«

»

Sep 07 2008

Photo du profil de Karine:)

The well of lost plots (Le puits des histoires perdues) – Jasper Fforde

Résumé coup-de-coeur.gif
« Poursuivie par une sinistre multinationale et un génie maléfique ayant un penchant pour le shopping et la modification mnésique, le détective littéraire Thursday Next est en fuite.  Une situation loin d’être idéale considérant qu’elle est enceinte de son mari qui présente à ce moment un léger problème de non-existence. 

Réfugiée dans le puits des histoires perdues – l’endroit où les romans sont créés – Thursday se prépare à agir dans un roman non-publié (et de qualité douteuse) nommé Caversham Heights.  Mais, bien entendu, rien ne se passe comme prévu. »

(Traduction très libre – et abrégée – du quatrième de couverture)

Commentaire
Ce livre m’a causé un énorme souci… en fait, ça n’a rien à voir avec son contenu mais il a hautement nui à ma réputation au boulot!  Eh non, ce ne sont pas mes fous rires, cette fois (ils sont habitués à ça!) mais plutôt la réflexion – de haute voltige – d’un collègue en pleine salle de lunch bondée!  En fait, j’étais là à me mêler de mes affaires (et de mon bouquin) quand il le prend pour le regarder et le traduit de peine et de misère (j’habite au pays du yes-no-toaster-and-nothing-else… l’un des coins les plus unilingues français du Québec!):
– Hein???  Karine???  J’aurais jamais pensé ça de toi!!!
Interloquée, je lève les yeux mais je me dis que je vais attendre qu’il s’explique avant de répondre… c’est qu’il a déjà pensé ben des affaires de moi!!!
– Le puits des « plots » perdues!!!  FRANCHEMENT!!!  Cache ça!!!
Et il crie ça fort, là… assez fort pour que toutes les têtes se retournent la bouche grande ouverte!!!  Malheureusement, son vocabulaire anglais ne contenait pas le mot « plot »… et je crois que celui des autres collègues non plus!  Et disons qu’en bon québécois, ça n’a pas vraiment la même signification!  Depuis, on pense que je suis une accro de la littérature porno aux titres bien évocateurs… Poor me!

Mais retournons au bouquin!  Premièrement, je pense que je ne suis pas normale!  Pratiquement tous ceux qui m’ont parlé de ce roman l’ont trouvé plutôt nul et ennuyant tandis que moi, j’ai vraiment, mais vraiment adoré!  Autant que « L’affaire Jane Eyre »!  En effet, l’histoire se déroule entièrement dans un monde fictionnel et le récit est truffé de personnages de romans.  Il y a un tas de petites allusions un peu partout (et ma culture littéraire étant quand même limitée, je suis certaine que j’en ai manqué plein) et l’auteur se permet un délire total sur le monde des livres et sur la création romanesque.  J’adore!

C’est un monde relativement complexe que ce lui de Jasper Fforde et malgré le récapitulatif présent au début du livre, je crois qu’il est nécessaire d’avoir lu les premiers tomes pour apprécier pleinement.  L’histoire?  Ben en fait, il s’agit de Thursday  – qui participe à un programme d’échanges de personnages – et qui apprend à être un membre de la Jurisfiction et qui se bat pour garder sa mémoire et sauver le monde des livres des méchants!  Faible, vous dites?  Un prétexte pour étaler le monde créé par Fforde?  Peut-être, mais ce n’est tellement pas l’important!!!

Je suis toujours dépassée par l’imagination de cet auteur.  Le monde des livres, avec ses règles et ses sauts dans les bouquins est fascinant.   Quant au Puits des histoires perdues, l’endroit où se retrouvent les livres en construction et ceux qui ne seront jamais publiés, il regorge de « Generics » en entraînement pour devenir de vrais personnages (la pire insulte qu’ils peuvent se lancer est « Espèce d’unidimentionnel »!!!), de « plotsmiths », de « grammatacists », de « spell-checkers », de « holesmiths », etc.   Les ventes d’intrigues et de personnages sont hilarantes!  Qui veut une douzaine de Mrs. Danvers pour le prix d’une??  Qui aurait cru qu’il y avait tant de petits problèmes à régler (problèmes s’étalant d’une épidémie lapinesque à une Lucy Deane assassine) dans le monde des livres!

Il y a aussi toute cette galerie de personnages.  On visite Wuthering Heights alors que Miss Havisham dirige une session de gestion de la colère (comme si elle était la personne toute désignée!) On croise Mr. Toad, Falstaff, Dracula, les sorcières de Macbeth, Humpty-Dumpty et même Quasimodo pour quelques apparitions caméo… On s’attache aux personnages d’un roman complètement nul (nous pouvons constater sa nullité de style en en lisant quelques extraits).  On découvre le secret de la destruction de la grande bibliothèque d’Alexandrie.   Et le pire dans tout ça, c’est qu’on finit par trouver ça complètement normal, ces histoires!!!  À noter qu’on y introduit aussi le personnage de Jack Spratt, héros de « The big over easy ».

J’ai eu des fous rires incontrôlables à certains jeux de mots… je me demande vraiment comment ils ont pu être traduits en français, d’ailleurs…  Une discussion animée sur l’usage permis (ou interdit parce que ça rend le tout illisible) de « had had » ou « that that » m’a plongée dans un fou rire intense…(« Had had had approval but had had had not; equally it is true that that that that had had approval but that that other that that had not. » Vous voyez le genre…)   Et que dire de l’homme « who wore a hat named Wyatt » (l’homme s’appelle Wyatt, pas le chapeau) et qui ne peut parler sans créer d’ambiguités syntaxiques!  Ce délire sur la stucture des romans (saviez-vous qu’il n’y a que 8 trames principales??) , sur leur forme narrative, sur leur syntaxe, sur l’orthographe (les mispelling vyruses sont terrifiants) est tout à fait dans mes cordes.  L’auteur s’amuse des conventions en littérature… et a réussi a beaucoup m’amuser par le fait même! 

Le seul personnage m’ayant vraiment manqué est celui du père de Thursday, qu’on ne voit pas dans ce roman.  Par contre, Granny Next est présente… et elle est vraiment comique, celle-là!!!   Un excellent moment de lecture pour moi, même si ça signifie que je suis à l’envers de tout le monde!!!

En prime, voici une petite allusion – parmi tant d’autres – qui m’a fait sourire!
« There seems to be an awful lot of rabbits » I observed, looking around. 
« Ah yes » replied Perkins, crossing an arched stone bridge that spanned the small stream.  « We never get the lid on reproduction within Watership down – if left to their own devices, the book would be so full of dandelion-munching lagomorphs that every other word would be ‘rabbit’ within a year.  Still, Lennie enjoys it here when he has some time off »

Pensez-vous qu’ils pourraient m’en louer quelques uns pour venir à bout de mon champ de pissenlits???

9/10

(22 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. lael

    oh mais je connais jasper fforde, j’ai lu L’affaire Jane Eyre que j’ai adoré et j’ai Le puits des histoires perdues, je l’ai commence sans le finir honte à moi (cest peut etre que jetais en permanence et les eleves etaient tellement bruyants que je nai pa pu lapprecier) ton billet me dit que je sui passée à coté de quelque chose alors ouf je lai garde!!! je vais reiterer lexperience! qu’en dis tu? perso jai la version française car honte sur moi, l’anglais reste une langue dans laquelle je n’excellerais jamais!!!

  2. stephanie

    Je passe, j’ai toujours l’affaire jane Eyre dans ma PAL, honte à moi 🙂

  3. Manu

    Je l’ai dans ma PAL. Par contre, il y a tellement longtemps que j’ai lu les deux premiers tomes, j’espère que je n’ai pas tout oublié et que ça ne nuira pas à ma lecture :-/

  4. fashion

    Dans mes bras, Karine! Il y a longtemps, j’ai fait un billet sur fforde que personne ne connaissait et certains m’ont dit : ouais, bof, mais qu’est-ce que tu lui trouves ? Alors que moi, j’ADORE cet auteur, je suis comme toi, je me poile comme une folle (je les lis en anglais aussi, et certains passages me paraissent effectivement intraduisibles). Je n’ai pas réussi avec lui ce que j’ai réussi avec Evanovich : à le faire déferler partout… :(( As-tu lu son autre série, les Nursery Crimes avec l’inspecteur Jack Spratt ? Les intrigues sont inspirées des contes : dans The big over easy, il enquête sur la mort de Humpty Dumpty, tombé d’un mur et écrasé au sol et dans Th fourth bear, il revisite l’histoire de Boucles d’or. C’est plein d’allusions à des comptines et de loufdinguerie : j’adooooore!!!!!

  5. keisha

    Bienvenue au club ! J’ai lu (et aimé) les quatre premiers tomes.Dans le quatrième (en français Sauvez Hamlet, en anglais Something rotten -déjà un clin d’oeil)on retrouve tous les personnages, et en plus Friday, le fils de Thurday. Un cinquième tome existe (non traduit) et j’ai résisté à l’achat (dur!). Avis : Fforde a écrit aussi une série bien déjantée sur la NCD (Nursery Crime Division), non traduite hélas, j’ai écrit un article, forcémént positif, en juin je crois, et le premier tome est dans ma PAL … Bonnes lectures !

  6. Isil

    J’hésitais entre la vo ou la vf mais je pense désormais opter pour la vo, pour avoir toute la subtilité des jeux avec les mots. Il faut déjà que je lise les premiers mais avec ce que tu en dis, je suis sure d’adorer.

  7. Fantômette

    Cet auteur est-il traduit en français (même si le comique s’en trouve altéré) ?

  8. erzébeth

    Lors du pique-nique de la blogoboule, fallait voir Yspaddaden et Fashion, parler de Fforde les yeux pleins d’amour… Alors ok, j’ai compris ! Je promets solennellement de lire cet auteur, et on verra bien s’il me plaît autant qu’à vous ! (la couverture que tu as mise, c’est celle de ton propre livre ? parce que bon, ça ne fait pas trop livre porno ! 😉 en tout cas, l’histoire d’avec ton collègue est très drôle !)

  9. Karine

    Lael: As-tu lu le deuxième livre « Délivrez-moi »? Parce que ça peut quand même être difficile à comprendre si tu ne l’as pas lu… ça fait « grand n’importe quoi »! Mais tu n’es pas toute seule à avoir moins aimé le troisième et je ne doute pas que la traduction peut y être pour quelque chose, du moins pour celui-ci. Et pour l’anglais, ya pas à avoir honte. C’est pas ta faute si tu y as été plus ou moins exposée! Stéphanie; Mais alors faut lire « L’affaire Jane Eyre »! Ce monde littéraire est complètement fou! Et plus ça va, pire c’est ! Manu: Il y a un genre de résumé au début. Mais bon, si tu es trop mélangée… tu me poseras des questions! Fashion: Moi aussi, je ris comme une malade et personne ne comprend pourquoi!!! Je suis comme une petite fille à chaque fois que je repère une allusion à un bouquin! Sincèrement, je pense que la langue doit y être pour quelque chose. Fforde s’amuse avec la syntaxe, avec la forme et les références sont surtout anglo-saxonnes. Le monde créé et les petits tours de passe-passe métalinguistiques occupent une plus grande place que l’intrigue, ce qui ne plaît pas è tout le monde, et c’est bien normal. Quant à l’autre série, j’ai le premier tome à la maison mais je ne savais pas trop ce que c’était… mais là, j’ai rencontreé Jack Spratt dans Cavendish Heights… et j’ai bien hâte de voir ce qu’ils vont bien faire avec ce bouquin transformé en club med pour personnages de Nursery rimes en grève!!! C’est juste dommage que Landen ne soit pas plus… mais bon, il joue du piano, c’est déjà ça! Keisha: J’ai le quatrième à la maison mais je me donne une petite pause entre deux pour savourer. Et je crois que je me souviens avoir lu ton billet il y a quelques temps… C’Est une série qui vaut la peine d’être découverte!! Isil: N’hésite pas, opte pour la VO… c’est l’un des cas où le choix est vraiment clair. Juste dans le premier, le nombre de jeux de mots avec « Thursday Next » est incroyable! Fantômette: Les quatre premiers de la série sont traduits en français et même en poche. Tu devrais les trouver assez facilement! Erzébeth: J’imagine très bien le regard enamouré de Fashion!!! Et oui, il faut tenter l’expérience… parce que c’est une expérience, surtout quand on aime la littérature anglo-saxonne! Et oui ma couverture est celle-ci… le collègue s’est arrêté au mot « plot » (en version française, faut ajouter un « t » et un « e ») qui est définitivement très, très vulgaire!!! C’est un gars, il n’est pas allé plus loin!!!

  10. fashion

    Je suis d’accord avect toi, Landen n’est pas très sexy… :))) mais bon, ce n’est pas pour les héros masculins qu’on lit Fforde (encore que Rochester dans le tome 1… :))) (in-cor-ri-gi-ble!:))))

  11. Karine

    Fashion: Quoi? J’apprends que tu lis des bouquins pour autre chose que les héros masculins?!?! Quelle déception!!! (Et je seconde sur Rochester… et sur le fait que je veux bien faire une exception ici!!)

  12. Grominou

    Je croyais bien que tes lecteurs d’outremer s’enquérerait de la signification de «plots», ou plutôt de son homonyme joual «plotte»! J’ai cette série dans ma LAL alors je n’ai lu ton billet qu’en diagonale, mais d’après ce que tu en dis ça devrait être tout à fait dans mes cordes! Par contre, c’est le genre à lire en VO, ce genre d’humour me semble difficilement traduisible…

  13. Julie GravelR

    Karine, je ne sais pas si j’aurais ta force de caractère pour assumer la couverture!!! 🙂 Désolée pour l’oubli d’hier matin, j’ai écrit à la course… C’est impardonnable, surtout que j’étais si contente de mon beau 9/10! Je corrige ça immédiatement!

  14. Karine

    Grominou: Oui, définitivement la VO! Il y la VO quand on peut lire l’anglais. Il y a des choses vraiment intraduisibles!! Quant à la signification de ce mot joual si « gracieux »… je suis plutôt contente de ne pas avoir eu à l’expliquer ici, en fait! Julie GravelR: J’aimais trop ça pour ne pas assumer! Mais j’avoue que bon, quand je l’ai entendu crier ça haut et fort, j’ai fait un moyen saut! JAMAIS je n’avais fait cette association! Et tu sais, je blaguais plus qu’autre chose, hier! :))

  15. Joelle

    J’ai acheté le tome 2 mais j’aurai voulu relire le premier car je ne me rappelle pas de grand chose … à part qu’il faut que j’arrive à le retrouver dans ma biblio !

  16. Karine

    Joelle: En fait, le premier est un peu un volume isolé tandis que les 2-3 (et probablement le 4, vu que certains fils ne sont pas noués encore) vont ensemble! Tu n’as qu’à te rappeler un peu qui est Landen et qui est Hades!!!

  17. chiffonnette

    J’adore, je vénère littéralement cet auteur!! Son monde me transporte et m’enchante! Quand à tes aventures, elles me font toujours autant rire!!

  18. Karine

    Chiffonnette: Moi aussi, je suis carrément transportée! J’essayais, ce midi, d’expliquer à des collègues (qui n’avaient pas entendu l’histoires des « plots » perdues) mon engouement pour la série… et ils ne comprenaient pas vraiment… C’est vraiment un monde qui m’enchante, comme tu dis!

  19. pom'

    j’ai trouvé ce 3° volet moins bien que les 2 précedents; un peu moins d’entrain

  20. Karine

    Pom’ : C’est en effet le commentaire que j’ai entendu le plus souvent. C’est moi qui est anormale, vu que c’est le second volet que j’ai un peu moins aimé!

  21. Julie

    Bonjour,

    Je découvre par hasard ton blog et je me posais une question à propos de ce livre. Je souhaite l’offrir à quelqu’un de proche..est-ce mieux que cette personne ait lu les deux livres précédents ou lire directement le 3e tome ne pose pas de problème ?

    Merci d’avance ! Bonne continuation !

    1. Karine :)

      Julie: Sincèrement, ça risque d’être un peu difficile sans avoir lu les premiers.  L’histoire principale n’avance pas tant que ça mais il y a quand même des personnages récurrents et l’héroïne se cache dans les livres pour être en sécurité en rapport avec des trucs s’étant déroulés dans les tomes précédents…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils