«

»

Jan 07 2011

Photo du profil de Karine:)

Le bonheur conjugal – Léon Tolstoï

sonate à kreutzerPrésentation de l’éditeur

Ben yen a pas, en fait.  Cette nouvelle fait partie du  même recueil que « La sonate à Kreutzer » et on ne nous donne qu’un extrait de cette dernière nouvelle sur la quatrième de couverture.

 

Commentaire

Voici un récit que j’ai vraiment beaucoup aimé, malgré sa tristesse et la désillusion qui s’en dégage.  C’est, je le crois, ma nouvelle préférée du recueil.  Il s’agit d’un des récits plus anciens de l’auteur, écrit en 1859, mais où l’on sent poindre cette vision du mariage qui est celle de Tolstoï. 

 

La narratrice, Macha, a 17 ans au début du récit.  Orpheline, elle rencontrera l’amour sous les traits de Serge Mikhaïlovich, ami de son père de 20 ans son aîné.   Dans cette nouvelle, nous suivrons Macha et son mari dans leur mariage où les sentiments évolueront de l’amour passionné à une affection amicale un peu triste. 

 

J’ai été particulièrement touchée par cette nouvelle.  La description des sentiments de la jeune fille qui s’épanouit en souhaitant impressionner un homme qu’elle admire par la beauté de son âme est très juste.  On sent l’exaltation d’une jeune âme, son côté excessif et exalté que ce soit pour la religion, pour l’altruisme ou pour l’amour.  On y croit aussi quand elle vit l’amour, qu’elle s’émerveille d’être bien avec l’autre et de vivre pour son mari.   Je n’ai pu m’empêcher de sourire au souvenir de ces premières amours où l’on s’émerveille que c’est possible d’éprouver ça aussi intensément.    Et puis la vie les rattrape. 

 

La seconde partie m’a rendue mélancolique et un peu triste.  Triste parce qu’à qui ça n’est pas arrivé, de sentir l’amour se transformer, de le voir devenir autre chose, cette relation douce-amère pleine de souvenirs d’avant qu’on ne veut surtout pas vivre quand on est jeune.   Tolstoï nous fait vivre l’éloignement qui s’installe, la transformation des sentiments.  La résignation des personnages, cette idée que tout est bien, qu’il vaut mieux avoir aimé et s’en souvenir, que de toute façon, ça devait arriver… tout ça est venu me chercher. Il y a également dans cette nouvelles de bien  belles pages sur la nature. 

 

J’ai refermé cette nouvelle avec un sourire un peu mélancolique mais en me disant que même si la passion folle ne dure pas éternellement, il y doit y avoir mieux que ça.  Il faut qu’il y ait mieux que ça.   

 

logosemainerusse3

 

LogoUneAnneeEnRussie

 

(13 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Sabbio

    Un peu triste ta dernière phrase… En tout cas un très beau billet!

    1. Karine :)

      Sabbio: Oui, c’est un peu triste mais je suis sortie de cette nouvelle un peu tristounette, aussi!

  2. Cécile

    Je trouve aussi que ton billet est très beau, et surtout très juste !

    1. Karine :)

      Cécile: Merci ;))

  3. Titine

    J’ai également ce recueil de nouvelles chez moi et je pense qu’il sera ma prochaine lecture de Tolstoï. J’ai hâte de le lire !

    1. Karine :)

      Titine:  c’est un recueil particulier.  Il traite du mariage et avec la vision de Tolstoï, ça donne ce que ça donne, hein!  Mais j’ai aimé.

  4. Karine :)

    Sacastar: Merci! 😉

  5. Irrégulière

    Ah oui, ce n’est quand même pas très optimiste au final…

    1. Karine :)

      Irrégulière: Ah non, pas du tout.  Il y a de très beaux passages mais sur le long terme, c’est très résigné comme nouvelle.

  6. La Griotte

    Bonjour ou bonsoir ?

    Vous lisez en temps masqué ?

    J’adore ce genre de blogs… Et je suis contente d’y rouver des lectures que j’ai aimées, j’ai la chance de ne jamais terminer un livre avec lequel je ne prends pas du bon temps !

    Il y en a deux que je relis souvent, pour à chaque fois me dire que vraiment, ils me font du bien : Les plus qu’humains, de Sturgeon et « des femmes qui tombent » de Desproges… Et l’excellent  » une histoire de la lecture », d’Alberto Manguel, que j’ai toujours sous la main…

    1. Karine :)

      La Griotte: Bonsoir!  Alors là, je vais devoir vous avouer mon inculture… ça veut dire quoi, lire en temps masqué? 

       

      Je vais aller fouiner pour voir ce que sont les livres dont vous parlez, je ne connais pas du tout!  Merci pour ces suggestions!

  7. La Griotte

    Cela signifie qu’on lit en dormant, en faisant autre chose : typiquement capitaliste comme concept…

    Ne parlez pas de votre inculture, j’aimerais lire autant que vous. Il me semble que si vous avez aimé Pullmann et ses Royaumes du Nord, vous aimerez Les Dames du Lac (la trilogie d’Avallon) et l’auteur, qui était aussi une excellente auteur de SF, mais je n’ai pas mémorisé les titres, il faut que j’y retorne. Je relis beaucoup de choses que j’ai lues en étant très jeune, voire enfant, car j’avais une incroyable bibliothèque à ma disposition !

    Toujours Marion Zimmer Bradley avec  » La trahision des Dieux », ou la guerre de Troie contée d’un point de vue féminin, celui de Cassandre.

    J’aime beaucoup les Tom Sharp et l’humour anglais.

    Mais une lectrice comme vous doit avoir dans sa bibliothèque « une histoire de la lecture » C’est à la fois une déclaration d’amour à la lecture, un essai, une auto fiction, de l’histoire et on a tout à coup le sentiment d’appartenir à une humanité plus belle, qui vaut la peine qu’on s’intéresse à elle !

    En fait j’arrête : j’aime lire et écrire et lire encore et puis c’est tout !

    1. Karine :)

      La Griotte: Ah non, je suis Québécoise mais pas siiiiii capitaliste que ça!  Il peut m’arriver de lire en me berçant, par contre ;))  Yep, ça je peux faire!  Les Dames du Lac sont dans ma pile, on  m’en a dit beaucoup de bien.  Je m’y plongerai certainement quand j’aurai un peu de temps devant moi.  Il y en a plusieurs!

       

      Et merci beaucoup pour les suggestions!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils