«

»

Avr 15 2010

Photo du profil de Karine:)

Le portrait de Mr. W.H. – Oscar Wilde

portrait-W.H-gifPrésentation de l’éditeur

« Qui se cache derrière les initiales W. H. dans la dédicace des célèbres Sonnets de William Shakespeare ? Un généreux mécène, un ami imprimeur, un jeune et séduisant acteur ou Shakespeare lui-même ? Pour Oscar Wilde, c’est sans aucun doute Willie Hugues, un acteur spécialisé dans les rôles féminins qui fascina le Barde… Passionné par le mystère de Mr. W. H., Oscar Wilde se lance dans une enquête érudite et troublante sur le monde du théâtre élisabéthain. »


Commentaire

Je dois avouer que quand je me suis lancée dans ce livre, je n’avais alors là aucune, mais aucune idée qu’il s’agissait en fait d’un essai romancé sur « Mais qui est donc W.H? ».  Étant dans un état de fébrilité mentale assez impressionnante (un dodo… Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!!!), disons que je n’avais peut-être pas la concentration nécessaire pour vraiment m’y pencher au départ… mais je dois quand même avouer qu’après quelques pages… j’ai voulu y croire!


À quoi? À cette théorie basée sur aucune preuve et sur une analyse purement littéraire des Sonnets de Skakespeare, qui nous en dirait long sur « les profondeurs de son coeur », comme l’affirme le narrateur.  À partir de cette interprétation, le narrateur tire de nombreuses conclusions qui l’amènent à imaginer toute une partie de la vie de Shakespeare, qui impliquerait une grande amitié (presque une amitié amoureuse, en fait) avec un jeune acteur spécialisé dans les personnages féminins du nom de Willie Hughes, nom inféré à partir des dits sonnets. 


Dans les pages, on rencontre d’abord un jeune homme et son ami Erskine, ami qui lui raconte l’histoire d’un de ses amis à lui, Cyril Graham.  Cet homme était cultivé, beau, élégant, et avait noté que les théories au sujet de W.H., présent dans la dite dédicace, comportaient des failles.  Il a donc élaboré la sienne, qui le mènera à un destin tragique.  Lorsqu’il entendra la théorie, le narrateur (souvent associé à Wilde lui-même) tentera de la prouver et de la diffuser au monde.  Nous aurons donc droit à l’élaboration de cette théorie partie de rien mais qui nous entraînera dans le monde de Shakespeare et des théâtres élisabéthains, le tout appuyé par des passages des dits Sonnets.  On sent que Wilde s’en donne à coeur joie avec ses théories et qu’il en profite pour jouer sur le vrai et le faux, ainsi que sur l’ambiguïté sexuelle et amoureuse. 


Finalement, même si ça demandait un peu plus d’utilisation cérébrale que prévu (bon, pas tant que ça, quand même…  ça se lit très bien et ce n’est aucunement pédant), j’ai bien aimé cette balade toute pleine d’hypothèse à l’époque élisabéthaine.  On a presque le goût de se laisser convaincre, même si notre bon sens et l’absence de preuve nous pousse plutôt à croire le contraire. Comme j’avais beaucoup lu là-dessus l’an dernier, lors de mon voyage en Angleterre , ce fut un plaisir de revoir ces noms d’acteurs et d’auteurs connus!


Ce livre a été lu en lecture commune avec The Bursar, dont je vous invite à aller lire l’avis!

 

EnglishClassicsMini-copie-1.jpg

(22 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. The Bursar

    Contente qu’il t’ait plût. Je suis en train de m’occuper de mon propre billet, mais je m’étais doutée que tu ne t’étais pas aperçue du sujet de la nouvelle au départ, vu que tu as baptisé ce livre dans ta pal le portrait de Mr H . Je ne connais pas énormément les sonnets de Shakespeare donc je ne connais de l’affaire que ce qui est dit dans les éditions que j’ai lu de W.H. mais j’adore la théorie de wilde.

    1. Karine :)

      The Bursar: Je vais aller voir ton billet… là je suis trop énervée pour me concentrer sur quoi que ce soit, disons!!!  Mais j’ai beaucoup aimé la théorie, très intéressant et surtout j’aime la pirouette finale!

  2. niki

    je l’ai lu celui-ci et je l’ai trouvé insolite et intéressant, j’avais bien aimé

     

    1. Karine :)

      Niki: Insolite, c’est le mot!!  Mais j’aime bien la théorie de Wilde!

  3. Pickwick

    Bien envie de découvrir la thèse de Wilde ! D’autant qu’à la lecture de J.Fforde, j’avais déjà très envie de creuser cette histoire… OS-27 bientot au rapport !!

      

    1. Karine :)

      Pickwick: C’est dans quel livre que Jasper en parle (lui et moi, on est intimes… on en est aux prénoms!)???  Je suis curieuse!

  4. Vanounyme

    Il est dans ma LAL depuis un moment, il faudrait que je me décide à l’acheter !

    1. Karine :)

      Vanounyme: Il n’est qu’a 2 euros… pourquoi s’en priver! 😉

  5. Anne-Laure

    Eh bien, encore un livre qui me fait envie. Je crois que mon étgère ne va plus tenir si je rajoute encore un livre… Mais ton billet me fait envie car j’adore devoir me « triturer » les méninges en ce moment… 😉

    1. Karine :)

      Anne-Laure: Ca devrait te plaire alors!!  Mais il est tout petit… ton étagère devrais survivre!!!

  6. Pickwick

    Un peu dans tous, (sauf le 5) mais surtout dans le 1er ! Il aborde souvent ce mythe du plagiat qui entoure Shakespeare (avec ces affrontements très drôles entre les partisans du génie et ceux de l’imposture). Rassure moi, c’est de cela dont parle Wilde dans ce livre ? Peut-etre n’ai-je encore rien compris, mais ce ne serait pas surprenant 😉  

    1. Karine :)

      Pickwick: Ah non, c’est pas de ça dont ça parle!! ;)) Mais c’est probablemetn moi qui n,est pas claire!  Dans les sonnets, Shakespeare dédicace à un certain W.H, qui les aurait inspirés… c’est ce WH qu’on cherche!!!  Mais en tout cas, le Doctor nous a révélé qui est la Dark Lady… c’est Martha Jones!!! (Je sais, je suis folle!)

  7. zorane

    C’est vrai que cette histoire m’avait intriguée . Maintenant je suis encore plus curieuse

    1. Karine :)

      Zorane: Ca se lit très biein en plus!!

  8. Manu

    J’adore Wilde mais celui-ci ne me tente pas du tout.

    1. Karine :)

      Manu: Il faut avoir envie d’un truc particulier un peu, je l’avoue!

  9. Pickwick

    Oh, c’est pas toi, j’ai relu, c’était super clair, c’est juste encore moi qui n’ai rien compris !! C’est juste très courant, pas de quoi s’affoler, mes neurones sont bien dans leur état normal. C’est bien ça le pire !! Désolée!!

    1. Karine :)

      Pickwick: Pas de quoi être désolée!! On est pas dans des travaux d’école!!! ;))

  10. Titine

    Je le note, je dois aller voir « Macbeth » au globe en juin, ça serait bien que je lise un peu sur le théâtre élisabétain !

    1. Karine :)

      Titine: Prend la visite du Globe… tu vas vraiment apprendre plein plein de choses… pour moi, en tout cas, ça m’a plu!!

  11. Géraldine

    Ce livre m’a l’air tout de même bien sympatique et il a en plus l’avantage de ne pas être épais !

    1. Karine :)

      Géraldine; Ca m’a plu mais faut savoir à quoi on a affaire!  Et oui, il est court!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils