«

»

Avr 04 2009

Photo du profil de Karine:)

Mysterious Skin – Scott Heim

Résumé (extraits du 4e de couverture)

« À l’âge de 8 ans, Brian Lackey est retrouvé en sang dans un petit espace sous sa maison.  Durant les cinq année suivantes, il se rappelle par bribes de ce qui lui  est arrivé mais ces fragments ne sons pas suffisants pour expliquer ce qui a pu se passer et il croit qu’il a été enlevé par des extraterrestres.  Neil McCormick est quant à lui bien conscient des événements s’étant déroulés en 1981.  Dix ans plus tard, il est prostitué, un peu hors-la-loi et peu conscient de la pente dangereuse que prend sa vie. » 


Commentaire

Ok, je vais commencer par un aveu… si je n’avais pas été prise dans un autobus, avec les deux autres livres apportés dans la soute à bagages, je n’aurais jamais, jamais dépassé la page 35 de ce livre.  Par contre, je crois que j’aurais manqué quelque chose parce que le moins qu’on puisse dire, c’est que ça frappe, et que ça frappe dur. J’ai finalement aimé mais ça ne conviendra pas à tout le monde, j’en suis consciente.


En fait, je n’avais pas vraiment d’idée de ce qui m’attendait quand j’ai ouvert ce livre.  Au départ, nous faisons la connaissance de Brian, 8 ans, qui revient à lui en ayant oublié les cinq dernières heures de sa vie.  Il est sale, il saigne du nez, il est paniqué, mais il n’a aucune idée de ce qui lui est arrivé.  Puis, changement de chapitre, changement de narrateur, et nous rencontrons Neil, même âge, mais qui en a vu d’autres.  Neil est un petit dur, fils d’une mère alcoolique qui s’envoie joyeusement en l’air un peu partout.  Et à 8 ans, Neil fantasme sur les « Playgirl » trouvés sous le lit de sa maman.  Disons que le « je » de cet enfant de 8 ans, dépourvu de toute innocence, surprend énorméement.   Arrive ensuite la « Little League » de baseball et le Coach.  Le coach qui aime bien les petits garçons.  Et le petit garçon en mal d’amour qui se sent important, aimé, par son entraîneur et qui ne déteste pas vraiment ce qu’il lui fait… Et disons qu’on nous le décrit.


Et disons que bon, sur le coup j’ai trouvé ça trop pour moi.   Par contre, en arrivant à la fin du livre, on réalise que ces scènes ne sont pas gratuites et que ce n’est probablement que comme ça que nous pouvons réellement  commencer à imaginer l’influence de l’abus plus tard…


C’est quand nous retrouvons les personnages adolescents, j’ai commencé à apprécier davantage ma lecture et à mieux m’y situer.  Oui, c’est souvent cru, violent.   Brian croit avoir été enlevé par des extra-terrestres pendant les 5 fameuses heures et est prêt à croire n’importe quoi pour ne pas affronter la réalité.  Il est tout seul, n’a pas vraiment d’amis et est complètement perturbé.  Quant à Neil, il garde un souvenir auréolé de gloire de son fameux coach et se prostitue pour des hommes plus âgés que lui.  Pourtant, c’est ce dernier personnage pour qui j’ai eu le plus de sympathie à mesure que le roman avançait.  Il est complètement refermé, à part peut-être avec sa meilleure amie Wendy, mais pas tout mauvais.   En fait, il m’a été impossible de détester les personnages (à part le fameux Coach) malgré leur manière d’agir un peu à côté de la plaque.  À cause de petits détails, peut-être, j’ai réussi à m’y attacher et à m’intéresser à leur sort. 


Le récit est dur, on y croise un monde très, très différent du mien ou de celui des romans que je fréquente habituellement.  J’ai eu un peu de mal à m’y faire d’ailleurs et ça m’a quand même pris du temps à le lire, ce thème n’étant pas particulièrement facile.   Toutefois, je crois que l’auteur a réussi à entrouvrir la porte sur les conséquences de l’abus sexuel chez les enfants.  Un roman qui ne m’a certes pas laissée indifférente…


8,5/10

(27 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Pimpi

    Une drôlement bonne note, quand même… Tu le sais, ce n’est pas un livre pour moi. Pas du tout.
    En tout cas, heureusement que tu étais prise dans le bus, et que tu as suffisamment avancé dans le livre pour arriver aux passages qui t’ont plus plu! Comme quoi, l’autobus, ça a du bon!!!

  2. Karine :)

    Pimpi: Non, je ne pense pas que ce soit pour toi, en effet, surtout après qu’on en ait parlé.  C’est un livre qui m’a vraiment « virée de bord » et qui m’a fait réfléchir après.  Pourtant certaines scènes et surtout les pensées de Neil à certains moments, ça fait froid dans le dos.  Pas pour tout le monde, donc… et si je n’avais pas lu un peu « par hasard » je pense que j’aurais cru que ce n’était pas pour moi non plus…

  3. Aifelle

    Même si çà fait réfléchir, je ne suis pas partante .. trop dur ce que tu décris.

  4. Manu

    Je ne pense pas que ce soit pour moi non plus. Il fut un temps, j’appréciais plus les romans « durs » que maintenant. Je suis plus guimauve qu’avant, il faut croire

  5. Ys

    Je l’ai dans ma PAL celui-là, j’attends d’être « in the goog mood », devrait me plaire…

  6. Cachou

    J’ai vu le film « Mysterious Skin » il y a quelques années et je l’avais trouvé superbe, bouleversant, trèèèès perturbant mais c’était un véritable bon film « art et essais », avec tout ce qu’il faut de choc et de réalisation maîtrisée en plus d’acteurs très bons.
    Et je n’avais pas la moindre idée que c’était tiré d’un livre. Tu devrais voir le film, je suis sure que l’adaptation ne peut être que parfaite, vu la qualité de celui-ci.

  7. yueyin

    Avec les enfant je ne peux pas, ça me rend physiquement malade 🙁

  8. Co

    Ouhla, je garde un tel souvenir de malaise lors du visionnage du film que je vais oublier le livre…

  9. Karine :)

    Aifelle: Oui, c’est dur.  Même si j’ai finalement apprécié, j’étais à un moment physiquement mal à l’aise…

    Manu: Moi aussi je suis tendance guimauve mais j’ai quand même fini par apprécier ce livre.  J’ai été bouleversée par le destin de ces garçons. 

    Ys: Je suis bien curieuse de voir ce que tu vas en penser, vu que tu es plus littéraire (dans le bon sens du terme) que moi, de façon générale.  Très, très curieuse. 

    Cachou: Je ne sais pas si je serai capable de voir le film… mais j’essaierai peut-être un jour, quand je serai complètement remise du livre.  Même si ça semble génial, je me demande si un des deux ne m’a pas suffi!!!  Comme tu dis, c’est très perturbant!

    Yueyin: J’étais aussi physiquement mal à l’aise au début du livre.  Vraiment.  C’est l’évolution de ces enfants qui est bouleversante ensuite.  Mais je te comprends, si j’avais su au départ, je ne suis pas certaine que je l’aurais lu, surtout pas maintenant!!

    Co: Moi, c’est l’inverse!  Je pense qu’après avoir lu le livre, je vais passer sur le film même si j’ai aimé… 

  10. Cécile

    Un récit qui a l’air dur selon ton bllet mais intéressant !

  11. Karine :)

    Cécile: Oui, c’est dur… mais en même temps, c’est venu me chercher, ce qui n’arrive pas toujours.  Et surtout, on n’est pas dans le patho!

  12. rose

    Je commence juste le 2e roman de l’auteur, « Nous disparaissons », qui traite aussi de disparitions d’enfants…

  13. Thalia

    J’ai une fois lu un roman sur le viol et plus précisément l’inceste. Très dur à lire effectivement :(. Je ne sais pas si je me laisserais tenter par celui-ci … car il faut quand même s’accrocher pour aller jusqu’au bout de ce genre de livres.

  14. Karine :)

    Rose: J’ai hâte de voir ce que tu vas en penser… parce que sérieusement, je crois que je lirai autre chose de l’auteur quand je me serai remise de ce livre-là!

    Thalia: Dans ce livre-ci, c’est surtout le début qui est difficile.  Ca reste dur ensuite mais disons que ça commence rough!!

  15. Cécile de Quoide9

    Pour le coup, je pense que c’est un livre pour moi !

  16. Karine :)

    Cécile de Quoide9: Je serais curieuse de voir ce que tu en penserais!!

  17. In Cold Blog

    La sortie du film avait braqué mon attention sur le roman… que j’avais dévoré et adoré (si tant est qu’on puisse adorer un livre qui traite de ce thème, mais je me comprends). En revanche, je n’ai toujours pas vu le film qui en a été tiré et je me demande s’il lui est fidèle.
    Il y a quelques temps, Lily m’avait donné envie de lire le nouveau roman de Scott Heim, Nous disparaissons, que je ne devrais pas tarder à entammer.

  18. levraoueg

    Moi aussi j’avais lu ce roman un peu par hasard, et il m’avait fait beaucoup d’effet. Un peu comme Mille morceaux (que j’ai proposé dans la chaîne des livres).

  19. Karine :)

    In Cold Blog: Je comprends ce que tu veux dire… malgré la dureté du thème, j’ai vraiment trouvé ça excellent.  Si je n’avais pas été aussi « moumoune », j’aurais sûrement mis un coup de coeur mais j’ai vraiment trouvé les scènes du début difficile ainsi que la réaction de Neil…  Du coup, le nouveau de l’auteur me tente aussi.

    Levraoueg: Ca frappe, en tout cas.  On ne peut pas en sortir complètement indemne, d’après moi!

  20. Ys

    Karine, grâce à toi, je suis en train de le lire. Et le billet s’annonce très difficile à rédiger…

  21. Karine :)

    Ys: J’ai trouvé ce billet très difficile à rédiger aussi… probablement pour des raisons différentes 🙂  J’ai bien hâte de voir ton ressenti par rapport à ce roman!

  22. Sophie

    Lu il  y a environ un an; j’en avais parlé sur mon blog; c’est un copain qui me l’a prêté. Comme toi, je ne m’attendais pas vraiment à une histoire aussi crue,  même si j’avais été prévenue. Et j’ai été touchée et mar quée car, comme tu le dis, rien ‘nest gratuit dans ce roman, tout a une explication, même les horreurs.

  23. Karine:)

    Sophie: Tout à fait d’accord… Ca surprend au départ parce que bon, la réaction du jeune Neil, c’est difficile.  Mais l’étude des personnages, l’effet du traumatisme, c’est vraiment intéressant et rien n’est là pour rien!!

  24. Yvon Verrier

    Le livre est sans doute assez différent du film que j’ai failli voir, il y a quelques années. Je ne suis pas vraiment choqué de ce qu’on y décrit, ayant été élevé au milieu de goonies. Ma jeunesse ressemble un peu à la guerre des boutons, ca et bien autres choses encore. Et même si j’avais déjà vu bien des choses, à un age où les parents s’imaginent qu’on ne sait rien, ce qui m’étonne, c’est qu’on en fasse une pareille description, dans un livre qui prétend expliquer et combattre la pédophilie. C’est comme si on voulait convaincre les joueurs compulsifs de ne plus jouer, tout en leur expliquant comment gagner au Poker, ou encore, combattre l’acoolisme, en annoncant aux cinq minutes, que la modération à bien meilleur gout. Et puis, après une petite recherche, j’ai trouvé qu’on parle plus souvent de ce livre sur les sites pédo-érotiques, que sur les sites où on discute de la psychologie comportementale. Un dernier point, certaines descriptions ont carrément été copiées dans le livre: For a lost soldier, de Rudi van Dantzig. Ca n’est pas très fort.

    1. Karine :)

      Yvon Verrier: Ah, je ne connaissais pas du tout le livre de von Dantzig.  Du coup, je n’ai rien vu du tout.  C’est vrai que ce n’est pas très fort comme processus.  Je n’ai pas fait de recherches particulières (mon billet est surtout un avis de lectrice) mais je pense que le but de « combat » n’est pas nécessairement destiné aux pédophile.  C’est plus pour le reste du monde, du moins, selon moi.  J’ai considéré ça comme un roman, pas une étude psy, même si bon, ça permet de comprendre certaines choses.  Quant aux scènes pédo-érotiques, j’ai vraiment eu du mal à les lire.  Je pense que je ne « peux » juste pas admettre certaines choses..

  25. Yvon Verrier

    Je pense pense que Scott Heim est le Neil McCormick de l’histoire. Il expose ses fantasmes aux lecteurs, tout comme le jeune Neil a besoin de Wendy, autant pour augmenter l’excitation de ses expérience, que pour les justifier. Mais Wendy n’est pas aussi forte qu’elle le croyait, et elle doit parfois tourner la tête. Scott en a peut-être inventé un bout. Mais il ne faut pas douter que ce genre de choses existe.

     

    Quant à Rudy van Dantzig, un célèbre danseur Hollandais, qui fut aussi chorégraphe à New York, son livre est écrit en Néerlandais, et traduit en Anglais, par un éditeur qui a fermé les portes. Il est donc désormais introuvable. J’ai quand même trouvé une copie pdf, en anglais, que je me promet toujours de traduire en francais.

     

    Je pense que vous aimeriez le livre. Il raconte parfois des scènes étonnantes. Mais elles sont racontés par Rudy, avec beaucoup de fraicheur et de naiveté. Il y a aussi un film qui mérite d’être vu. Les quelques scènes qui auraient pu facilement devnir pornographiques, sont tournés avec beaucoup de pudeur. Encore que je préfère le livre au film, et malgré la traduction.

    1. Karine :)

      Yvon Verrier: En effet, ça m’intéresserait… il va falloir que je cherche dans les bouquineries pour trouver, si ce n’est pas réimprimé.  Je suis curieuse.  Et oui, c’est tout à fait possible, ce genre de chose existe. Mais c’est fou comment j’ai été effarée par certaines scènes.  C’est comme si je ne voudrais pas que ça existe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils