«

»

Avr 25 2011

Photo du profil de Karine:)

Les années douces – Hiromi Kawakami

annees-douces.jpg

Présentation de l’éditeur

« Tsukiko croise par hasard, dans le café où elle va boire un verre tous les soirs après son travail, son ancien professeur de japonais.  Et c’est insensiblement, presque à leur coeur défendant, qu’au fil des rencontres les lins se resserrent entre eux.  La cueillette des champignong.  Les poussins achetés au marché.  La fête des fleurs.  Les vingt-deux étoiles d’une nuit d’automne…  Ces histoires sont tellement simples qu’il est difficile de dire pourquoi on ne peut les quitter.  Peut-être est-ce l’air du bonheur qu’on y respire, celui des chosesnon pas ordinaires, mais si ténues qu’elles se volatilisent quand on essaie de les tourhce.  Ce livre agit comme un charme, il capte en plein vol la douceur de la vie avant qu’elle ne s’enfuie. »

 

Commentaire

C’est un charme tout à fait particulier qui se dégage de ce roman.   Une sensation de paix, de délicatesse aussi.  Je l’ai lu tout doucement, me laissant porter par la sérénité qui se dégageait de certaines scènes.  En fait, je le cherchais depuis des années, ce livre.  Il était même dans mon challenge ABC 2008.  C’est Yueyin qui me l’a offert pour mon anniversaire et je l’en remercie.  Quel agréable moment de lecture. 

 

Tsukiko a 37 ans.  Elle est célibataire, solitaire, pas malheureuse… juste un peu hors du monde.  Un jour, elle retrouve son ancien professeur de japonais, de 30 ans son aîné.  Se tisse entre eux une relation étrange, respectueuse, mais étonnamment belle et simple.   Des rencontres « au hasard », sans rendez-vous, juste comme ça.   Ils boivent du saké, de la bière, cueillent des champignons, vont voir des cerisiers en fleurs.  Ils profitent de la présence de l’un et de l’autre pour apprécier ces moments éphémères qui rendent le quotidien magnifique dans toute sa simplicité.

 

Bien entendu, cette histoire ne respecte pas ma règle tacite du « plus ou moins dix » (les copines de cocktails comprendront) mais cette relation qui se bâtit doucement, sans que ce soit prévu, est tout à fait attendrissante.  Il se dégage, comme dans plusieurs romans japonais, une certaine pureté, une atmosphère un peu rêveuse, tout en pudeur et en délicatesse.  La plume de l’auteure évoque quantité d’images qui apparaissent et disparaissent, comme ça.   C’est simple et puissant à la fois.  Je ne suis pas une connaisseuse, loin de là mais bon, j’ai souvent remarqué cette caractéristique dans la littérature japonaise.   C’est épuré mais aussi sensuel.   Chaque détail a son importance, sa raison d’être.

 

Une belle histoire.  Un peu douce amère, un peu nostalgique.  Qui m’a donné le goût de dévaliser un restaurant japonais… qui se trouverait au Japon.  Mais bon, avec le contexte actuel, je pense que ça va attendre!

 

Tout ce que j’aime, quoi! (Le livre… pas les événements du Japon… je pense que vous aviez compris hein… mais sait-on jamais!) Merci Yue!

 

 

(38 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. yueyin

    J’ai ma réponse, il t’a donné faim 🙂 je suis ravie que tu aies aimé, c’est un de mes livres doudou, une amitié vraiment particulière et une atmosphère si douce 🙂

    1. Karine :)

      Yue: Oh que oui!  J’ai vraiment beaucoup aimé.  Très particulier mais ça m’a beaucoup plu!

  2. Manu

    J’hésitais à le lire, peur que ce soit trop lent. Mais vu ce que tu en dis, je suis sûre que j’aimerais ! Surtout que j’aime les livres où il ne se passe pas grand chose, pour autant qu’il nous transporte !

    1. Karine :)

      Manu: Oui, c’est lent, mais j’ai quand même été happée par celui-ci.  Vraiment!

  3. Choupynette

    d’après une certaine personne de nos connaissances… il FAUT le lire! ;))

    1. Karine :)

      Choupy: Je ne sais pas du tout de qui tu parles!  Et elle ne me l’a pas du tout offert, non plus, hein! 😉

  4. jainaxf

    Hum, pas sûre que ce soit mon genre, j’ai détesté Rosa Candida salué pour « son atmosphère seraine » ! Mais ta critique me donne envie de tenter l’expérience : je lirai sans doute ce livre si je le trouve à la bibli !

    1. Karine :)

      Jainaxf: Je pense qu’il y a eu aussi une adaptation manga.   C’est certain que si le genre ne te plaît pas d’avance, ce n’est pas gagné, mais je tenterais le coup quand même. 😉

  5. emmyne

     » simple et puissant, épuré et sensuel « , c’est tout à fait ça. Je l’ai lu il y a peu, complètement sous le charme. Une lecture qui fait du bien ( et tout à fait d’accord pour l’envie d’un restaurant japonais au Japon après lecture !! )

    1. Karine :)

      Emmyne:  Tout à fait d’accord avec toi.  Ça fait du bien, ça apaise.  Et ça donne faim!

  6. george

    je le commence aujourd’hui justement! ton avis arrive donc au bon moment ! merci !

    1. Karine :)

      George: J’espère qu’il va te plaire autant qu’à moi, alors!

  7. Irrégulière

    Tu en parles très bien, ça donne envie !

    1. Karine :)

      Irrégulière: Je pense que ça pourrait te plaire.  L’atmosphère est vraiment réussie et on se sent vraiment au Japon.

  8. Aifelle

    Je l’ai commencé et abandonné. Il ne me déplaisait pas, mais je crois que ce n’était pas le moment pour ce genre de lecture, je pense le reprendre tôt ou tard.

    1. Karine :)

      Aifelle: Ah oui, faut être dans le mon mood pour ça.  Cette douceur, cette lenteur, cette atmosphère… j’espère qu’il t’accrochera davantage quand tu le remprendras!

  9. bladelor

    Je ne sais pas pourquoi, j’ai envie de noter ce titre alors que ce n’est pas ce qui, habituellement, m’attire… !

    1. Karine :)

      Bladelor: Note, alors ;))  Au pire, tu empruntes et tu tentes le coup.  Je trouve qu’il vaut la peine d’être au moins essayé, ce roman.

  10. Michel

    Lu il y a quelques ANNEES

    un souvenir d’une lecture très DOUCE

    1. Karine :)

      Michel :)))))

      Dans quelques années, je dirai la même chose, je pense!

  11. Kitty

    Oh oui ! <3 j’adore ce livre… Je l’ai relu justement la semaine dernière, alors que j’étais toute à l’envers devant l’inuctabilité de mon destin… (haha belle phrase pour dire j’ai fini l’école) Bref, à lire et surtout à relire parce qu’il y tout un tas de petits détails qui prennent sens après coup, une fois qu’on sait la fin 🙂

    1. Karine :)

      Kitty: Pour ma part, j’ai bien envie de lire l’adaptation manga aussi.  Je vais certainement le relire un jour, c’est certain… cette douceur, cette sérénité… j’ai adoré! (Et l’école, c’est fini fini?  Pour de vrai de vrai?!)

  12. sandy

    Rien qu’avec ton premier paragraphe, tu me donnes envie de lire ce roman ! et hop c’est noté ! ^^

    1. Karine :)

      Sandy: Note, note!  Je pense qu’il vaut la peine d’être découvert!

  13. Adalana

    Je n’ai encore lu aucun livre de Kawakami Hiroki, je vais noté celui-là, ça sera un bon début ^^

    1. Karine :)

      Adalana: C’était aussi mon premier.  Mais j’ai beauocup aimé le style alors j’en lirai certainement d’autres!

  14. Joelle

    Ce roman a été adapté en BD par Jirô Taniguchi et je suis bien plus tentée par ce médium que par le livre ! Il faut dire que je ne suis généralement pas trop attirée par la littérature japonaise à moins qu’il n’y ait des images et des dessins 😉

    1. Karine :)

      Joelle: J’ai vu ça qu’il a été adapté et je suis super tentée de le lire aussi.  Je ne connais presque rien en littérature japonaise, mais je trouve quand même un dénominateur commun dans ce que j’ai lu, au plan de l’atmosphère.  Et bon, si c’est Taniguchi en plus…

  15. Kitty

    Eh oui! C’est fini fini… enfin, tant et aussi longtemps que je repartirai pas un autre programme, mais bon… et puis la cest un peu vide, j’aimais vraiment ça… On verra! 🙂 rien n’est jamais fermé! Hiii faudra pas que je relise trop ce livre quand je serai en appart! Pas loin jai une epicerie asiatique!! Saké, riz, bon peut-être pas de tranche de baleine, mais bon! 😉 oui, moi aussi je crois que je vais l’essayer en mangas!

    1. Karine :)

      Kitty: Félicitations, alors!   Mais oui, lire ce roman à portée d’une épicerie asiatique, c’est carrément téméraire!

  16. InFolio

    En effet, par opposition aux auteurs nordiques qui font des polars souvent glauques et sanglants, les auteurs japonais ont une grande capacité à faire passer des sentiments en douceur, avec délicatesse et pudeur.

    Je ne suis pas non plus une spécialiste, loin de là, mais après avoir lu queques romans venant de là bas, cette tendance semble se confirmer.

    1. Karine :)

      InFolio: C’est incroyable, cette façon qu’ils ont de faire passer des choses très fortes tout en douceur.  Comme toi, ça ne vaut que pour les quelques romans que j’ai lus hein.  Avec les langues que je ne connais pas, ça me fait toujours étrange de me demander est-ce que qui se traduit est représentatif de ce qui s’écrit vraiment dans le pays?

  17. Delphine

    Je viens de le finir, je suis sous le charme également ! mais il faut s’accrocher un peu au début où l’ennui pointeson nez, mais très vite on est si attachée aux personnages qu’on n’a plus envie de les lâcher. Hâte de lire le manga !

    1. Karine :)

      Delphine: Oui, au départ, on se demande un peu où ça s’en va mais pour ma part, j’ai tout de suite été imprégnée par l’ambiance.  Je veux aussi lire le manga, bien entendu!

  18. Delphine
    1. Karine :)

      Delphine: Je vais voir ton billet » ;))

  19. Anjelica

    Yueyin est très persuasive quand elle a aimé un livre !

    1. Karine :)

      Yue: Oui, c’est le moins que l’on puisse dire!  Impossible de lui résister!

Les commentaires sont désactivés.

Aller à la barre d’outils