous plaindre, je lis ce roman comme une adulte alors que c’est de la jeunesse.  Je sais.  Je crois que l’histoire plaira davantage au groupe d’âge auquel il s’adresse, de par le nombre des rebondissements, le caractère des personnages et le style d’écriture.  Quant à moi, grande et bougonne… je reste mitigée!

(12 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Catherine

    J’avais déjà vu les couv’ ailleurs, ça a l’air amusant quand même, bonne journée

    1. Karine :)

      Catherine: Oui, amusant mais bon, pour moi ça a été sans plus.  Un peu trop de facilité.

  2. Alex-Mot-à-Mots

    Des romans qui surfent sur la vague, on dirait.

    1. Karine :)

      Alex: Le thème était tentant, je trouve mais bon, j’ai trouvé le final trop peu développé pour mes goûts.

  3. Angie

    Dommage car l’idée me tentait beaucoup mais je vais tout de même passer mon chemin pour ceux-ci! Par contre je suis preneuse si vous connaissez d’autres titres sur le même thème!

    Merci par avance!

    1. Karine :)

      Angie: Des voyages dans le temps?  Hmmm… je connais la série de Diana Gabaldon, plusieurs romans de Karen Marie Moning (ses highlanders)…  Mais c’est plus en littérature romance et adulte…

  4. Alicia

    Oh je ne connaissais pas, mais ça me tente malgré ton avis mitigé ! 🙂

    1. Karine :)

      Alicia: Oui, je suis mitigée mais je pense que ça pourra plaire à certains quand même!

  5. Angie

    Merci!!

    c’est tout à fait ce que je recherche, une littérature ciblée adulte et la saga Gabaldon m’intéresse fortement! Je vais m’y pencher sous peu!

    1. Karine :)

      Angie: J’espère que ça te plaira, alors!  J’avais vraiment beaucoup aimé.  Ce n’est pas hautement « littéraire » mais ça fonctionne!

  6. amiedeplume

    Un rendez-vous manqué pour moi, je n’ai pas accroché.

    1. Karine :)

      Amie: Pour moi aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils