«

»

Avr 16 2011

Photo du profil de Karine:)

Grand amour – Stéphane Carlier

Grand-amour.jpgPrésentation de l’éditeur

« – Qu’est-ce qui vous empêche d’être dans ses bras?

– Les bras de qui?

– Ce garçon, ce sportif.

– Je ne le connais pas.  Enfin, pas personnellement.  Il a posé pour un calendrier, un de ces calendriers de rugbymen.

– Mais il vous touche, n’est-ce pas?  Il vous plaît?

– Oui, il me… Oui.

– Il habite où?

– Il joue pour l’équipe d’Aurillac.

– Alors qu’est-ce qui vous empêche d’aller le retrouver à Aurillac? »

 

À la suite d’une déception amoureuse, Agnès, traductrice de romans sentimentaux, quitte Paris sur un coup de tête.  Direction l’Auvergne où se trouve l’homme de ses rêves, le demi de mêlée de l’équipe d’Aurillac, qu’elle a vu nu dans un calendrier… »

 

Commentaire

J’ai choisi ce livre dans ma pile quand j’ai recommencé à lire suite à ma panne parce que:

1) Je ne voulais rien qui ait rapport avec des vampires ou des sorcières

2) Rien qui soit un roman adolescent

3) Je voulais un livre court, léger

4) La couverture était rose.

 

Est-ce que ça a été l’idée du siècle?  Sincèrement, je ne crois pas. Dire que je suis restée extérieure est un euphémisme.  Je n’ai été touchée ni par la situation d’Agnès, son idée de partir sur un coup de tête m’a fait hausser les sourcils et l’évolution de l’histoire également.   Peut-être n’était-ce pas le bon moment, pas la bonne lectrice, mais la magie n’a définitivement pas opéré.

 

Agnès, 35 ans, est donc bouleversé après qu’un homme avec qui elle a passé 5 heures magiques lui ait dit qu’il n’était pas amoureux (normal après 5h, non? Mais bon, quand on est traductrice de Harlequin, on a forcément une vision décalée).   Suite à une discussion avec une dame, dans une soirée, Agnès décide de tenter le tout pour le tout et d’aller rencontrer le jouer de rugby sur qui elle fantasme depuis plus d’un an.   En Auvergne, elle rencontrera plusieurs personnes, dont le fameux rugbyman… 

 

Une mise en situations complètement folle-dingue, un coup de tête, un univers littéraire, des références… c’était fait pour moi, pourtant…

 

Le style est simple et direct.  La narration est au présent et donne une impression un peu cinématographique.  L’auteur joue avec les codes du roman sentimental en les détournant, ça commence comme ça, mais ça va toujours ailleurs, tout de même.  On sens le second degré, l’humour sous-jacent, le côté un peu fou, décalé… ça avait tout pour me plaire… mais la mayonnaise n’a pas pris…  Que dire d’autre…

 

Je n’ai pas détesté ce roman, je suis juste restée indifférente.  Agnès est traductrice de romans d’amour, sa réalité est donc un peu faussée, et elle est tellement différente de moi qu’il m’a été difficile de m’attacher à elle, encore plus de m’y identifier.   (Remarque à part, le jour où je m’identifierai à une héroïne de Harlequin, je pense que je vais vraiment me poser des questions… je ne suis pas aussi sans coeur qu’Isil mais on s’entend que dans la vraie vie, je ne suis pas vraiment miss  Romantique!)  L’homme ne m’a pas fait rêver.  En fait, ce sont les descriptions qui en sont faites qui ne m’ont pas rejointe.  Les descriptions des hommes en général.  Elles m’ont plus souvent dégoûtée par leurs détails qu’autre chose.   Je pense que je suis un peu « fille-fille » dans ces situations et que ces particularités réalistes (rien de choquant, rassurez-vous! Mais, un exemple parmi tant d’autres : le fait de savoir que les slips de son nouveau copain ont souvent des « traces de break » ne m’intéresse absolument pas.  Je comprends pourquoi c’est là, la vraie vie, la réalité, et tout… mais pour moi, c’est juste too much information.) ne sont pas faites pour moi.  Dans ce genre de roman, je veux du rêve!  Même quand je sais que ce n’est pas le but.  My bad!

 

Pas spécialement convaincue, donc. Toutefois, j’ai cru comprendre que d’autres avaient beaucoup aimé (voire adoré) et avaient été beaucoup plus sensible à l’humour.  La faute à la panne?  À ma tendance bougonneuse actuelle?  Je suis juste encore une fois un peu paresseuse pour retrouver leurs liens!  L’irrégulière?  Cuné?  Fashion? 

 

PS: Opinion perso… en rapport avec un passage du roman… Dans mon cas, c’est plutôt la présence heu… abondante, d’adverbes et d’adjectifs (et de comparaisons) disons… surprenants dans les Harlequin qui me font rire… pas leur absence 😉

 

Merci aux éditions « Le cherche-midi » pour l’envoi.  

 

 

(30 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Irrégulière

    Serais-je tombée dans une faille temporelle ? La date de ton billet en haut : 16 avril… on est le 14… je suis perplexe…

    1. Karine :)

      Irrégulière: Hmmmm bizarre, bizarre!  C’est Cuné qui m’a linkée? Il n’y a qu’à elle à qui j’avais envoyé mon billet d’avance (j’étais un peu découragée de ne pas accrocher alors que toutes les copines adoraient!)

  2. Cécile

    Hihi, +1 avec le commentaire d’Irrégulière ! 🙂

    1. Karine :)

      Cécile: C’est un coup du Docteur, rien de moins!

  3. sandy

    J’ai lu un avis emballé et maintenant le tien me refroidit un peu… alors j’attends d’en lire d’autre pour voir si je note ou pas ! ;o)

    1. Karine :)

      Sandy: Je suis la SEULE à ne pas avoir accroché… Et tout le monde pensait que j’allais aimer (Solène se trompe rarement sur mes goûts..) Donc mon avis vaut ce qu’il vaut hein.

  4. Petite Fleur

    Reçu aussi, et ce n’est pas trop mon style. Ce sera ma prochaine lecture, une fois l’actuelle terminée. Mais ton avis ne me rassure pas. Pourtant, d’autres ont effectivement aimé. Reste plus qu’à me faire mon propre avis 🙂

    1. Karine :)

      Petite Fleur: Eh oui!  Je me sens un peu toute seule sur ce coup, par contre!

  5. Le Papou

    Salut Karine !

    D’abord ce n’est pas pour moi comme beaucoup de tes lectures actuelles. Ce n’est pas un reproche, non, non juste une constatation. Ensuite, allez à Aurillac pour trouver l’homme de ses rêves, la ville la plus froide de France (pour une fois je suis sérieux) autant chercher dans ton beau coin de pays, il doit bien y avoir un joueur de hockey avec jack-strap et dentier.

    à bientôt

     

    Le Papou (en Périgord)

     

    1. Karine :)

      Le Papou: Je sais, mes lectures actuelles sont heu… bizarres!  Les joueurs de hockey qui ont encore un nez droit et pas trop de pucks sur les yeux sont malheureusement un peu jeunes… Mais j’aime le hockey (ET LES CANADIENS ONT JOUÉ NE SUPER GAME AVANT-HIER!)

  6. clara

    Ton billet tranche avec les autres ! Je vais peut-être finalement éviter ce livre…

    1. Karine :)

      Clara: Je me sens vraiment toute seule sur ce coup.  À tel point que je remets mon jugement en question, ce qui est assez rare.  Mais non, je suis restée extérieure.  J’ai vu les jeux avec les codes, je voyais l’intérêt… mais je n’ai juste pas accroché.

  7. Patricia

    Dommage que tu sois passée à côté. Pour moi, la magie a marché. J’ai été séduite par ce roman. Mais j’aime bien le style chick-litt léger, c’est peut être pour ça. Je l’ai trouvé assez réaliste. Ce n’est pas si éloigné de la vraie vie et des célibataires actuelles… Un bon moment de lecture

    1. Karine :)

      Patricia: Oui, dommage.  Parce que bon, avec les références, les jeux avec les genres, ça avait tout pour me plaire.  Et je suis bon public normalement.  Mais c’est réellement raté pour moi. 

  8. Syl.

    Il n’y a qu’un seul truc que je voudrais savoir, c’est si elle va rester avec son demi de mêlée.

    1. Karine :)

      Syl: tu veux vraiment connaître la fin?  Parce que bon, je peux te le dire hein (par mail pas ici) mais du coup, ça gâche un peu le truc!

  9. Le Papou

    Go Habs Go!

    1. Karine :)

      Le papou: Voilà! Tout est dit!

  10. moustafette

    Je vais faire comme la fille de la couverture, regarder ailleurs si ce livre croise ma route.

    1. Karine :)

      Moustafette: Ah tu sais, je suis la seule qui sois même mitigée alors bon…

  11. Manu

    Il ne me tentait vraiment pas et tu n’arranges pas les choses. Allez hop, on passe au suivant !

    1. Karine :)

      Manu: J’avoue que mon billet n’est pas vraiment alléchant… mais je suis seule de ma gang!

  12. keisha

    Les billets de fashion et cuné m’avaint presque fait regretté de ne pas le lire (ça changerait du pavé en cours, 700 pages sur le goulag, passionnantes au demeurant) mais là, euh, je vais passer…

    1. Karine :)

      Keisha; Ah oui, ça change du pavé sur le goulag, totalement, même.  Beaucoup de parodie là-dedans.  Bon, moi je suis restée vraiment extérieure sauf que peut-être que ce serait différent pour toi…

  13. Joelle

    Tu es le premier avis mitigé que je lis sur ce livre 🙂 Je l’ai noté mais me contenterais de l’emprunter à la biblio s’ils l’achètent ! Sinon, tant pis (et ce n’est pas grave vu que j’ai déjà pas mal de livres légers dans ma PAL) !

    1. Karine :)

      Joelle: Yep I know.  Je suis une extra-terrestre sur ce coup.  Connaissant ta pile, oui, j’avoue que tu ne manques pas de lecture… mais attends de voir à la biblio!

  14. Cess

    Il est formidable ce Docteur, vraiment… Capable des choses les plus folles…

    Pour le livre, moi je vais quand même tenter. Fashion et Cuné ont réussi à me convaincre…

    1. Karine :)

      Cess: Oui, tente, tu pourras te faire ton propre avis.  Fashion et Cuné m’ont presque convaincue de le relire, en fait ;)))  Et ce Docteur… c’est la 8e merveille du monde, rien de moins!

  15. Nina

    Ton article m’a fait beaucoup rire !! Mais bon je ne lirais pas ce livre, c’est pas trop mon genre de roman, mais tu l’as lu et tu as fait un excellent article moi les livres que j’aime moyen je ne les chronique pas ! par exemple j’ai aimé moyen « le gout des pépins de pommes » que beaucoup ont aimé sur les blogs je ne savais pas trop quoi en dire alors tant pis, pourtant c’est bien aussi de dire quand on a pas aimé.

    1. Karine :)

      Nina: Je tiens mon blog pour garder une trace de mes lecture alors à part les romans Harlequin, je chronique à peu près tout.  Celui-ci, je suis la note discordante parmi un concert de louanges ;))  Mais bon, ça a quand même été mon ressenti et je l’assume.  Le goût des pépins de pommes me tente quand même, malgré to « pas de billet »!

Les commentaires sont désactivés.

Aller à la barre d’outils