«

»

Déc 17 2011

Photo du profil de Karine:)

Macbeth – William Shakespeare

Macbeth.jpgPrésentation de l’éditeur (d’un éditeur en français, je ne sais plus lequel… il n’y a rien sur ma version)

« Macbeth et Banquo, généraux de Duncan, roi d’Ecosse, de retour d’une campagne victorieuse contre les rebelles, rencontrent dans la lande trois sorcières qui leur font une prophétie : Macbeth deviendra roi, affirment-elles, et Banquo engendrera des rois…

Poussé par Lady Macbeth et désireux d’accéder au trône, Macbeth entreprend d’assassiner Duncan – premier crime d’une longue série. C’est ainsi que débute Macbeth (1606), l’une des plus célèbres tragédies de Shakespeare, qui relate une plongée dans le Mal extrême et absolu. Comme l’écrivait Victor Hugo : « Macbeth, c’est la faim. Quelle faim ? La faim du monstre toujours possible dans l’homme. Certaines âmes ont des dents.
N’éveillez pas leur faim. »

 

Commentaire

« By the prickings of my thumbs

Something wicked this way comes. »

 

Je vous mets la couverture de l’édition no fear parce que c’est finalement vers elle que je me suis tournée dans ma relecture de Macbeth.  Voyez-vous, je m’étais mis en tête de lire la petite édition « miniature classics » (je vous jure, le livre fait 250 pages, il mesure environ 10 cm par 6 cm et là-dedans, il y a environ 75 pages de sonnets.  Quand je dis miniature, c’est miniature) que j’avais prise au Globe il y a quelques années mais j’avais surestimé la puissance et l’endurance de ma vision à long terme.  Faut croire que je vieillis.   Donc, l’édition « No Fear », qui comporte le texte original, en vers, à gauche et la version en anglais moderne – et simple, avec souvent explication des métaphores – à droite.   Vu que texte original n’est pas à la portée de tous les niveaux d’anglais et que ce serait très, très dommage de s’en passer, cette édition peut être une solution.  Et j’avoue que, pour ma part, comparer les mots de Shakespeare avec l’anglais moderne me fait encore davantage réaliser à quel point il maniait la langue avec brio.  Vraiment.

 

Bon, Macbeth, donc.   Pour référence, c’est celle où il y a les sorcières et Lady Macbeth somnambule! ;))  C’est la plus courte des tragédies de Shakespeare et si elle ne me touche pas autant que d’autres (je ne verse pas dans Macbeth les torrents de larmes que je peux verser dans Hamlet, par exemple.  Surtout quand Hamlet, c’est David… mais passons hein), j’aime bien la relire de temps en temps.  Je ne vais pas faire d’étude profonde sur sa signification.  Il y a des livres entiers de cliffnotes pour ça et je ne suis pas une grande experte en théâtre élisabéthain.  Mais dans cette pièce assez spectaculaire de par ses fantômes, ses batailles, ses trahisons et ses meurtres, il y a beaucoup d’action assez rapide, beaucoup de dialogues aussi, des grands discours pas si longs et quelques touches d’humour, surtout avec le personnage du portier.   Il faut aussi savoir que le Macbeth de Shakespeare n’aurait selon les études strictement rien à voir avec le Macbeth historique. 

 

Je sais bien que je devrais vous parler de l’ambition et de la soif de pouvoir.  De ce qu’elles peuvent faire ressortir de pire dans l’esprit humain.  Je devrais vous parler des différentes réactions que l’homme peut avoir lorsque la tentation lui est exposée, je devrais comparer Macbeth et Banquo, je devrais vous parler du couple de Macbeth/Lady Macbeth, de leur réaction à ce qu’ils considèrent comme une prophétie, de leurs rôles respectifs.  Je devrais aussi vous parler de la culpabilité dans tout ça, des dilemmes moraux, du fait que Macbeth n’est jamais réellement à l’aise avec son rôle de meurtrier, de la définition du Mal.  Je devrais aussi vous parler de la destinée, me questionner à savoir si tout est écrit d’avance ou si l’homme est responsable de ce qui lui arrive et qu’il peut modifier son futur de par ces décisions.  Je pourrais aussi discuter des parallèles à faire avec la religion et la politique écossaise, à l’époque de la pièce et à l’époque de Shakespeare.

 

Mais ce n’est pas de ça dont j’ai envie de vous parler.  J’ai surtout envie de vous expliquer pourquoi j’aime lire et relire Shakespeare.  Les mots.  Ses mots.  Je m’en délecte à chaque fois.  Je m’émerveille devant sa façon d’exprimer les idées les plus simples comme les plus complexes, devant ses métaphores, devant le rythme qu’il impose dans sa pièce.  Je suis toujours ébahie de voir à quel point certaines de ses phrases sont encore utilisées aujourd’hui et sont intégrées dans le langage quotidien.  Je compare avec l’anglais moderne et même si tous les thèmes sont les mêmes, voire plus clairs, on a du théâtre à droite et du Théâtre avec un grand T à gauche.  Je le lis et je me dis que pour moi, c’est ça le génie.   

 

Logo challenge gilmore girls Karine

Challenge Gilmore Girls 3/3

Challenge réussi!

 

Mois anglais 3

Et de deux pour le mois anglais!

(41 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Lystig

    je suis tjs surprise des dictons et autres expressions provenant de Shakespeare (et pas seulement « there’s more things on heaven and earth… » 

    (on me souffle que « to be or not to be » est vachement plus connu !!!!)

  2. Lystig

    je suis tjs surprise des dictons et autres expressions provenant de Shakespeare (et pas seulement « there’s more things on heaven and earth… » 

    (on me souffle que « to be or not to be » est vachement plus connu !!!!)

    1. Karine :)

      Lystig; To be or not to be? Hmmmm… jamais entendu parler!  C’est fou, j’ai pris un petit feuillet quand je suis allée au Globe… you’re quoting Shakespeare.  Je n’en suis pas encore revenue!

  3. Ys

    Je ne le lis qu’en français malheureusement, mais ce travail de comparaison doit être intéressant. Cette pièce-là, je ne l’ai malheureusement jamais vue, c’est tellement mieux, on mesure mieux l’ampleur d’une pièce de Shakespeare en la voyant, je trouve…

    1. Karine :)

      Ys: Je suis d’accord, une pièce de Shakespeare jouée, c’est tout autre chose.  Mais j’aime bien lire avant pour me faire une idée!

  4. Valérie

    Je viens de passer un mois et demi avec mes élèves à étudier des extraits de Roméo et Juliette (en Vo). Ils ont beaucoup soupiré mais au final, certains ont adoré et ils sont maintenant fiers de connaître par cœur un extrait de la scène du balcon (If I profane thou with my unworthiest…) et moi, j’ai adoré les voir jouer cet extrait. Ah Shakespeare!

    1. Karine :)

      Valérie: Oui, ah, Shakespeare… ça a un côté totalement « romantique » et mystérieux.  Et ces mots, ces mots!  Ce devait être génial de voir Roméo et Juliette joués par des gens du bon âge ou presque!

  5. niki

    ce shakespeare comme historien il ne valait vraiment pas tripette, surtout quand on connaît l’histoire du vrai macbeth et son épouse, qui était la bonté personnifiée

    mais comme dramaturge il est OK 

    1. Karine :)

      Niki: Yep, tu as raison!  Selon moi, il est plus qu’ok hein!  Mais comme historien, disons que c’était assez heu… fantaisiste.  En plus, il devait plaire au monarque du moment, imagine ce que ça peut représenter!

  6. Titine

    J’adore « Macbeth », les sorcières, les fantômes, la folie de Lady Macbeth, la culpabilité de Macbeth, j’adore tout dans cette pière. En plus j’avais la chance de la voir au Globe et c’était absolument fabuleux.

    1. Karine :)

      Titine: J’imagine que ce devait être fabuleux, en effet.  J’adore aussi.  Les personnages, la folie, la culpabilité… génial!

  7. Amélie

    Ah, j’aime tellement tellement MacBeth — surtout pour les sorcières!! Je m’en lasse pas.

    1. Karine :)

      Amélie: Cette pièce a un côté culte, en effet!

  8. maggie

    J’aime autant Hamlet que Macbeth mais j’ai préféré le roi Lear. Effectivement, sa poésie est particulièrement belle – et moi particulièrement banale !. J’aime bien cette manière qu’il a de montrer que le théâtre est révélateur…

    1. Karine :)

      Maggie: Ah oui, j’aime beaucoup le roi Lear aussi.  Et bon, quand c’est Shakespeare, on a le droit d’être banales.  Comparée à lui, je serai toujours banale!

  9. maggie

    PS : j’adore la citation de V.H. !

    1. Karine :)

      Maggie: Moi aussi!  Normalement, j’enlève toujours ces citations mais là, elle me plaisait tellement que je l’ai laissée!

  10. In Cold Blog

    J’aime beaucoup cette pièce (que j’avais lue en GB moderne).
    C’est l’adaptation qu’en avait fait Orson Wells, vue un dimanche soir très tard au Ciné-Club de FR3 (ça devrait parler aux « vieux » Français) qui m’avait donné envie de lire le texte de Shakespeare.

    1. Karine :)

      In Cold Blog: Je n’ai pas vu l’adaptation de Welles… je n’en ai vu aucune à la télé, en fait… Elle est bien?

  11. zarline

    A l’arrivée de mon kindle, j’ai tout de suite téléchargé plusieurs pièces de Shakespeare mais depuis je bloque complètement. Mon niveau d’anglais est je crois plutôt bon mais je ne comprends rien du tout, mais alors rien du tout à la prose de William. Il va vraiment falloir que je me rabatte sur une version moderne (et pourquoi les deux en parralèlle, ça me parait une idée sympa) parce qu’autrement, je risque de passer à côté de Shakespeare pour un sacré moment encore.  Bon, ton billet me redonne un peu de courage, il faut que je m’y mette!

    1. Karine :)

      Zarline: Shakespeare est vraiment difficile à lire en anglais.  C’est pour ça que j’aime avoir le parallèle.  Je comprends généralement bien mais je manque parfois des subtilités.  La première fois que j’ai essayé, par contre… houuuuu là!

  12. yueyin

    houuuuu ça fait envie là !!!!

    1. Karine :)

      Yue: Pourquoi ce commentaire ne me surprend-il pas? :))

  13. L'irrégulière

    c’est une pièce magnifique !

    1. Karine :)

      L’irrégulière: Je ne peux qu’approuver!

  14. Marie

    Je n’ai jamais lu ce titre de Shakespeare. Mais pour moi qui ne lit pas très bien l’anglais, la difficulté est de trouver une bonne traduction française !

     

    1. Karine :)

      Marie: ah oui, ça c’Est toujours le problème… et je ne peux malheureusement pas t’aider, en fait… je ne lis pas vraiment Shakespeare en traduction.  Plus maintenant… et avant je n’étais pas assez « grande » pour faire la différence!

  15. Anlore

    J’aime beaucoup Shakespeare et comme j’aimerais bien maîtriser l’anglais pour l’aimer encore plus !! Belle déclaration à William en tout cas !

    1. Karine :)

      Anlore: Je l’aime d’amour… du moins ce que je saisis de lui parce que je suis certaine qu’il y a beaucoup de choses qui m’échappent!

  16. In Cold Blog

    Pour ce qui est du Macbeth de Welles, je me souviens qu’à l’époque j’avais été impressionné et que j’avais beaucoup aimé mais je serais bien en mal aujourd’hui de te dire si je penserais la même chose aujourd’hui du film. A mon avis, il vaut certainement le coup d’oeil, c’est Welles quand même

    1. Karine :)

      In Cold Blog: Yep, juste pour Welles, ça vaut le coup d’essayer.  Et j’aime les vieux films, je me fiche un peu des effets et de la qualité des images.  Je me concentre sur le jeu des acteurs!

  17. amiedeplume

    Lu il y a plusieurs années, j’avais beaucoup aimé.

    1. Karine :)

      Amiedeplume: Il y a toujours quelque chose que j’aime dans Shakespeare.  Celle-ci me plaira toujours!

  18. Géraldine

    Je n’ai toujours rien lu de Shaekespear, même si, à 23 ans, une visite de Cambridge m’avait donné envie de m’y installer et de lire TOUT shaekespear… Et les années passent…

    Sais tu que sors bientôt en france un film dont j’ai oublié le nom, mais un film américain ou anglais, qui part de principe que Shakespear n’aurait rien écrit du tout… Y aurait il blasphème ??!!!

    1. Karine :)

      Géraldine: Ah, je comprends ta folie post-visite!  J’ai fait pareil en revenant de Londres.  Les deux fois.  Et blasphème ou pas blasphème, je suis très tentée par ce film!

  19. Céline

    Contrairement à toi, je pense que c’est la pièce de Shakespeare qui m’émeut le plus. Le monologue de Macbeth à la fin, ce « Life’s but a walking shadow, a poor player That struts and frets his hour upon the stage And then is heard no more: it is a tale Told by an idiot, full of sound and fury, Signifying nothing. » me donne des frissons…

    1. Karine :)

      Céline: Oui, ce monologue est génial, j’avoue.  Mais pour moi, c’est vraiment Hamlet qui vient le plus me chercher…

  20. Alex-Mot-à-Mots

    J’aime bien l’accroche (à moins que ce ne soit le titre de la collection) : No fear !

    1. Karine :)

      Alex: Oui, c’Est le titre de la collection.  Elle est super bien faite, je trouve, cette collection.  Anglais de Shakespeare vs. anglais moderne, vraiment ça se lit très bien.  Et je suis de plus en plus satisfaite de voir que je n’ai presque plus besoin d’aller voir l’anglais moderne… et que quand j’y vais, j’avais pas mal compris.  Ce qui n’était pas le cas au départ!

  21. amiedeplume

    Une très bonne pièce!

    1. Karine :)

      Amiedeplume: Je ne puis qu’approuver!

Les commentaires sont désactivés.

Aller à la barre d’outils