«

»

Sep 05 2012

Photo du profil de Karine:)

Il pleuvait des oiseaux – Jocelyne Saucier

Il-pleuvait-des-oiseaux.jpgPrésentation de l’éditeur (moins une phrase ou deux)

« Vers quelle forêt secrète se dirige la photographe partie à la recherche d’un certain Boychuck, témoin et brûlé des Grands Feux qui ont ravagé le nord de l’Ontario au début du XXe siècle? On ne le saura pas. Boychuck, Tom et Charlie, dorénavant vieux, ont choisi de se retirer du monde. Ils vivent relativement heureux et ont même préparé leur mort.

 

Tom et Charlie ignorent que la venue de la photographe boulversera leur vie. Les deux survivants feront la rencontre d’un personnage aérien, Marie-Desneige. Elle a 82 ans, tous ses esprits, même si elle est internée depuis soixante-six ans. Elle arrivera sur les lieux comme une brise espérée alors que la photographe découvrira que Boychuck était un peintre et que son œuvre était tout entière marquée par le Grand Feu de Matheson.

 

C’est dans ce décor que s’élabore Il pleuvait des oiseaux. Nous voici en plein cœur d’un drame historique, mais aussi pris par l’histoire d’hommes qui ont choisi la forêt. Trois êtres épris de liberté et qui ont fait un pacte avec la mort. Un superbe récit à la mesure du grand talent de Jocelyne Saucier. »

 

Commentaire

J’aime énormément les choix éditoriaux de la maison d’édition XYZ.  On n’a qu’à penser à « La petite et le vieux » de Marie-Renée Lavoie ou encore « Mercredi soir au bout du monde » d’Hélène Rioux.   Du coup, quand j’ai vu des billets positifs sur ce roman (qui a, je le souligne, un titre tout simplement magnifique), je n’ai pas hésité.  Ce « Québec en septembre » me donne d’ailleurs d’excellentes excuses pour acheter des romans! 

 

Et ce fut un achat très judicieux parce que j’ai beaucoup aimé ce roman.  Je ne lis jamais les 4e de couverture et je ne savais pas du tout à quoi m’attendre.  Pourtant, j’ai tout de suite été transportée dans cette forêt, auprès de ces vieillards qui ont choisi de vivre.  Vivre parce qu’ils étaient libres de mourir.  Leur réclusion va bien entendu être bouleversée par l’arrivée d’une photographe qui prépare quelque chose (elle ne sait d’ailleurs pas trop quoi) sur les survivants des Grands Feux qui ont ravagé le nord de l’Ontario dans les années 1910.   Et par Marie-Desneige, qui voit des choses que les autres ne voient pas. 

 

Comment dire… j’ai trouvé que tout sonnait juste dans ce roman.  Les voix des différents personnages, leurs choix improbables et surtout leur évolution.   Ils m’ont beaucoup touchée, ces « petits vieux » (comme elle elle les appelle avec tendresse) délinquants épris de liberté et ayant décidé de vivre comme ils l’entendaient.   La plume de l’auteur est parfois poétique, parfois terre à terre, mais toujours adaptée à son propos.  Et c’est à travers ces personnages que nous allons plonger dans le passé, dans l’époque de ces grands feux qui ont laissé Boychuck écorché vif.  Parce qu’il a déjà été jeune.  Et que c’est une légende. 

 

En très peu de pages, l’auteur réussit à nous faire nous attacher à ces personnages, à nous faire vivre ces événements tragiques et à nous faire assister à l’arrivée de Marie-Desneige, personnage fragile qui va tout changer.   Certaines choses restent délicieusement en suspens, implicites et d’autant plus précieuses.   Un roman qui prend des allures de conte.  Un conte auquel on a le goût de croire. 

 

Une réussite!

 

Mon Québec en septembre

(16 commentaires)

2 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Lise pas de blogue

    Bonjour Karine,

     

    comme toi j’ai beaucoup aimé ce livre et j’en aurais pris bien davantage; j’aurais voulu savoir ce qu’il advenait ensuite aux personnages, et je suis restée sur ma faim. Mais il n’y aura pas de suite, Jocelyne Saucier l’a dit, elle est ailleurs maintenant…alors à nous d’imaginer le reste.

     

    Quelle belle écriture, et quelle belle histoire! À relire, et il est dans ma bibliothèque.

    1. Karine :)

      Lise: Il est aussi dans ma bibliothèque… pour y rester.  Un roman auquel j’ai pensé un bon moment après l’avoir refermé. 

  2. Grominou

    J’ai beaucoup aimé moi aussi! Je publie mon billet dans les prochaines minutes.

    1. Karine :)

      Grominou: J’ai lu ça!  Les grands esprits se rencontrent!

  3. Jules

    Trop mignon ce petit couple et si peu propable! Une belle découverte…

    1. Karine :)

      Jules: Et aussi cette vision de choisir sa vie, cette amitié…

  4. Grominou

    Jules: Je te réponds ici puisque ton commentaire (reçu par courriel) ne s’est (encore!) pas affiché sur mon blogue…

    Dans mon cas, l’histoire d’amour entre les deux vieux n’est pas l’aspect du récit que j’ai trouvé le plus émouvant. À la limite je m’en serais même passé! Ce qui m’a plus surtout c’est l’amitié entre les hommes, leur façon d’aborder la vieillesse et la mort, et l’idée d’aller finir ses jours dans la forêt, loin du monde…

    1. Karine :)

      Grominou:  Moi les deux m’ont plu hein! (Oui, je sais, ça ne s’adressait pas à moi… mais je suis psychorigide et j’ai beaucoup de mal à ne pas répondre à un commentaire!)

  5. Grominou

     Il faut lire «ce qui m’a plu surtout…», bien sûr!

    1. Karine :)

      Grominou: Bien sûr!

  6. clara

    Le titre est magnifique!

    1. Karine :)

      Clara: N’est-ce pas!  C’est ce qui m’a attirée en premier lieu.

  7. Malice

    Et bien moi je n’ai pas été sous le charme de ce roman. J’ai bien aimé le début, la tendresse qui se dégage du roman , l’écriture. Mais je me suis lassée vers la fin j’ai trouvé que l’histoire tournait en rond et j’ai véritablement décroché. 

    Pourtant il faut le reonnaître que ce roman posséde de nombreuses qualités, évoquer la mort,la vieillesse,l’amour entre personne du troisième âge, se retirer du monde, c’est tout même peut abordé dans les romans. 

    1. Karine :)

      Malice; Ah, dommage… je suis déçue.  J’ai vraiment, vraiment été sous le charme. 

  8. amiedeplume

    Je viens tout juste de terminer ce roman. C’est un coup de coeur! Je relirai sûrement l’auteure!

    1. Karine :)

      Amiedeplume: Tu m’en vois ravie!  J’ai adoré le roman!

  1. Il pleuvait des oiseaux |

    […] Les beaux billets d’Argali, Aifelle et Karine […]

  2. Il pleuvait des oiseaux de Jocelyne Saucier | L'or rouge

    […] Il vous faut le lire absolument… Un coup de coeur ! Lu aussi par ; Liratouva, chez Anne, Karine, chez Sandrion,  Louise, Cathulu […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils