«

»

Mar 23 2009

Photo du profil de Karine:)

La danse de la Méduse – Laurence Prud’homme

Présentation de l’éditeur
« Dans un chalet qui semble un vaisseau pris dans les glaces, une jeune fille emballe les affaires de sa mère disparue, en rêvant secrètement que cette nouvelle fugue soit définitive.  Un à un, elle décroche les portraits qui ornent les murs, cortège fantomatique qui l’accompagne tandis qu’elle grimpe aux branches de l’arbre familial pour enfin arriver à comprendre cette mère manipulatrice.  Un fil tiré dans une étoffe.  Un roman qui explore la trame invisible unissant ces êtres qui gravitent autour d’une mère impossible. »

Commentaire
C’est grâce à Venise que j’ai eu ce livre.  En effet, elle a réussi, avec un tour de passe-passe (après le Passe-mot, les tours de passe-passe… je le jure, ce mauvais jeu de mot n’était pas voulu!!!), à me faire une surprise et à m’apporter une copie-cadeau autographiée de ce livre au Salon du livre à Montréal.  Comme je pige toujours mes prochaines lectures un peu au hasard dans la terrible pile, c’est aujourd’hui que j’en ai tiré celui-ci et franchement, je remercie beaucoup Venise parce que j’ai réellement passé un bon moment!

Dans ce livre, on fait la connaissance de cinq enfants devenus adultes: Lucie, Judith et Simon, frère et soeurs, de même qu’Hirondelle, leur cousine et Sam, le fils du gardien.  Et il y a aussi la mère, Mom, mère instable, excessive, fantasque, très high, très down et souvent manipulatrice auprès de ses enfants qui sont souvent plus matures qu’elle et rongés de culpabilité.  Le roman nous ballade d’une époque à l’autre, de l’enfance et l’adolescence à l’âge adulte, pendant que Lucie fait le ménage du chalet de sa mère, partie pour la énième fois.  Je n’ai pas eu de problème à suivre l’histoire malgré les sauts d’époque et le procédé m’a plu, de même que la narration, parfois omnisciente, parfois un peu moins, un « je » se glissant dans tout ça.   Bien entendu, on devine assez vite qui est ce « je » mais comme cette découverte n’est pas le principal du roman, ça ne m’a pas dérangée. 

Ce n’est plus un secret, je suis nostalgique dans l’âme.  Et lorsque le mot « camp » est apparu, j’étais gagnée.  Vous savez, un « camP »… pas un camp, là, un camP!  Avec le /p/ final qui se prononce??  Cette genre de cabane dans le bois que plusieurs – dont moi – ont eu pendant l’enfance et l’adolescence, lieu témoin de nos jeux, de nos premières brosses et de nos premières pas mal d’affaires???  On a l’impression de voir de courts films, de courtes séquences ou alors des flashes photo qui nous sont offerts par le fameux « je ».   Des souvenirs parfois heureux, parfois moins heureux où plane toujours l’ombre de cette Mom imprévisible.  Et j’ai beaucoup apprécié.  De même, difficile de ne pas souffrir avec Judith, surtout, dans ses relations avec sa mère.  Parce que bon, ce n’est pas l’horreur avec un grand H… mais quand même, c’est insidieux et j’ai ressenti l’injustice, le déséquilibre, les petites remarques qui doivent toucher droit au coeur et surtout l’impuissance face à cette mère omniprésente, celle dont le regard glace tout sur son passage, tout en tentant d’aimer ses enfants.  Tout ça sans tomber dans le total mélo.  Je sens que je me suis pas claire!!!

Et la Méduse, dans tout ça?  Et les perséides?  J’ai apprécié de pouvoir comprendre les allusions avec mon – très limité, je l’avoue – savoir à ce sujet.  Bon, ok, il y a l’usage du mot « Mom » et « Grand-Mom » qui a fini par m’énerver un peu (je suis bizarre, avec ces mots-qui-m’agacent, je sais) J’admets aussi que certaines scènes m’ont paru moins utiles à l’histoire et que j’aurais peut-être préféré que quelques détails plus sous-entendus mais en gros j’ai bien aimé la plume, ses images m’ont parlé et je relirai sans doute autre chose de Laurence Prud’homme.

8/10

(13 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Venise

    Par un petit tour de passe-passe 🙂 me voilà qui te remercie de me remercier (une formulation des plus originales) !

    Que tu aies aimé tombe bien, Laurence Prud’homme nous concocte un petit troisième. Moi aussi j’ai hâte.

  2. Lael

    une lecture émotion??? une découverte pour moi! je note!!!

  3. Gambadou

    Très tentateur comme billet, je note…

  4. Magda

    Quand tu as écrit « camp » j’ai bien cru que tu allais parler du « camp » de Susan Sonntag, cette apologie du mauvais goût en réaction au conservatisme puritain américain dans les années 60. Mais non, c’était d’une cabane que tu parlais. Ca m’a fait rire. Je suis comme toi, ces maisons de bois perchées me font fantasmer.

  5. frankie

    j’espere qu’il y a une petite histoire d’amour ladedans mais sinon comment tu le decrut je veux bien te croire et le lire mercipour cette article biz

  6. Karine :)

    Venise: Sérieusement, je n’aurais jamais lu ce livre sans toi et je t’en remercie… encore!!! Je ne vais pas te remercier de me remercier de te remercier parce que ça va s’en venir compliqué!!

    Lael: J’ai beaucoup aimé en tout cas!

    Gambadou: J’espère que tu trouveras et que ça te plaira alors!

    Magda: Pour parler de cette sorte de « camp », il aurait fallu que je sache c’est quoi!!!  Merci pour l’explication en tout cas!!  Mais non, je parle d’une cabane maison dans le bois, ce qui me rappelle un tas de souvenirs!!! 

    Frankie: En fait, il y a une histoire d’amour mais ce n’est vraiment pas la trame principale…  Il s’agit plutôt d’une histoire de famille, d’une mère pas facile et de ses enfants…

  7. Pimpi

    Ça a l’air intéressant!! Je ne sais pas si je le lirai un jour, mais en tout cas, j’aime assez la couverture!!

  8. Manu

    Le thème est intéressant. Pourtant, j’ai eu peur en lisant le titre ! Ces horribles bêtes m’ont toujours fait peur !

  9. Karine :)

    Pimpi: Moi aussi j’ai aimé la couverture!  Et j’ai vraiment eu une bonne surprise, avec ce livre!

    Manu: Naaaaa, c’est la Méduse et non pas une méduse!!  C’est plus mythologique que gélatineux, dans ce cas!  Et oui, le thème m’a plu!

  10. Amélie

    J’avais lu ‘La Ville aux escargots’ de la même auteure & j’avais bien aimé, malgré quelques réserves. ;p Ça me donne le goût de poursuivre avec son deuxième roman!
    (Surtout que ses titres ont quelque chose de très joli, je trouve.)

  11. Karine :)

    Amélie: J’aime beaucoup ses titres, moi aussi!  Je vais certainement tenter de voir si je ne trouverais pas son premier roman, sa plume me plait bien!  Au fait, bienvenue ici!

  12. La Caravane

    Bonjour Karine!

    Venise m’a orientée vers ton blogue ce matin et c’est moi qui ai eu une belle surprise! Merci de tes commentaires, c’est encourageant… surtout en période d’écriture! Évidemment, je prends tous les commentaires, négatifs comme positifs, puisqu’ils nourrissent mes réflexions, mais les positifs, on aime toujours mieux ça! 😉

  13. Karine :)

    La Caravane: Merci d’être passée!  Sérieusement, j’ai beaucoup aimé et je vais guetter ton prochain roman lors de sa sortie! 🙂  Bonne période d’écriture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils