«

»

Sep 07 2011

Photo du profil de Karine:)

The iron daughter (Captive de l’hiver) – Julie Kagawa

Iron-daughter.jpgPrésentation de l’éditeur (traduite dans un bus par moi.  L’éditeur n’est aucunement responsable des tournures bizarres)

SPOILERS SUR LE TOME 1

« À moité princesse fae d’Été, à moitié humaine, Meghan Chase ne s’est jamais sentie à sa place nulle part.  Abandonnée par le Prince d’Hiver qu’elle croyait amoureux d’elle, elle est retenue prisonnière par la Reine d’Hiver.  Pendant que la guerre menace d’éclater entre l’Hiver et l’Été, Meghan sait que le réel danger vient d’ailleurs; des Iron Fey, que seuls elle et le prince – qui n’est pas là – ont vu.  Personne ne la croit.

 

Pire encore, les pouvoirs fae de Meghan semblent avoir été neutralisés.  Elle est prisonnière en faerie avec seulement son intelligence pour la secourir.  Faire confiance à qui que ce soit serait stupide.  Faire confiance à un traître pourrait être mortel.  Mais comme elle se découvre une volonté de fer, Meghan ne peut s’empêcher d’entendre les appel de son coeur un peu trop humain. »

 

Commentaire

Quand les tomes 2 et 3  ont atterri un peu par miracle dans ma pile, j’avais presque oublié la série, que j’avais commencée il y a quelques mois et dont je vous avais parlé ici.   Le tout a depuis été traduit en français (du moins, les deux premiers tomes) et lu par presque tout le monde.   Je m’excuse d’avance de ma possible mauvaise utilsation des termes parce que je ne sais pas du tout comment ça a été traduit. 

 

Nous retrouvons donc Meghan à la cour d’Hiver, à demi prisonnière de la reine Mab, mère d’Ash, le prince Unseelie avec qui elle avait passé un contrat dans le tome1.  Ash est absent, elle doit attendre son audience avec la reine avec pour seule compagnie une phooka un peu énervante qui voit beaucoup trop de choses à son goût.   Sauf que lors de la cérémonie d’échange, un événement propulse les cours d’Été et d’Hiver dans une guerre sans merci, Meghan et Ash sont recherchés et fugitifs…  et rien ne va plus étant donné que personne ne croit Meghan quand elle raconte ce qu’elle a vu. 

 

Ce tome est dans la lignée du premier.  Nous sommes dans un monde qui, sans être terriblement original, est ma foi très bien décrit et surtout assez cohérent, étant donné la vision des fae que l’auteure a choisi de donner.  En effet, ici, ils sont quand même assez humains malgré tout, plus versés dans les émotions, moins machiavéliques, du moins, en ce qui concerne les personnages principaux.  Ils ont un côté mystérieux mais rien à voir avec l’indifférence et le côté énigmatique de certains autres feys de ma connaissance.  On se bat davantage avec l’épée qu’avec l’esprit.   

 

Dans ce second tome, le « triangle » amoureux prend plus de place, même si on sait très bien comment ça va finir.  Plus de place, mais pas toute la place, bien que la situation amène nos personnages à prendre des décisions parfois imprudentes.   Il y a en effet beaucoup d’action, beacoup de batailles, de fuites, des trahisons aussi.  Le rythme est rapide, on n’a pas le temps de se désoler trop longtemps et rien ne traîne.  On est rapidement plongé dans cet univers où rien n’est ce qui semble être et qui est ma foi très bien décrit.  Même si beaucoup de choses sont « razorsharp ».   

 

Ce livre était exactement ce dont j’avais besoin à ce moment précis.  Je l’ai lu dans une soirée (et une demi-heure le lendemain matin, parce que je me suis forcée à dormir un peu) sans le reposer et ça m’a beaucoup plu.  C’est guimauve à souhait, c’est très ado mais j’ai aimé les aventures des héros, les multiples retournements de situation et les combats impossibles.  J’apprécie également l’humour et les clins d’oeil, même si on est définitivement assez loin du Songe d’une nuit d’été, maintenant.  On voit également que rien n’est tout noir ou tout blanc et un personnage m’a beaucoup touchée, au point d’en avoir les yeux humides dans le bus.  Je sais, je suis une grande pleureuse, c’est plus fort que moi. 

 

Et vous savez quoi?  J’enchaîne directement sur la suite. 

Parce que je vais finir une série.  Et ça vaut la peine d’être mentionné. 

 

PS: Il paraît qu’il y a un tome 1.5, une nouvelle sortie en ebook uniquement.  Comme je n’ai pas de lecteur de ebooks, j’aimerais bien savoir ce qui s’y passe… s’il y a une bonne âme!

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Theoma

    bonnes promenades ! profite !

    1. Karine :)

      Theoma: Thanks! ;))

  2. bladelor

    Toujours pas lu le un mais ton billet (parcouru en diagonale pour éviter de me spoiler) me donne envie de m’y mettre, tiens !

    1. Karine :)

      Bladelor: Je suis bien curieuse de voir ce que tu penseras de cette suite.  Cette série m’a finalement plu, même si ce n’est pas fooollement original!

  3. melodie

    Moitié fae-moitié humaine, prince d’hiver, unseelie… Ça me fait penser à Karen Maring Moning! Je pensais que KMM avait inventé ce monde, mais j’imagine que ça fait partie d’un folklore irlandais ? Sinon, ça sentirait le plagiat 🙂 

    1. Karine :)

      Melodie: Oui, ça rappelle KMM, n’est-ce pas!  Mais bon, à la base, c’est vraiment de la mythologie écossaise ou celtique… ou bon, dans ce coin-là, je pense. 

      http://en.wikipedia.org/wiki/Unseelie_Court#Seelie_and_Unseelie_courts

  4. Syl.

    Si tu n’as pas pu t’endormir et le lâcher, c’est qu’il doit être vraiment bien ! Je le retiens et on verra…

    1. Karine :)

      Syl: Ce que je peux dire, c’est que c’est page turner!  J’aime ce genre d’histoires et ce genre de monde alors bon, c’était presque gagné d’avance!

  5. Edelwe

    Noté il y a quelques jours lors d’un passage en librairie!

    1. Karine :)

      Edelwe: Je l’ai bien aimée, cette série.  Pas suuuper original mais un agréable moment de lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils