«

»

Sep 23 2007

Photo du profil de Karine:)

Métaphysique des tubes – Amélie Nothomb

M--taphysique-des-tubes.jpg Résumé  

« Parce qu’elle ne bouge pas et ne pleure pas, se bornant à quelques fonctions essentielles – déglutition, digestion, excrétion – ses parents l’ont surnommée la Plante. L’intéressée se considère plutôt, à ce stade, comme un tube. 
Mais ce tube, c’est Dieu.
Autobiographie de zéro à trois ans de la romancière Amélie Nothomb.
 
 

Commentaire

Mon premier Amélie Nothomb, en 2002.  On m’avait tellement dit que c’était extraordinaire et fantastique que j’ai été un peu déçue.  Je me dis qu’il faudrait que je le relise avec du recul (ben oui, je relis tout le temps mes livres, même ceux que j’ai moins aimé, en espérant les apprécier plus la seconde fois!).  

Probablement que si je n’avais pas eu tant de commentaires positifs, j’aurais été surprise par l’écriture de Nothomb, qui donne la parole à un petit enfant un peu particulier – elle-même.  Mais là, je m’attendais à plus, je me disais qu’il arriverait certainement quelque chose de grand à la fin, pour donner un sens à l’histoire… et je n’ai pas trouvé ce quelque chose.  

Toutefois, j’ai apprécié son style d’écriture et j’ai eu le goût d’en découvrir davantage.  

7/10

(17 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Mallory83

    je n’ai jamais lu du Amelie Nothomb. c’est une auteur que je devrais ajouter un de ses livres à ma liste à lire.

  2. Karine

    Pour ma part, plus je la lis, plus je l’apprécie (je me suis justement acheté un autre livre d’elle ajd!), à l’exception des « combustibles », que je n’ai vraiment pas aimé. On peut dire qu’elle est spéciale!

  3. Papillon

    Comme j’ai toujours un train de retard je viens seulement d’acheter mon premier Amélie Nothomb! Puisque je lis beaucoup d’avis contradictoires sur le sujet, j’ai hâte de m’y plonger pour découvrir par moi même ce qu’il en est. A bientôt pour mes impressions.

  4. Karine

    Papillon: Je suis un peu comme ça aussi: quand il y a des avis contradictoires, ça me donne encore plus hâte de lire le livre! Bonne découverte de Nothomb!!!

  5. papillon

    Ca y est je viens d’écrire mon billet sur mon premier Amélie Nothomb (il était bien temps!). Je dirais que globalement ça m’a amusée, cette histoire de petite fille que tout conforte dans la position de l’être suprême. Je pense en lire d’autres pour savoir si Amélie Nothomb me fascine ou m’agace! J’ai un peu l’impression que c’est quitte ou double.

  6. Karine

    Papillon: En effet, j’ai l’impression qu’Amélie, on aime ou on n’aime pas! Mais la plupart du temps, ça intrigue!! Je vais aller lire ton billet dans ma pause-dîner! 😉

  7. amiedeplume

    J’avais vraiment aimé ce livre lorsque je l’avais lu il y a longtemps. Toutefois par la suite, j’ai complétement décroché…

  8. Karine

    Amiedeplume: Je n’ai pas tout lu les Amélie Nothomb, moi non plus. J’aime bien son univers, mais à petites doses!!

  9. Sal_Min

    Personnellement, je n’ai pas beaucoup aimé ce condensé d’égocentrisme… S’il y a un livre qu’il faut avoir lu, c’est « Cosmétique de l’ennemi ». Il est, selon moi, exceptionnel!

  10. Didine

    Eh oui, Amélie Nothomb jour sur la provocation.. du début jusqu’a la fin ^^. C’est son style soit on aime soit on n’aime pas 😀

  11. Karine :)

    Sal_min: Je n’ai pas lu celui-là! Un jour, certainement… mais peut-être pas tout de suite! Didine: en effet, on aime ou on aime pas! De façon générale, je suis un peu « neutre » par rapport à tout ceci!

  12. livremania

    Franchement, même si le début est très philosophique, j’ai adoré la fin avec ses carpes

  13. Karine :)

    Livremania: En fait, je réalise que je ne me souviens presque de rien à propos de ce livre!  C’était mon premier Nothomb et je me rappelle seulement une impression de « bizarre »!

  14. Mathilde

    Le premier livre d’Amélie Nothomb que j’ai lu fut Journal d’Hirondelle, qui reste pour moi indétrônable. Après mon très grand coup de coeur pour celui-ci, j’ai décidé de lire tous les autres. Certains m’ont beaucoup plu (Acide Sulfurique, Cosmétique de l’ennemi), d’autres un peu moins (Métaphysique des tubes, les Catilinaires) et certains très peu (Péplum, Antéchrista). Malheureusement (pour vous?), les livres commentés ici ne sont pas ceux qui m’ont le plus accrochés et je me dis qu’alors vous n’avez peut-être pas eu le coup d’oeil le plus flatteur sur cette auteure.

    1. Karine :)

      Mathilde: C’est possible, en effet.  Je sens par contre que je suis un peu lassée d’essayer Nothomb et d’être souvent en demi-teinte… comme vous dites, peut-être n’ai-je pas commencé par les bons… sauf que j’ai de moins en moins le goût!

  15. Dryade de brume

    Je dois avouer que je suis très cliente de sa folie pas si douce depuis Stupeur et tremblements (je dis toujours que je n’ai jamais tant ri à un film d’horreur). Et Métaphysique des tubes ne fait pas exception : le point de vue sur la vie est assez unique, et saisissant.

    Quelqu’un, plus haut, a parlé de concentré d’égocentrisme : c’est vrai, mais il faut se souvenir que ce n’est pas le portrait d’Amélie adulte par elle-même, c’est l’autobiographie d’un enfançon ! Les tous-petits sont égocentriques, c’est leur nature, et il ne faut pas voir ça comme une complaisante sinécure : ils croient que tout tourne autour d’eux, et donc que tout est de leur responsabilité. J’aimerais me rappeler le soulagement inimaginable de découvrir que ni la catastrophe naturelle qui ravage le monde, ni mon proche qui se fait mal, ne sont la punition de mes péchés… Et ça m’amuse qu’elle me le remette en tête.

    Et sa peinture du Japon, de sa merveilleuse nounou, sont si tendres, là où elle sait être si féroce. J’ai autant ri que frémi à la scène où sont père manque disparaître dans les égouts. Et adoré ce qu’elle raconte des rapports avec sa sœur.

    Journal d’hirondelle, dont une autre te parle, est d’une poésie noire étonnante.

    Dommage qu’elle t’aie déçue. Mais il y a tant et tant à lire !

    1. Karine :)

      Dryade de brume: Oui, tu as tout à fait raison pour les petits enfants (et plusieurs adultes aussi, mais c’est une autre histoire!), tout tourne autour d’eux.  Bon, par rapport à ce livre, il y a longtemps que je l’ai lu et dans mes petites notes, j’avais été un peu déçue parce qu’on m’en avait dit énormément de bien et que je m’attendais à tout à fait autre chose.  Choc culturel, donc.  Pourtant, avec du recul, celui-ci et Stupeur et Tremblements – avec un autre dont je ne parviens pas à me rappeler du titre vite comme ça – sont mes préférés de Nothomb.  Je ne suis pas certaine de continuer à la lire parce que bon, je pense que cette auteure et moi nous rejoignons plus ou moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils